Lettre

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

LETTRE une histoire écrite par

Bryan

août 1997

5 août 2367

Il paraît qu'au-delà de cet écran rouge qui encercle la Terre, il y a le ciel. Un ciel bleu, d'un bleu éclatant. La nuit, on pourrait même y apercevoir des étoiles, de petites paillettes lumineuses. Il y en aurait des centaines qui rivaliseraient d'éclat.

Moi, je n'ai jamais vu ce ciel. Je ne le verrai jamais, non plus. Au lieu de ce bleu, chaque jour, c'est cet affreux rouge foncé que je vois, sale, laid et déprimant. Toutefois, je pense que cela va bientôt finir. Ma gorge est toute desséchée, et je n'ai plus rien à boire. Je n'ai plus que la peau sur les os, et rien à avaler. Tout le monde est mort ici et je suis le dernier...

Donc, j'attends. J'attends la mort, aussi morbide que cela puisse paraître. Elle et son doux souffle qui me pénétrera, qui me libérera de cette souffrance et de ces malheurs. En attendant ce divin moment, j'écris cette lettre. Sera-t-elle lue? Peut-être par un humain... Avec un peu de chance, une colonie de ma race survivra, survivra jusqu'à ce que l'écran rouge se soit dissipé, jusqu'à ce que les oeuvres de l'homme disparaissent. Jusqu'à ce que tout redevienne comme avant, cet avant que je n'ai jamais connu.

Mais non. C'est impossible. Qui peut encore vivre ici bas? De toute façon, nous ne le méritons pas. La source de tous ces malheurs, c'est nous. On a donné à l'homme un paradis, il en a fait un enfer. Il se croyait supérieur, le roi de la création, mais il a tout détruit. Nous n'avons pas fait attention à cette terre, notre paradis. Elle nous a abrités, nous a donné tout ce qu'elle avait, et nous l'avons salie, souillée, vidée. Polluée. Pourtant, à la fin, nous parlions d'environnement. Tout le monde voulait faire quelque chose, mais personne n'a agi. Encore une fois, nous avons trop parlé, et pas réagi. Un jour, il n'y a plus eu de papillons, d'oiseaux. C'était trop tard. Le compte à rebours était commencé.

J'espère donc que si d'autres êtres trouvent cette lettre, ils étudieront notre leçon. Si nous avions réagi, je ne serais pas ici, sous cet écran rougeâtre, à attendre la fin...

©1996 -  
 

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh