Les femmes afghanes

JEUNES JOURNALISTES JEUNES JOURNALISTES

la page dont vous êtes les auteurs

sujetFemmes en Afghanistan auteur Gaia datemars 2001
Le gouvernement afghan mène la guerre aux femmes. La situation s'est détériorée à un tel point que dans un éditorial du Times, quelqu'un a comparé le traitement des femmes là-bas au traitement des juifs dans la Pologne du prè-holocauste.
Depuis la prise de pouvoir des Talibans en 1996, les femmes doivent porter le burqua*, sont battues et lapidées en public si elles n'ont pas l'habit adéquat, ne fut-ce que si le filet ne couvre pas leurs yeux. Une femme a été battue À MORT par une foule de fondamentalistes pour avoir incidemment exposé son bras en conduisant. Une autre a été lapidée À MORT pour avoir tenté de quitter le pays avec un homme qui ne faisait pas partie de sa famille.
Les femmes ne sont pas autorisées à travailler ni même à sortir sans un parent de sexe masculin. Les femmes qui travaillent en tant que professeurs, traductrices, médecins, avocates, artistes et écrivains ont été contraintes de quitter leur travail et ont été renvoyées à la maison, de sorte que les dépressions deviennent tellement répandues que le phénomène a atteint un seuil d'urgence.
Les maisons occupées par des femmes doivent avoir leurs fenêtres peintes de sorte que les femmes ne puissent jamais être vues de l'extérieur.
Elles doivent porter des chaussures qui ne font pas de bruit, de manière à ne jamais être entendues.
Les femmes craignent pour leur vie à la moindre "mauvaise conduite".
Le travail leur étant interdit, les femmes célibataires ou sans membres de la famille de sexe masculin meurent de faim ou mendient dans la rue, fussent-elles titulaires d'un doctorat.
Il n'y a pratiquement pas de traitements médicaux disponibles pour les femmes, et les représentants d'organismes humanitaires ont pour la plupart quitté le pays.
Dans l'un des rares hôpitaux pour femmes, un journaliste a trouvé des corps immobiles, presque sans vie, couchés sur des lits. Enveloppées dans leur burqua, réticentes à parler, à manger ou à faire quoique ce soit, dépérissant à petit feu. D'autres sont devenues folles. On les a vues tapies dans des coins, se balançant ou pleurant, pour la plupart, de peur.
La situation est arrivée à un point où le terme "violations des droits humains" est un euphémisme*.
Les maris ont droit de vie et de mort sur les femmes de la famille, en particulier sur leurs épouses, mais une foule en colère a tout autant le droit de lapider ou de battre une femme, souvent jusqu'à ce que mort s'en suive, pour avoir exposé une once de chair ou avoir offensé l'un d'entre eux de la manière la plus insignifiante.
Jusqu'en 1996, les femmes jouissaient d'une relative liberté pour travailler, généralement pour s'habiller comme elles le souhaitaient, pour conduire et apparaître seules en public . La rapidité de la transition constitue la raison principale des dépressions et des suicides. Les femmes qui par le passé, étaient éducatrices ou médecins ou qui simplement étaient habituées à des libertés humaines basiques sont à présent durement réprimées et traitées comme des sous-êtres, au nom de l'islam fondamentaliste et rétrograde.
Il ne s'agit pas de tradition ou de culture, au contraire. Les mesures sont extrêmes, même dans les cultures ou le fondamentalisme constitue la règle.
Tout être humain a le droit à une existence tolérable, y compris les femmes d'un pays musulman situé dans une partie du monde que les Occidentaux ne comprennent pas.
Vocabulaire :
Burqua : Voile noir recouvrant le visage et principalement la tête.
Euphémisme : Façon de présenter une réalité brutale ou blessante en atténuant son expression pour éviter de choquer.
Gaia

/
Page en construction permanente, dernier remaniement le
04/03/01

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh