Ma lettre au ciel

Ma lettre au ciel un poème de

Léa

septembre 2004 Encore un jour, encore un mois, encore une année

Où sans toi chaque seconde passée

Sont ici bas pour me rappeler

Tout ce que j'ai oublié

De te dire alors s'il te plait

Écoute ces mots, ils te sont adressés

À toi et à ceux qui sont dans mon cas,

Ceux qui se demandent encore pourquoi

Le malheur les a frappé comme ça

Tu n'as jamais mérité ça, j'comprends pas

Ce "soit-disant-Dieu" sur ces coups là,

De faire partir les meilleurs en premier

De les faire payer,

De faire souffrir des âmes innocentes

Le fond de mes pensées, je présente

Au monde mes sentiments.

Je la vois encore prier,

Demander au ciel de te sauver

Moi trop jeune, je n'savais pas ce qu'il se passait

Pourquoi tu ne tenais plus debout?

Pourquoi passais tu ta vie sans nous

Dans une chambre blanche où

Régnait l'odeur de la mort?

Le destin t'avait jeté un sort

Pourtant ta vie, tu l'aimais

Toute ta famille t'attendait

Mais la maladie t'abattait

Et le temps qui t'essoufflait

Petit à petit t'aspirait

Au fond de l'abime,tu errais

Trop fort cher était le prix à payer

Le paradis te réclamait

Ainsi soit il? Non jamais.

Pourtant ton exil a commencé

Voyais tu aussi tes ailes pousser?

Venues ici pour t'enchainer

Sans ton avis, elles t'emmenaient

Dans la nuit, tu mourais

J'ai grandi, chassant mes chimères

Nos vies sont éphemères

Nous avons tendence à l'oublier

Nous sommes tous condamnés

A continuer,

Quand l'autre a quitté...

Tu es parti pour l'éternité

Comment pourrais-je arrêter mes larmes de couler?

Pour tous ceux qui ont des blessures impossible à cicatriser

Ici, j'ai une pensée...

Si les anges existent, tu seras le plus beau

Et le plus libre, derrière tes barreaux

Ton ame était la proie d'une ombre

Qui t'a fait quitter ce monde

Sans poser de question...

Dans mes veines coule ton sang,

Comprends, tu es les larmes de mes tourments

Maintenant, tu t'es absous sous cette pierre

Restant mon dernier souvenir amer

Sur ces mots mon coeur se serre,

Je ne peux plus me taire

Sans toi, mon âme se perd

Mais que faire quand une partie de vous est sous terre?

Qui me dit que dans la mort je te reverrais?

Même si je ne te l'ai pas dit dans la vie,

Je veux te le dire ici,

Même s'il est un peu tard,

Voilà,

"Je t'aime papa"

Repose en paix

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh