Mort

JEUNES POÈTES

la page dont vous êtes les auteurs Mort poème de Marie-Ève

juillet 2002

La chaleur de ta peau
Cette chair que j'aimais palper
Convertis en un amas de froideur hivernal
Peau rosée, douce et satinée
Changée en un frigide blanc bleuté
Une senteur de pivoine tuée
Pour se réincarner
En une odeur de pourriture
Cette âme secrète
Errant parmi ce ramassis de débris
Feuille morte au décès d'automne
Caillou jeté sur cette eau hostile
Fracassant en fins glaçons
L'infime partie glacée
19 octobre 1998


©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh