États d'âme

JEUNES POÈTES

la page dont vous êtes les auteurs

États d'âme un poème de

Claudine

août 1996

Le vent souffle dans les arbres;

Je ne l'entends pas.

Une rose s'épanouit sous mes yeux;
Je ne l'aperçois même pas.

Que m'arrive-t-il?
La vie m'aurait-elle rendue aveugle?
Et sourde?
Et pourquoi pas muette,
puisque personne ne semble m'écouter?

Rejetée, excluse de l'univers,
J'en profite pour réfléchir.
Réfléchir et tirer cette horrible conclusion:

Je suis aveugle,
À force de ne voir que du noir.
Aveuglée,
Par ce monde superficiel.

Je suis sourde
Aux absurdités qui m'entourent.
Ma voix est assourdie
Par d'autres plus fortes
Qui s'élèvent
Pour me rabaisser.

Comment réveiller mes sens?
Comment raviver cette flamme
Qui brûlait en moi, si ardente?
Elle n'est plus que cendres, maintenant.

Je voudrais m'enfuir,
Ne plus revenir...

Oui, revenir,
Mais quand tout aura changé...

Quand le chant des oiseaux
Étouffera le vacarme des canons.
Quand les champs de batailles
Se transformeront en parterres fleuris.
Quand toutes les guerres cesseront...
Celles entres nations,
Et celles entre voisins.

Quand l'harmonie
sera élue reine de cette Terre
Et trônera éternellement
Sur l'humanité toute entière.

Alors, je me sentirai revivre...

Plus d'idées d'activités

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh