La grotte de Lascaux et l’homme de Tautavel

Leçon - Niveau CE2 - Niveau 6ème

Alexandre dans sa fiche sur la Préhistoire vous présente la grotte de Lascaux et l'homme de Tautavel. 

La grotte de Lascaux

Elle a été découverte le 12 septembre 1940 par quatre adolescents sur la colline dominant le village de Montignac. Ils s'appelaient Marcel Ravidat, Jacques Marsal, Georges Agnel et Simaon Coencas. Au milieu des bois, au-dessus du manoir de Lascaux, s'ouvrait un trou, révélé quelques années auparavant par la chute d'un grand pin. Après élargissement, ils se glissèrent puis dévalèrent la pente d'un grand éboulis masquant l'entrée originelle de la grotte. Du pied de cette formation, ils se risquèrent dans un espace plus vaste, actuellement dénommé la Salle des Taureaux. Les motifs pariétaux de la Salle des Taureaux sont les plus imposants de l'art paléolithique. Trois groupes d'animaux, chevaux, taureaux et cerfs, composent cette vaste fresque continue sur une vingtaine de mètres. Cette composition s'initie par une figure étrange, la licorne qui semble pousser vers le fond une horde de chevaux associée à un grand taureau partiellement représenté. À l'opposé, une animation similaire, construite par trois autres grands aurochs, équilibre cet ensemble. Le point de convergence de ces deux ensembles est un groupe de petits cerfs peints à l'ocre... ... Au sein même de cette composition se dissimule la silhouette d'un ours. La difficulté de lecture, volontairement provoquée, tient en sa localisation dans une large bande ventrale de taureau. Seules la tête, la ligne de dos et la patte postérieure droite sont visibles. Les signes, peu nombreux, se limitent à des ponctuations isolées ou groupées, souvent noires, et à des tirets diversement teintés. Dans les représentations figuratives, la couleur noire domine. Seuls le groupe des cerfs, trois bovidés et quatre chevaux, dont trois incomplets, sont colorés en rouge. 

Le crâne de l'Homme de Tautavel

Il a été découvert le 22 juillet 1971. Il est nommé « Arago XXI ». Il présente un front plat et fuyant et des arcades sourcilières très développées. La face est large, les orbites rectangulaires. Le squelette a été reconstitué à l'aide des 75 restes humains découverts ainsi qu'avec des éléments moulés pour pallier les parties manquantes. La grotte ou « Caune » de l'Arago, située sur le territoire de la commune de Tautavel, est creusée dans les calcaires urgoniens. Surplombant d'une centaine de mètres la vallée traversée du Verdouble, elle constituait pour les chasseurs préhistoriques un poste d'observation et un habitat privilégié au carrefour de plusieurs niches écologiques. Souvent comparée à un livre contenant les archives de l'histoire des premiers hommes dont la lecture entraînerait l'effacement des pages les unes après les autres, la fouille est une opération irréversible. La restitution très précise de chaque couche et des objets qui s'y trouvaient nécessite un système minutieux de repérage et de relevé de chaque objet. Les fils à plombs qui pendent délimitent des carrés d'un m2. Le carroyage ainsi constitué permet le repérage au sol de différents objets.

L'enregistrement des données est effectué par le fouilleur qui note les objets et définit leurs coordonnées spatiales. L'intérêt de la grotte est connu depuis 1828 par Marcel de Serres, célèbre paléontologue qui avait découvert à l'époque des ossements d'animaux qu'il qualifiait « d'antédiluviens ». Après la découverte d'outils préhistoriques par Jean Abélanet, le professeur Henry de Lumley décide d'ouvrir, en 1963, à la Caune de l'Arago un chantier de fouilles. La découverte, en 1971, du crâne d'un Homo erectus, allait rendre célèbre ce site dans le monde entier.

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh