Le château de Beersel au Moyen Age

Visitons ensemble un authentique château du Moyen Age : le château de Beersel en Belgique.

Le château -fort de Beersel est, dans notre pays, un des rares spécimens de l'architecture militaire du Moyen Age. De nos jours encore, il apparaît comme une puissante forteresse entourée d'eau et défendue par de larges murailles d'enceinte et trois tours chaperonnées.

Construit vers 1300. à la même époque que les châteaux de Zitter et de Gaasbeek, il constituait une défense avancée de Bruxelles.

Pillée et endommagée par les troupes de Louis de Male, la forteresse fut réparée en 1 357.

Assailli et pris par les Bruxellois en I 489, le château fut en partie reconstruit.

Au début du XVIIe siècle, les toitures pointues vinrent remplacer les plate formes et des pignons furent construits comme deux tours, à l'intérieur de la cour.

L'aspect actuel est celui qu'il a pris à cette dernière époque et la restauration entreprise par M. Pelgrims de Bigard n'a pas modifié cet aspect.

Cette forteresse de forme elliptique, entourée d'eau, offrait, grâce à son enceinte de murs élevés et épais et à ses tours, une défense puissante contre les assaillants. Le système le plus efficace de château était son implantation au milieu de l'eau et surtout son entourage de marécages vers l'est, le sud et l'ouest. Son côté faible était vers le nord, car dans cette direction le château était proche d'un plateau. Donc, c'était toujours de ce côté que venaient les agresseurs.

Après le siège et la destruction dé 1489, le château fut restauré et remis en état aux frais des Bruxellois quand la pacification intervint.

C'est ainsi qu'on peut distinguer, surtout de l'extérieur deux périodes différentes :

Ë celle du XIIIe siècle, dont on aperçoit encore les archères, presque toutes bouchées avec des encadrements de grès roux.

Ë le période de la fin du XV e siècle, où les archères ont été aménagées pour recevoir des couleuvrines et dont les encadrements sont en grés blanc. Il en est de même pour les créneaux et les merlons.

Trois tours puissantes encadraient le château. Il apparaît qu'une quatrième, plus petite, se dressait du côté nord. Il semble que les tours étaient à l'origine couvertes d'une plate-forme entourée de créneaux. Ce n'est qu'au début du XVII e siècle, lors d'une restauration, que les tours le surmontèrent d'une toiture pointue avec des ardoises.

C'est à cette époque aussi que l'un construisit, à l'intérieur de la cour contre la première tour et la troisième, de hauts pignons, dont l'un porte la date de 1617.

Les moyens de défense du château sont classiques des douves profondes entourant le château, le pont-levis. les créneaux et merlons au sommet des tours. Des archères, à intervalles plus ou moins réguliers, pratiquées dans les murs d'enceinte et les tours, une meurtrière près de l'entrée à utiliser dans le cas où l'assaillant parvenait à enfoncer la porte d'entrée. Les tours rondes en saillie permettaient le tir flanquant.

Si Beersel possède trois tours rondes imposantes. on n'y trouve pas le donjon classique, ultime lieu de défense. Chaque tour pouvait cependant être défendue par les archères ouvertes vers la cour, menaçant l'assaillant parvenu à pénétrer dans l'enceinte du château. On voit que les 2e et 3e tours sont flanquées d'échauguettes permettant le tir vers le bas.

Comme moyen défensif ou de retraite, on remarquera les deux ouvertures pratiquées dans le chemin de ronde, entre la 2e et la 3e tour. C'étaient des issues d'où l'on pouvait s'échapper de nuit en cas de danger ultime et aussi envoyer des estafettes vers l'extérieur. Les hommes se laissaient glisser dans l'eau et pouvaient arriver à la berge à la nage. Ces ouvertures sont pratiquées du côté le plus marécageux, où les assaillants ne s'engageaient guère.

On remarquera que, vers l'extérieur, les fenêtres sont étroites et basses, la lumière levait venir de l'intérieur de la cour. C'est là un dispositif classique. les quelques fenêtres plus larges pratiquées vers l'extérieur ont été percées à une date tardive.

Il est probable que la 3e tour, plus élevée, a toujours été une tour de guet. Au XVII e siècle, on a voulu lui conserver ce rôle et c'est pourquoi on voit la loge du guetteur, au haut du toit. De cette guérite, le guetteur a une vue sur les quatre points de l'horizon.

La première porte à droite donne accès dans un corps de garde. De là. on pouvait caler la porte d'entrée au moyen d'un madrier fonctionnant dans une ouverture de la muraille.

Dans la voûte du couloir d'entrée, on aperçoit un grand mâchicoulis, qui fut maçonné en 1491, après la prise et le sac du château, par les Bruxellois, en l489.De ce mâchicoulis, on faisait pleuvoir l'huile bouillante, les pierres, les morceaux de fer, etc... si l'ennemi parvenait à forcer l'accès du château.

La porte à gauche du couloir commande une petite salle réservée au gardien.

La deuxième porte à droite donne accès dans la première tour, par un escalier en colimaçon.

Au premier étage se trouve la salle de la herse, c'est-à-dire celle d'où l'on faisait tomber, en cas de danger, la herse de bois devant la porte d'entrée. On y voit une grande pierre avec des tenons qui fixaient le treuil de la herse au sol; au-dessus subsiste une poutre supportant la poulie de la herse.

La salle est garnie d'une cheminée du XV e siècle, avec taque et chenets. C'est dans cette salle qu'en 1877 Victor Hugo, au cours d'une visite aux ruines du château, a composé les vers suivants qui, comme ceux qu'il écrivit sur les ruines de l'Abbaye de Villas, ne comptent certes pas parmi ses meilleurs :

Il gît là dans le val, le manoir solitaire;
Le moindre bruir s'est ru sous ses mornes arceaux
Et chaque heure du jour voit tomber une pierre de ses sombres créneaux.
Le corbeau s'est logé dans ses antiques salles,
La chouette y redit sa plainte tous les soirs
Et le brin d'herbe entre les froides dalles de ses vastes couloirs.
 Le 2e étage était la chambre à coucher des châtelains, avec la place de l'alcôve.

La salle se présente comme elle était au Moyen âge avec ses murs de briques nus; ce n'est que postérieurement qu'ils furent garnis de tapisserie et plus tard encore ornés de crépi et de peinture.

Le pavement a été reconstitué fidèlement d'après certains carreaux de grès rouges qui subsistaient. Les fenêtres n'avaient pas de carreaux de vitres; au XIII e siècle, elles étaient garnies tIc volets et de papier huilé. Celles donnant sur l'extérieur ont été percées à la fin du XV e siècle.

La salle du 3e étage était le dépôt d'armes; il en existait un semblable à l'étage supérieur de chacune des tours. Plus haut encore s'ouvre le chemin de ronde avec ses défenses du XIII e siècle garni de mâchicoulis par où on faisait tomber verticalement des boulets sur les assaillants, et de créneaux disposés pour le tir à l'arbalète.

En redescendant jusqu'au 3e étage on suit le chemin de ronde ou courtine à droite et l'on arrive à la 2e tour qui servait de logement aux soldats et dépôt d'armes.

La 2e tour est semblable à la première; elle a également trois étages et les mêmes défenses; en outre, elle est munie de deux échauguettes, percées de mâchicoulis.

En continuant par le chemin de ronde, on aperçoit sur ce parcours entre la 2e et la 3e tour, deux ouvertures béantes dont l'utilité a cLé définie ci-dessus.

On arrive ensuite à la 3e tour. Il faut y remarquer particulièrement, au 1er étage, la salle des chevaliers, couverte d'une voûte gothique du XV e siècle, avec deux clefs de voûte aux armes d'Henri III de Witthem et de son fils Philippe. C'est ce dernier qui a lait construire cette voûte après le siège de 1489.

Cette tour servait d'habitation au seigneur ou à son lieutenant. Au-dessus, même disposition des défenses que la 1er et la 2e tour.

Par une petite porte à gauche de la salle des chevaliers, on suit le chemin de ronde, non restauré, et l'on descend dans la cour par l'escalier situé peu avant l'entrée de la 1er tour, à côté du couloir d'entrée.

A gauche de la cour se trouvent les cachots. Le seuil moyen d'y accéder est une ouverture pratiquée dans le sol, que l'on a entourée d'un parquet de pierre, pour éviter que les visiteurs n'y tombent.

On peut y descendre par une échelle placée à cet effet.

Cette prison se compose de deux salles voûtées, fort humides, étant donné leur disposition sous le sol de la cour et à proximité des fosses: dans l'une on remarque des latrines à l'usage des prisonniers, dans l'autre une meurtrière très étroite donnant sur les douves qui permettait aux prisonniers d'avoir un peu de lumière.

L'enceinte du côté droit de la cour (ouest) est restée telle quelle était au XIII e siècle, avec ses mâchicoulis et ses archères. Toutefois deux fenêtres ont été percées en 1491.

Le côté gauche (est) a été modifie après le siège de 1489; on remarque que les meurtrières de ce côté sont cylindriques de façon à permettre le tir au moyen de couleuvrines.

On aperçoit, sous ces meurtrières, les traces des archères primitives.

Dans le fond de la cour, on a fermé, en 1491, les meurtrières, mis aux fenêtres des grillages et construit une maison d'habitation avec cuisine, puits, et sous-sol dont une cave est encore voûtée. Des documents authentiques manquent pour reconstruire cette habitation. Une clef de voûte a cependant été retrouvée: elle porte le monogramme de P. W. (Philippe de Witthem).

Dans le coin de la cour, à droite, s'élevait une chapelle, consacrée en 1508 et dédiée à la Vierge.

La croix en fer qui la surmontait a été placée sur l'église de Droogenbosch.

Au rez-de-chaussée de la 3e tour se trouve la salle de Justice. On a réuni dans cette salle des reconstitutions d'instruments de torture : au centre se dresse un chevalet garni des chaînes qui servaient à attacher les membres du patient et des pièces de bois sur lesquelles on lui brisait les membres.

Sur le côté dans le mur se trouve un étroit réduit qui servait de cachot et dans lequel le condamné ne pouvait se tenir qu'accroupi. La salle est ornée deux coffres du Moyen âge et d'une cheminée d'époque, avec taque.

Les murs de cette salle, fort épais, sont percés de trois grandes archères qui ont été modifiées en 1491, et dont l'ouverture centrale a été arrondie pour laisser passer l'embouchure des couleuvrines qui pivotaient au moyen d'un axe sur une barre de fer fixée dans chaque meurtrière.

Le visiteur aura constaté que le château est abondamment pourvu de mâchicoulis; ces appareils permettaient de se passer de hourds, sorte d'avancées en charpente, nécessaires pour se défendre contre les assaillants qui voulaient dresser des échelles contre les tours et tenter l'escalade.

Toutes les fenêtres vers l'extérieur ont été percées seulement a la fin du XV e siècle, remplaçant des archères: elles sont de petites dimensions et garnies de volets en chêne; c'est du côté de la cour que des fenêtres plus grandes éclairaient les salles.

Le château de Beersel forme un ensemble rare et complet d'une forteresse moyenâgeuse et constitue un insigne monument par sa valeur et ses souvenirs.

HISTORIQUE

Le premier seigneur connu de Beersel était Godefroid de Hellebeke. Sénéchal du Brabant (les seigneurs de Beersel conserveront cette fonction). C'est lui qui construisit le château vers 1300.

Annonces Google
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh