Ma désillusion

JEUNES POÈTES

la page dont vous êtes les auteurs Ma désillusion un poème de

Marie

mars 2002 Je veux y croire encore

Malgré toutes les bourrasques qui me chavirent me noient

Je veux y croire encore

Au plus fort des tempêtes qui m'habitent et me broient

Y croire pour mieux sourire

Pour qu'un jour cesse de souffler tout ce vent de délire

Je veux y croire encore...

Parce que moi je commence à vivre, et pour la désillusion, c'est trop tôt

Et je veux vivre encore

Pour mieux pouvoir écrire, mieux me ficher du sort

Pouvoir dormir sans torts

Laisser place aux soupirs, aux bris et aux remords

Juste pouvoir y croire, sans que le doute me hante

Parce que pour la désillusion, c"est trop tôt

Comment donc faire pour rire

Quand tout autour de moi, tout chavire tout se broie

Comment donc faire sourire

Quand la vie qui s'égrène, brise ce en quoi je crois

Comment faire pour la vie, quand c'est la mort qui prend

Comment faire pour la vie, quand la folie s'éprend

Chaque fois plus difficile, parce que le doute crée sa voie

Mais pour la désillusion, c'est trop tôt

Comment y croire encore

Quand l'espoir qui me hante chavire trop chaque fois

Comment donc vivre encore

Quand la vie prend son temps, mais assène ses lois

Quand les rires et soupirs, se brise sur le décor

De la vie qui chavire qui parsème l'aurore de son émoi

Je veux y croire encore

Mais la vie qui chavire, fait plus mal chaque fois

Je veux dormir sans tort

Mais le soir qui s'éprend de la mort, de ses lois

M'empêche d'y croire encore

De vivre seulement,

Et mes contes trop beaux

Tombent pour la dernière fois

Pour la désillusion, c'est chaque fois trop tôt

Mais la vie et ses lois

Et la mort et son droit

Bafoue tout sans remords,

Chavire tout de ses lois

Et l'illusion prend fin, je comprends et je vois

Qu'un combat qui se mène, fait tomber chaque fois

Ceux qui ont cru encore

Sans loi et sans remords

Que la vie peut sourire, par là l'ombre du soir

Et la désillusion, c'est chaque fois trop tôt

Mais pour y croire encore, il faut tomber de haut

Rompre ses ailes de soie

Les broyer sans effroi

Pour juste mieux croire encore

Que la vie sait offrir

Ce que la mort reprend...

Et pour la désillusion,

c'est une fois de trop


©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh