L'argent: indispensable ?

Que pensez-vous de l'argent ?
Pensez-vous qu'il soit possible de vivre dans un monde sans argent ?

Comment changer le monde pour le mieux? Faire disparaitre l'argent de notre planète!
Remplaçons les emplois à la chaine et répétitifs par des systèmes robotisés et envoyons le plus de personne possible dans le seul domaine important : la recherche médicale.
Arrêtons cette grosse machine aveugle que l'on appelle le gouvernement, fini la chicane et les millions de morts à cause de l'argent.
Fini la fraude, les vols et les barrières liées à l'économie et à ceux qui la dirigent!
Soyons conscients que notre vie est très courte, on ne veut pas en profiter à 65 ans! Bref, l'économie ralenti l'évolution de l'homme et le mènera à sa perte un jour ou l'autre!
(En 2003, on perd encore sa vie à la gagner!)
Yves, Thierry, Sandra, Hélène, Violette et j'en passe!! Eux ont compris!!
Bonjour à tous
Si l'on veut vivre autrement que sous la dictature de l'argent, il faut renforcer les valeurs "symétriques" c'est-à-dire à mon sens l'amour et la sagesse. Un fois ces valeurs devenues grandioses en nous, elles ne pourront que déteindre sur nos proches et de proche en proche, elles se répandront sur toute la planète.
C'est évidemment plus facile à dire qu'à faire, il faut des connaissances, des méthodes, des guides.
Nous avons tous en nous un potentiel infini d'amour et de sagesse (que certains appellent l'étincelle divine) et c'est à nous qu'il appartient de le développer, de l'épanouir. Cette étincelle divine, c'est notre conscience, elle s'est d'abord épanouie au travers de la prise de conscience de ce qui est négatif (contraire à la vie), mais elle doit ensuite dépasser ce stade et ne se concentrer que sur les aspects positifs de la vie (qui sont légions comme vous le savez), ceci à travers toutes les difficultés et les embuches de notre monde moderne. Ce sur quoi nous nous concentrons se développe, alors concentrons nous sur le positif, étudions les lois de la vie et soyons sur que le bien finit par maitriser le mal (mais il ne le détruit pas).
Salutations
Yves A.
L'argent est un code de reconnaissance et d'échange entre les hommes qui existe depuis l'aube des temps. [...].
C'est bien du moment où les gens en ont tous pour subsister et qu'il n'y a pas de hiérarchie sociale à cause de cela . Ce qui veut dire que c'est un idéal et que c'est impossible tant que les gens ne seront pas moins matérialistes .
Je suis persuadé du fait que l'argent (l'économie,le "système") est néfaste à l'être humain.
Je rêve d'une société compréhensive, basé sur le partage, le volontariat, le "don" d'une partie de son temps en échange du nécessaire vital (nourriture, logement, vêtements...), d'une société qui se soucierait du bien-être des individus qui la compose, dont le but serait la création et l'évolution de cette même société pour le meilleur de chacun.
Une société ou le savoir, la technologie, serais le moteur du bien-être "matériel". Reléguer les taches manuelles dont personne ne souhaite "en faire sa vie", aux machines, outils issu de l'intelligence, et devant être employés de façon intelligente, pour tous.
Le savoir ne vaut que s'il est partagé par tous.
Malheureusement, ce que je vois évoluer à mes yeux, c'est l'individualisme au détriment de l'individu, poussé toujours plus avant par la communication (les médias, ce vecteur de la maladie mentale qu'est "c'est comme çà, on y peut rien").
J'ai toujours pensé que le monde était ce que l'on en faisait.
Ce que je vois me répugne, au plus profond de mon être.
Au lieu d'évoluer de façon intelligente, pour un but commun à tous: le bien-être et la recherche du pourquoi, le monde évolue dans son égoïsme, son égocentrisme, pour l'acquisition de biens personnels aussi futiles que volatiles.
J'ai perdu espoir, je ne crois plus en la soi-disant intelligence humaine, mue par des pulsions personnelles et dont tout le monde tente de prendre le contrôle. Des années à y penser, jours après jours, m'ont vidé, détruit de l’intérieur, aspiré ma personnalité, ma joie de vivre, mon envie du meilleur pour tous, m'a annihilé mes rêves, mon rêve. Je m'accroche à cette paroi verticale et lisse qu'est la chute de l'humanité dans sa bêtise, tente de survivre tant bien que mal dans ce monde puant (l'argent n'a pas d'odeur? étrange, moi je sens la mort.) où de plus en plus de personnes ne cherchent même pas à envisager "autre chose", où chacun souhaite avoir une "vie normale"... La Normalité, la Norme, le moule dans lequel les dirigeants, les hommes de pouvoirs, souhaiteraient que nous tous soyons formés...
