Les chiffons du rêve

Les chiffons du rêve un poème de

Laura, née le 4 janvier 1989.

juin 2004 Un peu de soleil doux entre par la fenêtre

Et la lumière nouvelle semble à ce moment être,

Dans la chambrette obscure où la nuit règne encore,

Une agression au calme de tout ce qui y dort.

D'un jet inquisiteur lentement elle éclaire

Un long cylindre d'air tout gorgé de poussière.

Tout se tait, il n'est là qu'un silence infini,

On entend plus le souffle de la vie, évanoui

Dans la morne quiétude. Et puis, une intrusion ;

D'un enfant endormi l'aigüe respiration.

Ensuite un grincement ; l'ange s'est retourné.

Lui, jusqu'alors si calme, commence à s'agiter.

Alors on imagine qu'au milieu du sommeil

Un loup a dû venir en troubler les merveilles ;

Ce n'est qu'un mauvais rêve qui se dissipera

Dès que, se réveillant, il réalisera

Qu'il n'est réellement aucune crainte à avoir,

Que le loup n'a duré qu'un temps de cauchemar.

Encore quelques minutes et puis c'est le réveil

Car la pièce est déjà innondée de soleil.

Si la nuit se termine, le jour ne sera plus

Même si d'apparence, il semble revenu.

Le loup du rêve est mort, mais celui qui a pris

La chétive innocence hante toujours l'esprit.

Durant toute la vie, elle voudra revenir,

Les enfances volées ne savent pas mourir.

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh