L'orphelin

JEUNES POÈTES

la page dont vous êtes les auteurs L'orphelin poème de Ghislaine, 11 ans

juillet 2002

Dans la nuit de la chandeleur
Le soleil couchant éclaire l'horizon
Mais aucune trace de bonheur
N'éclaire le visage du garçon.
Tandis que l'arbre de paix veille
Le chien sommeille.
Tandis que l'orphelin,
Perdu dans sa mélancolie,
Songe à son destin
Bien malgré lui.
Mais même la magie de Merlin,
Même l'horizon d'or,
Même les couleurs de l'aurore,
Ne peuvent rien pour l'orphelin.
Alors dans un désespoir subi
Il donna tout.
L'image du lièvre courant si vite,
Les cris perçants du coucou,
Les coassements du crapaud,
Les cris des enfants partant à l'école,
Le flic-floc des gouttes d'eau,
La grâce du faucon en plein vol.
Et il ne resta qu'un peu de tristesse oubliée
D'une âme en peine
Que personne n'avait hébergé
À qui personne n'avait dit: Ma maison est tienne.


©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh