La chute de Rome

Pour conclure ces cours sur la Rome Antique, nous aborderons sa chute. Quelles en sont les raisons ? Que s'est-il passé ensuite ? Découvrons-le dans cette dernière partie du cours.

Analyse et compréhension de la chute de Rome

Selon moi, les causes de la chute de Rome sont apparues dès le IIIe siècle, la première cause est la menace des barbares, par la suite l'entretien de la cour, ensuite l'administration qui a entraîné l'accroissement des dépenses de l'État, puis des guerres civiles, l'anarchie, aussi a un gouvernement trop oppressif et à de multiples d'autres fateurs moins flagrant. Les premières invasions barbares, on eut comme conséquence que l'Empire s'est appauvrit de plus en plus. De plus, cela a paralysé le commerce à cause des invasions barbares. Les invasions barbares ont paralysé le commerce, ce qui entraîna la dépopulation des campagnes. Par la suite, le nombre de commerce a diminué : ceci a engendré une hausse de l'impôt, parce que l'État avait toujours besoin d'autant d'argent qu'avant, sinon plus. Mais, l'augmentation des impôts a abouti à une baisse des revenus. Ceci entraîna, en même temps, une augmentation d'habitants pauvres. Afin d'alléger leur sort et pour apaiser leur agitation, l'État distribuait systématiquement de la nourriture, de l'argent et des médicaments, faisant ainsi supporter un nouvel effort au budget impérial, qui était déjà lourd. L'État, selon toute apparence, ne pouvait répondre à toute les exigences auxquelles il devait faire face et pourtant. Rome ne pouvait subsister sans les satisfaire.
Malgré tout, il ne suffit pas à faire face juste aux dépenses. Parce qu'il faut faire maintenant face l’inflation monétaire qui se développe : l'État frappe des pièces plus nombreuses qui contiennent de moins en moins de métal précieux. La monnaie romaine est constamment dévaluée. Par la suite, Constantin essaie de diminuer l’inflation. Pour éviter l'inconvénient de la hausse des prix, l'État est donc amené à percevoir les impôts en nature, à exiger des corvées afin d'assurer l'acheminement des produits vers les armées, vers Rome ou Constantinople.

Cependant, après Commode, aucun empereur ne put arrêter le chaos monétaire , l'économie continua de chuter. La valeur de l'argent a diminué de plus en plus. Même, les édits écrits par Dioclétien et ceux de Constantin ne purent arrêter la détérioration économique de l'Empire. Néanmoins, l'économie n'est pas la seule raison de la chute de Rome. La ville de Rome autrefois grande et prestigieuse, n'était plus qu'un symbole. Son déclin fut encore accéléré quand, en 324, quand Constantin décida de construire une nouvelle capitale impériale en Orient. En même temps la tétrarchie qu'avait instauré Dioclétien fait rapidement faillite.

Aussi, une des causes de la chute de Rome est due aux guerres civiles, ensuite l’énergie de l'État furent employées à approvisionner et entretenir son énorme bureaucratie, au lieu de s'occuper des barbares. En même temps, le gouvernement romain devint de plus plus autocratique que jamais, envers ses habitants. Après la mort d'Alexandre Sévère, 352, l'Empire sombre dans l'anarchie.
À mesure que le temps passait, il devint de plus en plus difficile de contenir le flot des barbares. En 376, quelques tribus germaniques menacèrent la frontière du Danube, d'autres allaient suivre par la suite. Les Wisigoths, les Suèves et les Vandales édifièrent leurs propres royaumes à l'intérieur de l'Empire. Ce que les ravages causés par les dernières guerres avaient épargné fut la proie des envahisseurs. Ammien Marcellin, dernier des grands historiens romains, décrit l'Empire en Occident comme étant un pays réduit aux abois par " la charge des contributions et l'augmentation des impôts" (Mooser, 1999, 13) : c'était une contrée quand " écrasée par la sévérité des percepteurs d'impôts" (Mooser, 1999, 13). Quand les barbares traversèrent le pays, la désolation fut à son comble, on pouvait voir " des femmes chassées à coups de fouets, hébétées par la terreur, lourdes encore de leurs enfants qui s'attendaient de naître et qui, avant de venir au monde, souffraient déjà de tant d'horreurs ".(Veyne, 1991, p.115)

La ville de Rome même fut mise par les Wisigoths en 410, puis par les Vandales en 455. Bientôt l'Empire se d'Occident se disloque. Les Vandales prennent l'Afrique du Nord, occupent la Sardaigne et la Corse. Les Francs s'avancent jusqu'à la Somme. Les Burgondes remontent la Saône. Il y a plus qu'avec l'Italie qu'un seul territoire encore romain, entre la Seine et Loire, quand un mercenaire barbare, Odoacre, entre à Ravenne en 476 et défait Romulus Augustule, le dernier Empereur romain d'Occident. Cependant, Rome ne pouvait être détruite. Elle continua à vivre comme siège de l'Église et comme grand monument. Même en ruines, Rome continua à éblouir par son éclat les villes d'Europe en croissance et cela jusqu'aux jours de la Renaissance. (encyclopédie Universialiste, 1992, p. 138-139)

Conclusion

Dans ce travail de recherche, j'ai expliqué les raisons qui ont amené la chute Rome. Je vous ai bien présenté les origines de Rome, dans le seul but de mieux saisir les raisons qui ont amené le Bas-Empire. Par la suite, j'ai continué en expliquant l'organisation politique et sociale. Ensuite, j'ai fait une brève description de l'Empire romain, des poètes, de l'armée romaine, du commerce et de l'agriculture, des métiers, etc. Tout ceci dans le seul but de mieux démystifier la société de l'Empire de Rome et par la suite de mieux saisir, comprendre l'origine des causes de la chute de rome. Quatrièment, après avoir mieux compris l'histoire de la société Romaine, j'ai donné une description, mais aussi une analyse de l'histoire du Bas-Empire, sur les causes de la chute de Rome.

Pourquoi Rome a-t-elle sombré et quelles en sont les causes de cette chute ? À travers ce texte, j'ai tenté de comprendre et d'expliquer quels étaient les motifs du déclin de l'Empire romain. Après avoir lu et relu mon texte, j'ai réfléchi énormément. Il est très difficile de prendre position pour une raison, parce que selon moi c'est l'interaction de plusieurs causes, qui ont fait tomber Rome. J'en viens à la conclusion que Rome aurait surtout sombré à cause la détérioration de l'économie, l'anarchie, les guerres et un gouvernement trop autoritaire Voici, les causes principales, qui on fait tomber l'Empire Romain.

Ensuite, l'hypothèse que j'avais formulée au début, est infirmée, néanmoins elle fait partie des multiples raisons qui ont amené la chute de Rome. Au cours de cettte recherche, j'ai pu m'apercevoir que j'avais tort de penser que c'était la seule explication de la chute de Rome. Finalement, Rome ne fut pas effacé par sa chute. Aux époques anciennes, le déclin d'un État avait souvent entraîné non seulement l'écroulement de son édifice politique, mais aussi la disparition de sa civilisation, l'extinction de son mode vie. Rome, en revanche, avait assuré sa survie culturelle, bien avant la perte de son pouvoir, en romanisant les différentes parties de son Empire étendu. Rome était tombée, mais le romanisme continuait. De nos jours 1500 ans après la chute de Rome, son héritage fait partie intégrante de la civilisation occidentale.

COMMENTAIRE :

Un oubli dans la chute de l'Empire et qui est certainement fondamental c'est le déséquilibre de la balance commerciale entre l'Ouest et l'Est qui amène la détérioration des comptes publics et l'exaspération des populations qui fuient l'impôt dans les forêts préférant vivre chichement de clairières mal exploitées que de terres plus riches mais trop "taxées" .
N'oublions pas que seule la partie occidentale de l'empire s'effondre alors que l'autre lui survivra près de mille ans (jusqu'en 1453) prouvant bien que sa "santé" monétaire la mettait à l'abri des invasions : achat de complicité parmi les "barbares" , armée fidèle car bien payée , administration efficace ..

Bibliographie - Webographie

REFERENCES
Encyclopédie de l'âge scolaire Volume 3 (1981), Tout l'univers, Edition Gruppo Fabbri S.P.A.,Milan, , pages 652-657
Encyclopédie de l'âge scolaire Volume 4 (1981), Tout l'univers, Edition Gruppo Fabbri S.P.A., Milan, , pages 724-729
Encyclopédie de la jeunesse, Volume 3 (1979), Grolier, édition Grolier limité, pages 560-569
Encyclopédie Universaliste (1992), Paris, Encyclopédie Universalis, 31 v. Vol. n12, p120-140

LIVRES
Adam, Jean-Pierre (1996). La construction romaine, matériaux et techniques, éditions Picard.
Cortegggiani, J.P, (1989) l'Antiquité, édition Pélican.
Julliard, René (1967). La chute de l'Empire Romain, Édition France.
Lepelley, C. (1969)., L'Empire Romain, édition Paris.
Thuillier, Jean-Paul (1996). Les empereur de la Rome Antique, éditions Errance.
Scheid, J. (1966).religion romain, édition la découverte.
Veyne, P. (1991).la sociétée romain, édition la découverte
Whitaker, Charle R (1989)., les frontières de l'Empire romain, université de Besançon, Paris.

REVUES
Mardart, Jean Henri. (février 1998). " Rome et la Chine le partage du monde." Actualité no 218, , pages 25-26
Mooser, Carl (1999). " Constantinople nous a plus influencés que Rome. " L'Express, vol. 211, page10-13
de St-Blanquat, Henri. (septembre 1992). " Les véritables frontières de l'Empire romain ", Sciene et Avenir, pages73-76

LIENS INTERNET
Alain Lemay. (17 Octobre 1999) - Bienvenue sur Rome - http://www.edunet.ch/classes/c9/rome/empire.htm
Alexandre Cloutier (17 Octobre 99) - les Romains - http://www.edunet.ch/classes/c9/rome/culture.htm
Françis La feuille (20 oct 1999) - Tite-Live, Rome Antique - http://perso.netinfo.fr/Digeorges/titeliv4.htm


© Copyright Peinture de Karl Briullov, Galerie Tretyakov (Moscou)
Annonces Google
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh