C'était un dimanche

JEUNES POÈTES

la page dont vous êtes les auteurs C'était un dimanche un poème de Annick

juin 2002

Tu as blessé mon coeur
Tu as effacé les couleurs
En moi tu as mis la douleur
Tout est devenu gris
je n'entends plus la mélodie
qui pour moi avant était jolie
Partout je te vois
partout j'entends ta voix
regarde ce que tu as fait de moi
jamais je n'oublierai, tes yeux si beaux
la chaleur de ta peau
et la douceur de chacun de tes mots
Tu as joué avec mes sentiments
je t'aimais vraiment
et je t'aimerai encore longtemps
Mon amour pour toi est plus grand que la mer
il pourrait faire fondre l'hiver
et pour toi, il est sans frontière
Je vois tout en noir
je ne pense qu'à cette histoire
mais j'ai encore espoir
Sans cesse je revois ton visage
je nous revois sur la plage
mon amour pour toi n'est pas un gage
Comme une enfant
les cheveux au vent
j'ai pleuré, doucement
C'est n'est pas un secret
mon amour n'était pas, il est
je ne t'oublierai jamais
Je ne te cache pas mon chagrin
dans mon coeur, je t'ai réouvert le chemin
reviens, j'en ai tant besoin
Tous les jours sont pluvieux
je ne fais qu'un seul voeu;
qu'un jour tu puisses devenir sérieux
N'es tu donc pas capable d'aimer?
qu'est ce qu'il y a d'amusant à blesser?
ce serait merveilleux si tu voulais changer.


©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh