L'oncle parfait

L'oncle parfait un poème de

Clémence

octobre 2003

Maintenant que tu es parti,
Depuis plus d'un an déjà
Tu me manques terriblement,
Mais enfin, pourquoi as-tu fait ça ?
Tu as fait du mal à ta mère,
Du mal, à tes soeurs, du mal à tes neveux
Tu étais plus qu'un fils,
Qu'on oncle, qu'on frère ou qu'un beauf',
Tu étais un ami.
Pourquoi cette connerie, qui nous a tous blessé
Pourquoi t'es-tu pendu, le soir ; la nuit venue?
Je ne comprends pas, je n'ai jamais compris,
Tu sais que l'on t'aimait.
Etait-ce l'amour d'une femme, qui beaucoup te manquait,
L'amour d'un gosse, ou bien
L'amour de ton pauvre père.
Tu étais un soleil, quand tu venais chez nous
Tu éclairais d'un geste nos nuits tristes
Nos nuits très tristes
Lorsque à l'improviste, tu arrivé, comme ça.
Tu avais 37 ans
37 malheureuses années.
Et moi, je t'aimais
Tu étais pour moi, l'oncle parfait...

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh