La science

Qu'est-ce que la science ? Vaste question ! Benjamin tente d'y répondre.

présenté par Ben'J

La science est un discours rationnel comme la philosophie, mais la philosophie n'est pas une science.
Le but de ce texte est de définir sommairement la science en précisant son objet, ce sur quoi elle porte, son projet, ce qu'elle cherche, et sa méthode, c'est-à-dire les outils ou les procédures qu'elle utilise.
De plus nous préciserons ce qui la distingue de la philosophie et le rôle que joue la philosophie par rapport au discours scientifique.
Cette synthèse sera réalisée en utilisant Philosophie, raison, vérité, connaissance de Michel Larocque, et Vincent Rowell 1 et les notes de cours de Philosophie et rationalité de Jean-Paul Raîche.
La science porte sur l'ensemble de la réalité naturelle et humaine.
Elle est "un discours rationnel qui recherche les causes matérielles des phénomènes observables soit directement, ou indirectement, par l'étude de leurs effets." 2
Mais certaines sciences comme les mathématiques et la logique n'ont pas pour objet d'étude la réalité. Elles s'intéressent non au matériel mais au formel, plus précisément au langage. Elles cherchent à structurer le langage pour y définir les règles de cohérence. Ensuite ces sciences sont utilisées par les autres sciences du réel. Toutefois, les sciences du réel n'étudient pas la réalité telle qu'elle est fondamentalement. Leur objet est défini et construit.
Les sciences formelles sont déductives. Leur méthode est démonstrative. Leur but n'est pas de décrire ou d'expliquer la réalité, mais de mettre de la cohérence dans les énoncés. Tandis que les sciences du réel utilisent des méthodes différentes. Elles ont pour projet de décrire les phénomènes en élaborant des modèles qui présentent les composantes des choses, des organismes vivants, de l'humain ou de la société. Connaissant les éléments, les scientifiques veulent ensuite expliquer leur fonctionnement. Ils le font par l'étude des relations causales. Leur but premier est de prévoir et de contrôler les phénomènes. 3
Toutes les sciences utilisent donc des méthodes rationnelles dont la première exigence est de définir d'une manière rigoureuse et univoque ses concepts. Elles le font souvent en utilisant la quantification lorsque c'est possible.
Les sciences formelles font appel à l'axiomatisation. Les sciences du réel partent de l'observation, mais elles veulent vérifier ensuite les hypothèses qui ont été formulées. Les propositions scientifiques sont vérifiables ou falsifiables par des expérimentations. Elles deviennent alors des lois universelles, si les expérimentations donnent les mêmes résultats lorsque reprisent par d'autres chercheurs.
La science est une recherche collective qui n'a de valeur que par cette communauté scientifique. La méthode expérimentale consiste donc après avoir défini les concepts, à cueillir des données observables pour en induire une relation fonctionnelle générale, une loi, qui sera intégrée dans un ensemble théorique explicatif. Cette intégration ne se fera que si la loi est vérifiée et considérée rendre compte du réel.4
Certaines sciences humaines cependant ne peuvent recevoir le test de la vérification. Leur méthode est l'interprétation des phénomènes ou des événements. Interprétation qui doit répondre, comme les autres sciences, aux critères rationnels de scientificité, à savoir l'aspect systématique, c'est-à-dire la prise en compte de tous les faits, l'objectivité, c'est-à-dire l'accord universel pour ceux utilisant les mêmes outils intellectuels ou les mêmes cadres théoriques, et enfin la rigueur conceptuelle conceptuel.
La philosophie, dans sa variante épistémologique, cherche à interroger d'une manière critique ses discours scientifiques pour en connaître les fondements. Elle analyse ses précisions conceptuelles et ses méthodes axiomatiques, empiriques, expérimentales et herméneutiques tout en cherchant à expliciter ses présupposés. La vérité scientifique devient donc son objet d'étude.
Bibliographie
LAROCQUE, Michel , ROWELL, Vincent, Philosophie, raison, vérité, connaissance, Laval, Éditions Études Vivantes, collection "Philosophie", 1996, 246 pages.
RAÎCHE, Jean-Paul, "Épistémologie", notes de cours Philosophie et Rationalité, Cégep de Drummondville, Janvier 2000.
1 - En particulier le chapitre "Philosophie, science et religion", pages 4-21. retour au texte
2 - Philosophie, raison, vérité, connaissance, Michel Larocque, et Vincent Rowell, page17.retour au texte
3 - Ibid., page 18.retour au texte
4 - Jean-Paul Raîche, "Épistémologie", notes de cours, page 4.retour au texte

Plus d'idées d'activités

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh