La sirène

JEUNES POÈTES

la page dont vous êtes les auteurs

La sirène un poème

d'Aurélie

octobre 2000

Se faufilant, la nageoire bougeante,

Les algues vertes au milleu d'une murène,

Un bateau hanté, la sirène,

Blonde, dans l'eau bouillante,

Au soleil plongeait-elle,

La sirène nageant,

Jour et nuit, en espérant

Belle serait-elle.

Homards cachés par des pierres,

Grand, tel est le requin,

La sirène, copine du dauphin,

A des amis fiers.

Partis de la rive, sur l'eau,

Attendent, plongeurs,

Bateaux, navigateurs,

Guetttant la mer, sortant aucun mot.

Soudain, voit la sirène,

Sortant de sa cachette,

Emportée par les courants, une allumette,

Inconnue pour notre reine.

Elle s'éloigna, pour des raisons,

Intriguée voit-elle,

Une très belle

Carpe en prison,

Alla la délivrer,

La carpe la remercia,

Et la sirène s'en alla,

Pour aller casse-croûter !

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh