Le béluga

JEUNES JOURNALISTES

la page dont vous êtes les auteurs

Le béluga et son environnement

Le béluga qu'on appelle souvent le marsouin blanc est en voie de disparition à cause de l'homme, des déchets très toxiques déversés par les usines, des renversements de pétrole et des déchets que jettent les humains. Le béluga ne peut vivre dans ces conditions, sa vie et celle de ses bébés sont menacées.

Le béluga vit à l'embouchure du fleuve Saint-Laurent, là où l'on retrouve un mélange entre une eau douce de rivière et une eau froide d'Arctique.

Le béluga ne manque pas de nourriture. Son repas change au fil des saisons: au printemps et à l'été, il se nourrit de capelons et de harengs; à l'automne, il préfère les lançons, harengs, vers marins et calmars. À l'occasion, il mange des morues, des crevettes et plusieurs autres crustacés. Bien que les mâchoires du béluga soient munies de dents, il ne les utilise que pour attraper ses proies pour ensuite avaler sa nourriture toute entière.

Les bélugas du Saint-Laurent sont une population retirée des autres troupeaux de l'Arctique. Aujourd'hui, leurs terrains semblent beaucoup plus petits qu'avant. Leur territoire s'échelonne entre l'Île-aux-Coudres et les Escoumins, de la Rivière-Ouelle à Rimouski et de Tadoussac à Saint-Fulgence, dans le fjord au Saguenay. La région de Manicouagan, autrefois considérée comme un excellent endroit de chasse, n'est plus habitée par les bélugas. Au début du siècle, on disait que la population de bélugas du Saint-Laurent devait compter quelques 5 000 spécimens. En 1996, il n'en restait que 500. Mais grâce à l'interdiction de la chasse aux bélugas, on apprend que la population a de nouveau réaugmenté et atteint maintenant plus de 750 spécimens.

La chasse aux bélugas qui est pratiquée depuis très longtemps semble la principale cause responsable de la diminution de cette espèce. Ainsi la chasse commerciale et l'attrait de tout ce qu'on offrait comme récompenses pour abattre le béluga (à qui on reprochait à tort d'exterminer le saumon de l'Atlantique), ont causé la disparition de 14.500 de ces mammifères. Des analyses effectuées sur des tissus de bélugas échoués ont démontré des taux élevés de mercure, de DDT, de BCP ainsi que la présence de HAP, dont certains sont hautement cancérigènes.

Vivant dans le Saint-Laurent depuis environ 10 .000 ans, le béluga représente, non seulement une richesse historique, mais aussi écologique.

Le béluga de Malinville!

Il était une fois un béluga qui s'appelait Malin. Il jouait toujours de mauvais tours dans locéan.

Par exemple, un jour qu'il jouait paisiblement avec ses amis, il partit se cacher avec un crabe et, quand on le trouva, il lança le crabe sur la nageoire d'un pauvre marsouin.

Les gens en avaient assez! Lors d'une rencontre avec le maire de Bélugaville, les enfants firent signer une pétition pour que le pauvre béluga quitte la ville temporairement. Le maire trouva que ce n'était pas une mauvaise idée. On chassa Malin de la ville et on lui dit de ne revenir que lorsqu'il fera une bonne action.

Il se souvint de cette leçon. Il se dit:
- "Pour me faire pardonner mes fautes, je vais faire une bonne action."

Alors, il se promena en quête d'un bon geste.

Comme il se disait ceci, il vit un bateau en détresse. C'était le bateau de Jacques Cartier qui était en pleine tempête. Il se dépêcha de le secourir.

Jacques Cartier lui fut très reconnaissant et lui raconta qu'il cherchait le passage vers la Chine pour ramener du poivre et de l'or. Bref, Jacques Cartier voulait aider la France à devenir aussi riche que l'Espagne. Malin lui dit qu'il était en Amérique! Jacques Cartier étonné lui dit:
- "Mais ce sera alors un autre pays à offrir au roi de France!"
et il dansa et tourbillonna avec Malin.

Malin dit qu'il le guiderait jusqu'au Nouveau-Monde. Cartier lui dit:
- "Tu es très gentil. Merci!".

Malin lui répondit:
- "De rien! Tu sais, Monsieur Cartier, avant, j'étais un petit diable comme dirait ma mère et tu m'as permis de me rendre utile!".

Rendus au Nouveau-Monde que Jacques Cartier appelait la Nouvelle-France, ils se quittèrent avec beaucoup d' émotion.

Arrivé chez lui, Malin était devenu un héros car il avait aidé un homme à devenir heureux. Malin n'était plus malin aux yeux des gens de son village. D'ailleurs, on s'ennuyait de lui. Alors, on décida de changer le nom de la ville. Bélugaville devint Malinville en l'honneur de son héros Malin!

Fin

http://www.momes.net
Page en construction permanente, dernier remaniement le
06/03/97

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh