Le roi Gentillas

JEUNES JOURNALISTES JEUNES JOURNALISTES

la page dont vous êtes les auteurs

sujetLe roi Gentillas auteur Julien datejanvier 1998

Un jour, dans le royaume Gentil, vivait le bon roi Alfred de Gentillas et son fils Aldebert.
Mais, par malheur, vivait aussi le comte de Morvase, du royaume d'à côté. Le comte était méchant avec tout le monde et son rêve le plus cher était de monter sur le trône de Gentil (le royaume). Il était démoniaque et aimait manger les raisins les plus juteux qu'il puisse prendre.

Une belle journée s'annonçait pour Aldebert mais...le roi s'était levé du mauvais pied.
- Bonjour morveux... ...heu! Morvase je veux dire, je m'excuse je ne voulais pas dire ça.
-Mais ce n'est rien, ô mon roi.

Sur ce mot Morvase sortit une longue épée et trancha le corps du roi Alfred
- ô ancien roi, cria Morvase en ricanant.

Mais Morvase avait oublié que le fils du roi, Aldebert de Gentillas, serait le légitime héritier du trône. Une journée plus tard, les messagers collaient des affiches sur tous les murs du royaume. Il y était écrit:

Ce vendredi là, tout le monde était présent au couronnement même Morvase qui pensait être couronné aujoud'hui. Malheureusement pour le compe Morvase, Aldebert fût couronné sous les yeux même de Morvase (le Morveux) qui lui cria tellement fort sa frustration que la planète fût en vibration.

Trois jours plus tard, le cher comte Morvase appella ses meilleurs agents à lui tout seul (cadeau de l'ancien roi Alfred de Gentillas).
- Trobu, Mignas et Triplidias, cria Morvase, venez bande de minus et de triple idiots, je dois vous confier une mission! Voilà, vous devrez tenter de tendre un piège au roi.
- Mais quel sorte de piège? dit Trobu.
- Je ne sais pas heu!! heu!! Ah! oui le matin Aldebert fait toujours sa promenade en forêt alors capturez-le et amenez-le moi vivant, j'ai bien dit vivant, cria Morvase.
-Allons-y, cria Triplidias.

Lundi matin, le roi allait faire sa promenade en forêt, juste avant de sortir Morvase apparût devant la porte.
- Bonjour, ô mon roi! avant comment allez-vous? je voulais vous avertir, il commence à y avoir de petits problème dans la ville, il y a une révolution à cause des taxes, elles sont trop hautes les taxes.
-Impossible! les taxes sont à un pour cent! je ne peux tout de même pas les mettre à zéro, je ne pourrais même pas vous donner votre paye mon cher.
- Heu! heu! heu! aussi il y beaucoup de crimes seigneur, je ne voulais que vous dire d'amener une escorte avec vous, sire.
- D'accord j'emmènerai deux gardes avec moi.
-Non! heu, emmenez mes gardes, oui: Trobu, Mignas et Triplidias.

- Trobu, Mignas et Triplidias venez ici mes amis.
- Oui! ô mon roi, crièrent les trois méchants.
- Vous allez m'escorter pour ma promenade.
- D'accord.
- Allons-y, dit Aldebert.
La promenade fût un vrai malheur, il attrapa Aldebert par la peau des fesses et les trois imbéciles avec Aldebert allèrent voir le comte Morvase.
- Ah! mon cher roi comment allez-vous, ah ah ah ah ah! - S...!!! moi je croyais en toi, pourquoi m'as-tu fait ça?
- Je veux le trône Aldebert, alors il faut te tuer. Amenez-le au cachot, il se fera tuer avec l'autre prisonnier demain.

Tout de suite le roi eut une idée. On le lança au cachot avec l'autre prisonnier.
- Toi aussi, dit le prisonnier.
- Quoi moi aussi, dit Aldebert.
- Ben tu t'es fait mettre en prison et premièrement qui es-tu?
- Aldebert de Gentillas 1er, le roi quoi.
- Mon roi, pardon sire, dit-il en se prosternant à ses pieds.
- Toi qui es-tu mon brave?
- David, David Noproblemo.
- Pourquoi êtes-vous au cachot?
- Je ne le sais pas, j'étais suposé partir une révolution à propos des taxes, quand ce comte a appris que je n'avais rien fait il m'a fait mettre au cachot.
- Ah! hum hum! bien bien et quoi d'autre?
- Je ne sais pas, mais il paraît bien gentil au début, est-ce vrai seigneur?
-Oh oui mon brave! j'ai une petite idée pour nous échaper mais j'ai besoin de vous.

Le lendemain, c'était l'heure de l'exécution. David était le premier à passer, tandis qu'Aldebert lui n'avait aucun droit d'assister à cette horreur, je veux plutôt dire à ce plaisir de regarder quelqu'un perdre, bien sûr je parle de Morvase.

- Non! pitié, cria David en riant.
- Qu'avez-vous? vous voulez mourir, dit l'imbécile de Morvase.

David avait un air peu faché et faisait semblant de pleurer comme un imbécile. Alors Morvase qui lui, seul imbécile, le laissa partir.
- Tu as la liberté.
- Non ce n'est pas pour moi, c'est pour le roi.
- Alors vous partirez tous les deux c'est tout, mais arrête de pleurnicher!!

Morvase était dans tous ses airs mais il pensa s'être fait avoir par lui même.

- Merci, vous êtes très trrrèèss ah ah ah ah ah ah ah! très imbécile.
- Merci, alors toi tu mouras! allez décampe avec le roi! mais attends, que je suis bête, restez tous les deux.
- M... alors, ça n'a pas marché, cria Aldebert.
Alors David Noproblèmo se dit :
- Pas de problème!!
D'un coup de poing il assomma tous les gardes qui étaient là. Il sortit le roi de sa cage et partit en courant au palais.

VI - La fin de Morvase
(conclusion)

Morvase était traumatisé et s'avoua vaincu. Tout le royaume fût en paix, le roi Aldebert fit de David Noproblèmo son garde personnel, Morvase lui devint le plus grand des conseillers du roi.

Lisez la prochaine aventure du roi Gentillas:
La reine des folles http://www.momes.net
Page en construction permanente, dernier remaniement le
24/01/98

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh