La semeuse

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

La semeuse une histoire écrite par

Lucie

mars 1998

La nuit est vraiment amère
Sans les étoiles ni la lune
Pas même un soupçon de brume
Pour bien cacher son calvaire.
La nuit est vide, monotone
Semblable à des arbres en automne
Les tristes étoiles en sont les feuilles
En tombant, elles sèment le deuil.
La nuit projette son désespoir
Sur les terres autant que sur les mers
Tous les jours s'agrandit la misère.
Les gens sont trop occupés pour le voir;
La pauvre petite étoile que je suis
S'éteint, filant la mort que la nuit vit.

Le ciel perd ses étoiles. Il est près de minuit. Je m'allonge sur le dos. Mon corps ressent quelques petits frissons, car l'herbe des plaines est fraîche. Comme plusieurs, je regarde la pluie d'étoiles filantes. Eux contemplent le spectacle. Personne ne réalise que le ciel meurt sous nos yeux... sauf moi. Je dois le réanimer. Je ferme les yeux. Lentement, mon esprit quitte mon corps. Je suis toujours allongée, mais je flotte au même moment. Je me regarde. Je ressemble étrangement à une sorte de démon angélique. Je jette un regard autour de moi. Ils regardent tous le ciel. Personne n'a remarqué que je me suis libérée de mon corps. Je m'envole, telle une feuille soulevée par le vent. Je retourne la tête afin de regarder si quelqu'un a remarqué mon départ. Pas le moindre signe... Je continue donc ma route vers celui que tous croient immortel. Le chemin est énormément long... Le soleil se lève. Je suis toujours en voyage entre le monde défini et l'infini. Je m'aperçois que les particules qui forment mon âme se détachent lentement, doucement... comme une explosion vécue au ralenti. Les minuscules morceaux s'étendent un peu partout.

- Madame, allons, réveillez-vous!
- Tu ne vois pas qu'elle est morte!
- C'est quand même bizarre de mourir comme ça, sur les plaines, le sourire aux lèvres, couchée sur le dos, comme quelqu'un qui fait de la relaxation, non?
- Au moins, elle avait l'air heureuse...

- Très inusité! Elle est décédée de cause naturelle!
- Mais docteur, elle n'avait que 24 ans!
- Il n'y a pourtant aucune trace de violence physique, de drogue ou d'autres substances toxiques et vous m'avez dit qu'elle était en parfaite santé...
- Oui, elle avait passé son examen annuel la semaine dernière. Dites-moi que c'est un cauchemar!
- J'ai bien peur que non, mon cher Georges... Nous sommes dans la réalité.
- Non, c'est impossible! Nous devions nous marier dans deux mois... Reviens Cynthia! Oublie notre dispute d'hier!!!


Pauvre Georges... Mais il va pouvoir me contempler tous les jours, maintenant. Ou plutôt, toutes les nuits.

Que les étoiles sont scintillantes et magnifiques, cette nuit! J'aimerais bien devenir une de ces étoiles... Elle me font penser à Cynthia. Je crois que je vais aller m'étendre sur les plaines afin de mieux les observer...

...car, tout comme les étoiles, on ne nous aime jamais autant qu'à notre mort...

©1996 -

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh