Les fêtes et coutumes en Italie

Les fêtes et coutumes en Italie

En Italie, les coutumes ont une place très importante et elles rythment la vie et le quotidien des Italiens. La famille a par exemple une place primordiale pour eux et ils ne pourraient pas se passer des membres de leur famille. Les fêtes sont également très nombreuses en Italie, qu'elles soient religieuse ou profane (comme le carnaval). Un article qui fera découvrir aux enfants la bella vita !

Les coutumes en Italie

La "mamma", c’est-à-dire la mère de famille est le centre de l’union familiale et gère tout. Elle a une grande autorité et un fort pouvoir sur les autres membres de la famille. C’est pour cela que les maisons en Italie sont souvent très grandes : les familles vivent toute ensemble et les enfants sont rarement pressés de quitter le nid. A l’inverse, ils prennent souvent soin de leurs parents lorsque ceux-ci se font vieux. Mais cette tradition commence à disparaître peu à peu aujourd’hui.

La sieste est une tradition qui a la vie dure en Italie ! Elle remonte à l’Antiquité où elle a été mise en place et depuis, c’est une vraie institution. Après le déjeuner et un bon plat de pasta, la ville s’endort. Toutes les boutiques ferment et ne rouvrent qu’en fin d’après-midi. Il n’y a personne dans les rues et tout le monde reste à l’ombre. C’est particulièrement impressionnant, surtout pour les touristes !  La vie refait surface à partir de 17h environ où les cafés sont envahis. Les femmes âgées sortent de petites chaises et s’assoient juste devant leur porte pour parler de tout et de rien avec leurs voisines. Leurs maris font de même mais préfèrent généralement les bancs publics autour de la petite place du village.

Les week-end en Italie

L’Italie est depuis toujours un pays connu pour ses artistes et son architecture impressionnante. Les touristes ont de la chance car les musées sont fermés le lundi là-bas : il est donc facile de trouver de quoi s’occuper le weekend ! Cœur de la Renaissance, les amateurs d’art et d’histoire ne peuvent que trouver leur bonheur là-bas. Toutes les villes sont étonnantes : Rome, Venise, Florence, Naples et Milan sont incontestablement les endroits à découvrir même s’ils sont très touristiques. Le Colisée (Rome), l’Eglise Saint Pierre de Rome et son incroyable chapelle Sixtine (là où vit le Pape, au Vatican), le Pont des Soupirs (Venise), la cathédrale Santa Maria des Fiore (Florence) ou encore Pompei (Milan) sont des visites qui coupent le souffle et dont on ne sort pas indemnes ! Le weekend, les Italiens aiment beaucoup rester en famille ou retrouver leurs amis pour aller manger une gelati (glace) ou se promener en vespa (la marque de mobylette la plus connue en Italie !) au cœur de la ville. 

Les fêtes en Italie

Les Italiens sont de vrais fêtards ! C’est une population très chaleureuse. Ils parlent très forts (on a souvent l’impression qu’ils crient alors que ce n’est pas le cas !) et font de grands gestes avec les mains. Ils sont très expressifs. Mais au-delà de ça, les festivités auxquelles ils prennent part sont surtout rythmées par le calendrier religieux. Dans chaque ville, le saint patron est fêté avec ferveur et des processions ont lieu en son honneur. Mais certaines fêtes sont aussi profanes (c’est-à-dire qu’elles se détachent de la religion) comme les carnavals qui sont très appréciés (celui de Venise est particulièrement magnifique !).

Au printemps, une semaine entière est consacrée à la culture, comme les journées du Patrimoine françaises ! C’est la "Settimana della cultura" où les musées et les monuments sont gratuits et où le public se précipite massivement. La fête de Noël ("Natale") quant à elle se déroule sur 3 jours, du 24 au 26 décembre. Contrairement à la France, les petits Italiens ne reçoivent pas leurs cadeaux en même temps selon les régions. Au Nord, la distribution est faite le 25 décembre par le Père Noël (appelé "Babbo Natale") ou par le Petit Jésus ("Gesu Bambino"). Partout ailleurs, c’est le 13 décembre que Sainte Lucie ("Santa Lucia") apporte des cadeaux aux enfants. Certains doivent parfois attendre jusqu’au 6 janvier (le jour de l’épiphanie !) pour recevoir enfin leurs présents. La légende dit alors que "Befana", une horrible sorcière aux cheveux blancs vêtue de noir, distribue aux enfants sages des bonbons tandis qu’elle glisse du charbon dans les chaussons des autres. 

Annonces Google