L'argent était peut-être indispensable à l'évolution, à une certaine évolution, de l'humanité. L'argent, l'échange, le "partage" des richesses, le "partage" des savoirs, savoir-faire, fut dopé par l'argent. L'argent permet de chiffrer toutes choses, permet donc d’échanger toute chose contre une autre, quelle qu'elle soit. L'argent a poussé l'humanité a vouloir faire mieux, a dominé ses voisins "etrangés", a produire plus et meilleur, a favoriser les échanges. L'argent a stimulé l’épanouissement de la société. L'argent a-t-il le pouvoir de faire tout cela a jamais ? L'argent est indispensable? L'est-il encore ? Ne croyez vous pas que l'argent, au contraire des pensées toutes faites dont "on" vous a insufflé l'idée, idée qui vous fait croire que l'argent amène la technologie, amène l'évolution de la société, amène le bien-être personnel, amène la vie, cet argent, si puissant, si important, plus important que la vie humaine, ralenti l'évolution, ralenti la recherche, ralenti la vie, jusqu’à son arrêt totale, et, espérons-le, non définitive. L'humanité est entrée dans une phase de chute libre, chute qui exponentielle, aussi exponentielle que l'acquisition de l'argent par l'individu. Les Riches deviennent de plus en plus Riches. Les Pauvres deviennent de plus en plus Pauvres. L’écart se creuse, s'agrandit, tel le pouvoir sur autrui. L'argent est une drogue. Dès que vous y avez gouté, vous ne pouvez plus vous en passer. Il vous en faut toujours plus, on n'en n'a jamais assez. L'argent, l'argent l'argent. L'argent est un fléau. L'argent tue. "On" tue pour de l'argent. L'argent est indispensable. Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. L'Espoir fait Vivre.
Thierry, 30 ans, France; Europe monde.
Eh bien oui car l'argent est maintenant synonyme de pouvoir et le pouvoir c'est la cupidité car n'importe qui ferait n'importe quoi pour de l'argent.
Oh oui!!! Ce serait possible!! Si nous reculons de plusieurs milliers d'années... stop!!
Arrêtons quelques temps avant Jésus Christ. Là où l'argent n'existait pas. Les gens se débrouillaient très bien. Ils faisaient l'échange: ton tapis contre ma cuillère.
Maintenant les guerres éclatent pour l'argent. Toujours l'argent! Les gens veulent toujours plus d'argent! Je trouve cette invention très stupide.
Sandra 15 ans, Canada
Je pense que ce serait bien un monde sans argent, l'argent corrompt l'homme.
Hélène 15 ans Lille France
Ça serait beaucoup mieux un monde sans argent. Plus de sdf [sans domicile fixe], moins de problèmes.
L'argent est aujourd'hui malheureusement indispensable dans la vie de tous les jours. Alors, échanger sans argent quelque chose de matériel, c'est impossible.
Claire, Dijon
Peut-on échanger sans argent ?
Depuis le milieu des années 1980 sont apparus et se sont développés en Amérique du Nord, puis en Grande-Bretagne, en Allemagne, en France, en Italie, etc., des cercles ou systèmes locaux d'échange. Leurs membres, après avoir établi une unité de compte singularisant chaque association, échangent localement, hors des circuits habituels des transactions privées «marchandes», des services, des savoirs et des biens de nature très diverse. Ces groupes peuvent être inscrits dans l'ensemble des expériences alternatives et des expérimentations dites utopiques comme forme nouvelle de citoyenneté et d'apprentissage de la démocratie. Ils peuvent être pensés comme un outil de développement local ou de lutte contre l'exclusion. Ils peuvent être compris comme un moyen de développement personnel. Ils peuvent enfin être interprétés comme une forme de subsidiarité monétaire au moment où les États nationaux perdent leur pouvoir monétaire.
Chaque membre a son vécu ; chaque SEL, ses spécificités.Plus de 300 systèmes d'échange local (SEL) existent aujourd'hui en France. Ce développement de pratiques situées à mi-chemin entre le don et le marché est un défi pour les économistes, les sociologues et autres chercheurs en sciences sociales, mais aussi pour les hommes d’État et les militants politiques.
Les auteurs, en retraçant les origines des SEL et en présentant les formes multiples de leur fonctionnement et de leur essaimage, ouvrent ainsi des pistes nouvelles pour mieux les comprendre.
Vivre sans argent ? Mais bien entendu, le jour où les impôts n'existeront plus, et le jour où la nourriture pourra être présente sur toutes les tables sans distinction de classe sociale.
Violette, Orsay
Sans argent on ne vit pas
Lorsque Crésus inventa l'argent, il n'inventa que le support fiable avec lequel une commune entente faisait que les échanges entre différents groupes ou individus serait fiable. Il n'inventa pas la cupidité et le profit, qui sont des expressions de sauvegardes que l'homme en effet possède de façon intrinsèque. S'adresser à l'intelligence serait une solution plus commode, je m'explique.
Ce que je perçois de commun dans les réponses de Luce et de Suzanne est le fait que le primat mis sur l'argent est néfaste, et que la différence est que pour Suzanne en éliminant le support d'échange éviterait cette déviance et que pour Luce un retour sur l'homme lui-même permettrait l'introspection, mais que la hiérarchie fait que les hommes se mettent en porte à faux.
En fait oui l'homme aime idéaliser, cependant tout primat en quelque domaine soit-il rendrait caduc, toute solution qui se départage en multiplicité dans des domaines et origines diférents. Un simple exemple est dans les habiletés et connaissances de chaque individu, si elles ne sont pas mises à contribution pour créer autre chose, deviennent stériles et inertes. L'illusion que le primat que tous les hommes soient égaux serait par exemple qu'ils aient les mêmes ressources de connaissances et d'habiletés. Deviendraient-ils inertes les uns à l'égard des autres et qui seraient les uns et les autres dans ce cas?
Les hommes ne sont pas en l'occurence objet de l'homme mais semblable à un paquet contenant une multitude d'éléments ayant tous leurs importances que la réalité se charge de nous rappeler par différent moyen, et que l'unicité de l'idéal parfait devient un pare fais, un pare choc, que l'intouchable défend quel que soit la conséquence, donc peu importe ce que ça fait pourvu que ce que j'imagine soit concret. C'est le paradoxe du chacun pour soi, où l'on s'enferme soi-même en prenant pour acquis que l'argent rend le malheur confortable. On y perd en échange.
Claude, Canada
Un instant ! Je me calme ! La réaction de notre ami(e) Luce m'a semblé assez provocatrice. Elle mérite une réponse la hauteur de ses affirmations si partiales.
Ce n'est pas bien de sa part de prétendre que "un tel sujet ne devrait pas être accessible à tous" parce que certains n'auraient ni d'avis objectif, ni de moyens de répondre ! J'invite tous ceux qui pourraient le penser de consulter en particulier la très bonne démonstration présentée par Suzanne. Il y a d'autres interventions que j'ai trouvées pertinentes.
Ceux qui ne sont pas d'accord avec Luce ne sont pas tous des imbéciles ou des simples d'esprit ! Nous tous le prouvons.
Est-il nécessaire de préciser que tous ceux qui se sont sérieusement penchés sur ce sujet ne prétendent nullement être partisans du retour au troc. Aucun d'entre-nous - ou si peu - préconise de renoncer à ce que la technologie peut nous apporter comme confort et qualité de vie. Nous souhaitons même pouvoir tous en profiter !
Effectivement, l'argent est une invention de l'homme. Son apparition était logique et pouvait faciliter les échanges entre tous.
L'argent n'est pas un mal en soi mais il est devenu un poison pour l'humanité. Un outil d'autodestruction dont elle abuse.
Est-il nécessaire de rappeler que pour des raisons d'argent, des milliards de gens souffrent de la faim - souvent même en meurent - , vivent dans la misère. Ne profitent justement pas de cette technologie avancée dont Luce vante si brillamment les mérites..
Est-il nécessaire de rappeler que pour des raisons d'argent, des millions de personnes sont interdits de travail dans un pays comme la France ?
Est-il nécessaire de rappeler que dans ce même pays, 3 heures travaillées sur quatre sont consacrées uniquement à la manipulation de l'argent alors que tout ce temps passé serait tellement mieux employé dans d'autres tâches ?
Est-il nécessaire de rappeler que pour des raisons d'argent, les industriels polluent à qui mieux mieux et que la planète gémit ?
L'homme serait, selon lui, mauvais et obtus. La vie de l'homme - ou de la femme à moins qu'il l'écarte de cette analyse - commence dès les premières années.. Ainsi, vous tous qui lisez ses lignes et les miennes, vous êtes tous bêtes et obtus ! Pas fréquentables ! Se rend-il compte de ce qu'il écrit ?
Oui, les hommes ont souvent des comportements indignes. Mais de quels hommes s'agit-il ? Qui sont ces hommes ? Où sont-ils nés, où vivent-ils ? Dans un monde de l'argent ? Tout s'explique donc..
Nous savons tous que ceux qui vivaient sans argent, à l'état "sauvage ", avant donc d'être "civilisés " par les colonisateurs ou autres esclavagistes , n'étaient pas si bêtes et méchants.
L'homme n'est ni bon ni méchant de nature, il devient l'un ou l'autre selon le milieu dans lequel il vit.. Les exemples qu'il peut prendre.
Je n'ai pas fini ! Selon Luce, nous ne sommes pas tous d'une intelligence égale. Bien. Et que donc, toujours selon lui, l'élite ne pourra jamais accepter de s'aligner au rang des autres ! Cela veut dire quoi ? Que cet élite, quelqu'un de plus fort ou plus intelligent devrait disposer de plus de droits ? Si je poursuis ce raisonnement, le faible, la personne handicapée, le malade, le jeune enfant, enfin tous ceux qui sont un peu moins forts et intelligents, ne mériteraient que les miettes dispensées par ces autres ? Comment peut-on oser le suggérer, voire l'affirmer ?
Pourquoi ne voudrions-nous pas vivre en Afrique dans un monde sans argent ? Une terre inculte ? Alors pourquoi les occidentaux vont-ils piller les ressources de ce continent ? Et combien même ? Ne devrait-il pas avoir un devoir de partage entre les habitants du monde entier, de solidarité ?
Tout ce qu'a affirmé Luce me paraît donc hautement contestable. A mon niveau, révoltant. Absurde. Mais c'est bien qu'il se soit exprimé. Cela m'a permit d'apporter dans ce débat une vision différente, plus équilibrée, plus humaine, de ce sujet de société si grave et si préoccupant.
Qui a raison ? Luce ou moi ?
Qu'en pensez-vous ?
Bernard (France)
Non, les personnes d'aujourd'hui en profiteraient trop.
Je voudrais tout d'abord dire que ce sujet vieux comme le monde ne devrait pas être accessible à tous. La plupart des réponses sont semblables aux réponses des Miss France et compagnie: "l'argent c'est pas bien parce que ça permet de faire la guerre et des enfants meurent de faim". Franchement c'est la réponse type et clonée de toute personne n'ayant pas d'avis objectif, ni les moyens de répondre.
Nous le savons l'argent est une invention de l'homme. L'homme est de nature mauvais et obtus, avant l'argent il y avait le troc. Une telle régression serait elle possible? Certainement pas. Pour troquer il faut produire , puisqu'il n'y a plus d'argent il n'y a donc plus de moyen de diversifier. Troc = régression = vie sans confort.
Nous nous sommes habitués au confort, à la technologie. Notre corps lui-même s'est habitué à ce confort. Pas moyen de casser ce processus.
Je trouve également qu'il est trop simple, bien trop simple de rejeter la faute sur l'argent. Quelle hypocrisie de personnifier l'argent comme un démon destructeur et quelle naïveté que de croire que sans argent le monde tournerait mieux.
L'homme est paradoxal, il veut son indépendance mais rejette sa propre nature en accusant ses propres inventions. Tout cela est puant.
Le vrai problème n'est pas l'argent, c'est l'homme. Croyez vous que si nous vivions sans argent et que si tout était public les voleurs et les hommes cupides cesseraient d'exister? L'homme trouverait autre chose pour se défouler et faire ressortir ses instincts les plus primitifs. Quant à l'égalité monétaire.... Mais vous rêvez, les hommes ne sont pas d'intelligence égale. Pensez vous que l'élite accepterait d'être au même niveau que le peuple? Certainement pas. Quand au racisme? Il ne disparaitrai pas. Ni les maladies. Qui voudrait aller dans un endroit aussi pauvre et contaminé que l'Afrique pour parler d'égalité. Leur terre n'est pas fertile de surcroit.
Non, arrêtez de rejeter la faute et acceptez votre nature qui est la mienne également, la notre à tous et qui est notre véritable problème!
Luce, France
retour
Faut pas pousser tout de même! Il faut un minimum d'argent pour survivre.
Mais trop avoir d'argent, c'est nul après! C'est déjà bien d'avoir la santé et avoir l'amour c'est encore + magnifique!
Mikhaela, 15 ans et demi, Nice
L'argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue
Si l'argent ne fait pas le bonheur, rendez-le!
Mikhaela
Je pense que ça pourrait commencer à changer dès que quelqu'un inventera un système qui produirait gratos les choses de bases (nourriture, fringues, boissons, papier...).
A ce moment, il y aura plein de gens très intelligents et motivés qui vont se "démobiliser" de leur travail pour se consacrer plutôt à l'évolution spirituelle de l'humanité (on est tous, d'ailleurs, comme les 95% des ordinateurs de ce monde, suffisamment futés pour lancer des navettes spatiales mais utilisés seulement comme machines à écrire...).
Vam, France
L'argent représente le statut social de quelqu'un dans notre société; ce n'est pas le cas partout ailleurs.
Certains pays, très pauvres, abritent des gens qui valorisent la famille et le partage. Certains d'eux réclament même s'ils pouvaient choisir entre un monde capitaliste et le leur, ils choisiraient le leur sans même y penser.
C'est vrai, l'argent n'apporte pas le bonheur, mais la propagande contrôle la mentalité des masses du monde développé et rien ne changera tant qu'on prêche l'importance de la possession des biens à l'infini. Un cercle vicieux dont le carburant est le média.
@+!
Green_Ears.
Tous ceux qui sont contre le fait d'avoir de l'argent sont des communistes et ça c'est pas bien
Merci à vous tous de participer en écrivant sur ce site. Vous me redonnez du baume au coeur. J'ai aussi la conviction qu'un monde sans argent serait bien meilleur que le notre. Le paragraphe 12 en parle très bien.
Mais je suis sûr que tous ceux qui pensent comme moi devraient s'unir pour pouvoir organiser un monde meilleur car écrire sur internet c'est très bien mais c'est facile. Je voudrais que vous soyez avec moi à l'origine de ce monde meilleur. Ecrivez-moi si le coeur nous en dit.
"Il faut croire en ses rêves mêmes si ils semblent irréalisables". Que la force soit avec vous. @++++
Un monde sans argent ! Cela fait fort longtemps que je milite pour que cessent toutes les atrocités liées au monde de l'argent.
En 1995, j'avais écrit un roman "Une autre façon de vivre" qui, à travers deux histoires parallèles - la première dans un monde de l'argent, l'autre non - montre bien l'ineptie du mode de communication "argent"
Après avoir lu différentes interventions présentes dans cette page, je voudrais inviter ceux qui écrivent à faire la distinction entre deux notions très différentes.
Oui pour beaucoup d'entre-nous , l'argent est difficile à trouver ; parfois presque impossible en quantité suffisante.. Ces personnes ont sans doute l'impression qu'il ne faut pas "cracher dans la soupe" et que ceux qui ne suivent pas ce conseil ont le ventre plein !
Ceux qui comme moi dénoncent avec vigueur l'existence et les dérives de l'argent ne proposent pas une vie de misère (les poches vides!), mais une autre façon de vivre de façon collective. Dans une société sans argent, tu pourras prendre ce que tu veux dans les "distributives", manger au restaurant quand tu veux, voyager, prendre ce qui est proposé...
On ne t'obligera pas non plus à travailler !
Je vois dans le fond de la salle quelques millions de personnes qui ricanent! Mais - nom d'une pipe ! -- vous haussez les épaules avant de disposer de tous les éléments de réflexion !
Tu pourrais passer toutes les journées au lit mais tu t'ennuierais vite ! Si, avec tes ami(e)s, tu peux te rendre utile à la collectivité entre deux éclats de rire, entre deux mots doux, entre deux poignées de main, entre deux lueurs de considération, pourquoi refuserais-tu de te rendre utile à la collectivité ?
En outre, tu auras conscience que si tous ensemble nous montrons des attitudes responsables, nous n'aurons pas à tendre le cou pour qu'un chef d'entreprise passe la corde...
Un raccourci ? Peut-être, mais en quelques lignes, je ne peux pas détailler ce nouveau concept.
Je l'affirme avec force : travailler peut être agréable, valorisant motivant. La carotte n'est pas indispensable ou elle n'est pas forcément matérialisée par de l'argent !
Quant aux possibilités de consommer ( produits ou services) rien ne dit que la demande sera supérieure aux offres. Si tu veux manger une pomme, pourquoi t'embêteras -tu d'en prendre 10 et en laisser 9 pourrir ?
Des dérives possibles ? Oui bien sûr, mais ne sont-elles pas innombrables dans le monde de l'argent ?
Tous les problèmes sociaux d'un coup de baguette magique ainsi résolus ? Ce serait trop beau. Cette piste de réflexion est très intéressante. C'est une ouverture sur nos devenirs, dans un cadre social optimisé, vers laquelle chacun de nous est invité à s'y diriger..
Dans le site http://unmondesansargent.free.fr que j'ai conçu, vous trouverez le roman et de nombreuses pages qui traitent ce sujet. Vous êtes tous mes invités ! Vos interventions seront les bienvenues.
Bernard, France
Hello, c'est moi qui ai proposé le débat et en respectant l'avis de tout le monde j'aimerais quand même demander à Jack où est le rapport entre ce qu'il raconte et l'argent!? [relire le message de Jack]
Sybille
Nous trouvons que l'argent est une chose horrible parce qu'il y a ceux qui meurent de faim et ceux qui font de la guerre et tout ça... C'est à cause de l'argent!!! Ceux qui n'ont pas d'argent n'ont jamais l'occasion de dire leur avis.
Janine et Claudia, Suisse
Vivre sans argent: simplement utiliser ses capacités intellectuelles non développées, développer le coté tabou de l'être humain "sa spiritualité au vrai sens du terme et non le côté religieux (barrières)" en trouvant sa force intérieure et en développant ses pouvoirs qui sont sans limites. Nous venons de l'univers - pourquoi jouer à l'autruche, on peut se guérir par la pensée, se téléporter n'importe où dans l'univers en utilisant les techniques de nos ancêtres, se nourrir d'énergie cosmique. L'argent, une stupidité primitive pour les êtres qui pensent à gouverner. Toutes ces choses on le sait intérieurement mais qui oserait en parler.
Jack, Québec, Canada [retour]
L'argent, ce n'est pas très équitable. Ceux qui ont beaucoup d'argent sont avantageux, ceux qui en ont moins doivent faire des choix (une télévision ou un sèche-linge), et ceux qui n'ont pas d'argent vivent avec le strict minimum.
Oui, je pense que l'argent n'est pas très équitable mais ça fait toujours plaisir quand on te donne une pièce de 10F.
Je ne pense pas que l'on puisse vivre dans un monde sans argent. En fait, si il n'y avait plus d'argent, je pense qu'automatiquement, on inventerait une autre façon d'échanger.
@+++++
Camille
Je ne sais pas si on peut vivre dans un monde sans argent en rêve, mais aujourd'hui comme pour tout il faut de l'argent je pense que c'est bien d'en avoir.
Moi j'ai de l'argent de poche et je peux faire comme je veux: soit l'économiser pour acheter un truc cher, soit le dépenser dans plein de trucs que mes parents ne veulent pas vraiment m'acheter. C'est quand même cool d'avoir de l'argent! Vous croyez pas??
Floralie, France
Je suis professeur de français en collège rural, la plupart des enfants sont issus de milieux modestes et ont de l'argent une vision simple et réaliste, parce que précisément souvent il en manque chez eux: il en faut pour vivre, et même de plus en plus. e résume là les copies d'une classe de 3e. En fait, ce sont souvent ceux qui en ont qui affichent un mépris théorique pour l'argent. Mais ils vous le diront bientôt mieux que moi sur ce site!
Moi franchement je trouve que l'argent c'est de la m... en boite.... excusez moi mon expression mais je ne sais pas si vous vous rendez compte mais ceux qui meurent de faim et ceux qui font la guerre et tout ça.. c'est à cause de l'argent!!!.... oui l'argent c'est aussi une chose qui est essentielle mais moi je pense qu'il y a bien quelque chose qui peut remplacer l'argent. On va me dire quoi? Mais vous savez moi je pense qu'il y a toujours une solution et que si tout le monde réfléchit bien on peut trouver quelque chose de mieux!!! Je trouve injuste qu'il y en a qui ne savent pas se nourrir ou avoir un logement à cause de ce fichu petit métal ou papier ou je ne sais quoi !!! Tout le monde a le droit de vivre!!!!
Magali, 14 ans, belge habitant le Portugal
Allo. Moi je trouve l'argent essentiel à une vie parce que tout le monde ou presque dépense beaucoup et sans argent on ne pourrait rien acheter et c'est beaucoup moins compliqué que le troc.
Émilie
Franchement, l'argent est utile. Vivre dans un monde sans argent, oui, si on ne connaissait pas l'argent avant. Le troc, ça existait avant, mais tant que l'argent ou l'or n'était pas encore devenu la monnaie principale. Mais maintenant que tout le monde connaît la valeur de l'argent, on ne peut plus reculer. C'est avant qu'il fallait y penser! Maintenant, on fait tout pour l'argent, on tue, on vole, on trompe, on fait les pires choses. C'est mal. Pourtant, je reconnais son utilité, on ne peut pas vivre sans argent à notre époque. Tout tourne autour de l'argent. Mon avis, c'est que l'argent est utile. Mais comme on le dit, l'argent un moyen, non pas une fin en soi.
Angels, 16 ans.
Bien sûr, ça fait tellement rêver, un monde sans argent, tout le monde il est content et tout le monde il est heureux, bref, le bonheur... mais je pense qu'il est indispensable au bon fonctionnement de l'économie et du monde, franchement, vous vous voyez acheter votre baguette en troc?!!!!!!
"Depuis toujours je suis convaincue de l'inutilité de l'argent, de sa nocivité. Il est à la racine de toutes les déviations, il pourrit tout ce qu'il touche. Et cela me semble si évident qu'il me paraît superflu d'insister.
Partant de cette conviction, le tout est de savoir si l'on peut concevoir et mettre sur pied une organisation sociale sans argent, l'argent étant entendu comme «monnaie d'échange», le supprimer et ne pas chercher à le remplacer par quoi que ce soit.
Cela est dans certaines sociétés dites primitives, mais peut-on réaliser une société évoluée où, enfin, tout serait gratuit (et donc, au premier chef, le travail), où tout serait donné ? Où les besoins de chacun seraient satisfaits par ceux-là même qui les éprouvent en leur permettant de «prendre» librement ce qui leur est nécessaire.
Cela correspondrait enfin à la formule vieille et usée mais jamais appliquée «un pour tous, tous pour un».
Est-ce réalisable ? Oui, J'en suis convaincue, mais encore faut-il me le prouver. Et si je me le prouve, je le prouve en soi.
L'enfant naît.
Quels que soient ses parents, ses besoins sont les mêmes (ce qui diffère dans notre société, c'est leur satisfaction). D'abord ses besoins essentiels de survie: être nourri, vêtu, logé, protégé; puis ses besoins d'instruction, d'éducation : physique, mentale et caractérielle, pour devenir adulte; enfin une activité adaptée aux dons, facultés, aspirations de chacun, de l'âge adulte à la mort - car chaque être éprouve le besoin de se réaliser et de se sentir utile par l'action (celle-ci allant des travaux matériels les plus simples, aux travaux intellectuels les plus ardus, les plus subtils ou les plus artistiques).
Pour satisfaire ces besoins, l'homme possède une tête, des mains et des membres; et il dispose de la terre et de tous ses produits (y compris marins) et des matières premières qu'elle contient. Ces éléments et eux seuls (pas l'argent), lui permettent d'être le créateur des produits qui lui sont nécessaires, ou utiles, ou simplement agréables, plaisants.
La monnaie d'échange n'est qu'un procédé artificiel inventé de toutes pièces et exploité par les uns contre les autres en créant des hiérarchies et des suprématies injustifiées.
Une société sans argent, cela revient à quoi ?
1) à ce que chaque être travaille gratuitement,
2) à ce que tout ce qui est créé soit mis gratuitement à la disposition de tous.
Pourquoi cela paraît-il impossible alors que la première objection est que cela paraît trop simple ?
J'y vois deux raisons:
- on se heurte à une conception si ancrée de la société actuelle que toute autre paraît inconcevable;
- et à une conception de l'homme le définissant comme inapte à tout autre mode de vie collective, et inéducable.
Or la base de toutes nos sociétés est l'argent, qui ne permet de vivre que contre autrui et non avec. Pourquoi ne remonte-t-on jamais à cette unique cause, à cet unique principe sur lequel notre société de profit est fondée, et qui veut que l'on ne puisse rien se procurer que contre une valeur d'échange équivalente ?
L'échange, c'est ne donner rien pour rien. C'est la négation du don gratuit.
Le système même, le principe, suppose le mépris de l'homme, l'idée que l'homme ne peut être généreux, qu'il est incapable de s'épanouir, de se réaliser s'il n'est sollicité par un profit personnel et égoïste.
La possession de l'argent est donc devenue une fin en soi, et les États, les partis, les syndicats, ne visent, au mieux, qu'à en organiser la répartition (toujours injuste) et l'équilibre (toujours instable).
Mais l'écrasante majorité des humains souffre d'un tel contexte. Combien se sentent rétrécis, angoissés, perdus, incapables de comprendre les rouages, les mobiles, les plans et les lois auxquels obéissent les gouvernements dont ils dépendent ? Ils sont légion.
Or nous savons (par de multiples exemples passés) que tous peuvent s'adapter à tout autre mode de vie. L'importance de l'influence de l'éducation est telle qu'en une seule génération le comportement de tout un peuple se trouve modifié.
Si l'argent - son gain étant un besoin absolu - a été et est encore un stimulant sur le plan individuel, il est devenu un frein puissant et nuisible sur le plan collectif, mondial, et nous emmène tous, et très vite, vers une fin tragique (que ce soit une guerre, que ce soit une révolution des États pauvres contre les États riches). Car nous avons actuellement,
- un groupe d’États à grand rendement industriel à système capitaliste individuel;
- un groupe de nations à concentration capitaliste d’État, et
- les États non-industrialisés et défavorisés sur le plan des ressources (mais - et en partie parce que - exploités par les premiers), classés sous la dénomination de Tiers Monde.
Alors que les premiers gâchent ou jettent des produits pour maintenir des prix hauts, que les seconds, depuis bientôt 70 ans, ne créent et ne répartissent que parcimonieusement les biens essentiels pour se maintenir sur le plan défensif, les troisièmes, témoins de tous les gâchis, meurent de faim.
Il serait intéressant de connaître, dans notre économie, la proportion de travailleurs qui se trouvent astreints à une activité consacrée aux exigences de la monnaie d'une part, et d'autre part à des activités également stériles, voire nuisibles (fabrication d'armes, par exemple). L'ensemble des citoyens ne semble pas y penser, tant chacun est obnubilé par le besoin impérieux d'un gain.
Mais, par hypothèse, supprimons l'argent. Nous libérons de ce fait une foule incalculable de bras, de cerveaux, d'énergies humaines, qui lui sont actuellement consacrés : tous les travailleurs des banques (y compris les CCP), des bourses, de l'URSSAF, de la Sécurité Sociale et caisses vieillesse, de la CAF, les caissiers et encaisseurs, les employés de toutes les assurances, de toutes garanties, les percepteurs et agents du fisc, les douaniers, de nombreux guichetiers de services divers, une foule de fonctionnaires ministériels et nous pouvons y ajouter tous les travailleurs qui se consacrent à la fabrication des billets de banque (papier et impression) et de la monnaie. Bien d'autres sans doute, répartis dans le réseau complexe des échanges.
Et toutes ces énergies qui peuvent devenir créatrices !
Et créatrices dans tous les domaines de la vie sociale où chacun y gagnerait, car la puissance de l'argent est pernicieuse dans tous les secteurs, que ce soit l'argent et la santé, l'argent et le logement, l'argent et la qualité des produits, l'argent et les transports, l'argent et le commerce, l'argent et l'éducation, l'argent et le choix de la profession, etc... et chacun de ces secteurs d'activité peut être organisé sans ce poids de l'argent qui est devenu un blocage.
Dans cette société sans argent, basée sur la conscience individuelle et la liberté, les services de police se trouvent singulièrement allégés ainsi que les tribunaux.
Et Il n'y a plus de chômage, plus le moindre, car il n'est dû ni à une sous-consommation, ni à l'évolution des techniques et machines-outils, mais bel et bien et uniquement à la nécessité absolue de toucher un salaire...
Chaque point peut, et doit être, examiné et approfondi, mais a priori il n'y a nul obstacle au bon fonctionnement de chaque secteur d'activité dans la société telle que nous la concevons."
Texte de Suzanne L., France, transmis par Adam, Bruxelles
retour
L'argent est une chose horrible. L'argent est un source d'injustice, ambition, corruption, pauvreté, malheur. On tue pour de l'argent. L'argent est le pouvoir. Tout maintenant est commercialisé. On a besoin d'argent pour tout. Et si, pour certains, le bonheur est matériel, pour ces enfants qui sont heureux uniquement quand ils ont un nouveau jouet, et avec lequel ils ne jouent même pas, alors, l'argent fait le bonheur. Mais si le bonheur reste "spirituel", si le bonheur est de pouvoir aimer ou d'avoir des amis ou... alors, là, l'argent est impuissant. L'argent a transformé les hommes. Vivre sans argent, je ne sais pas si ce serait possible pour les humains, à présent, mais si on y arrive, ça aiderait un peu le monde.
La Martienne
Of course, il est tout à fait possible de vivre sans être riche, tant qu'on vit dans de bonnes conditions. L'argent ne fait pas le bonheur.
Je trouve que l'argent n'est pas indispensable et même qu'il est dangereux.
Adrien

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh