100 ans de Bandes-dessinées 12

Imprimer la fiche

18 mars

1979
La troisième guerre mondiale a éclaté et le vernis de civilisation que le XXe siècle avait eu tant de mal à maintenir a été balayé par un majestueux champignon atomique. Ça et là, les survivants s'organisent, réinstallent des structures sociales, se rassemblent par castes en fonction de ce qu'ils ont pu sauver de la grande débâcle. Alors que la violence et la folie recommencent à diriger le monde, un voyou survit. Kurdy. Un casque sur la tête, il a compris qu'il n'était plus vraiment nécessaire d'être honnête pour survivre. Vision des choses que ne partage pas du tout Jérémiah, qui a un jour eu le malheur de croiser son chemin et qui partage désormais son destin. Avec " " (Dupuis), le dessinateur Hermann crée de toutes pièces un western post-atomique d'un pessimisme terrifiant, où toutes les horreurs sont devenues possibles, qui lui permet d'égratigner sans la moindre parcelle de pitié les déviances de notre belle civilisation : cupidité, racisme, rôle pervers de la psychiatrie, abus de la science, quête du pouvoir, etc.

1978
Apparaît, dans (A suivre), un privé à l'air flegmatique. La clope au bec, oscillant entre nostalgie, gueule de bois et déprime, il ressemble à Columbo. Mais ce n'est qu'un canard et il s'appelle (Casterman). Dessiné par Benoît Sokal, il mène tant bien que mal des enquêtes dans un univers animalier qui n'a rien à voir avec la vision champêtre d'autres séries mettant en scène des animaux. Peuplé d'êtres psychologiquement déchirés, dégoulinant d'angoisse, maussade, cynique, le monde de Canardo est noir, désespérément noir. Une oeuvre forte.

19 mars

1981
L'hôpital peut-il être source de gags ? Oui, si c'est celui des " " (Dupuis), qui commencent leur service aujourd'hui dans "Spirou". Cette série sans héros dépeint la vie quotidienne des infirmières dans une clinique qui pourrait être n'importe quelle clinique, avec ses médecins, ses chefs de service, ses salles d'op' et, complètement perdus, ses patients, soumis et obéissants. Dessinée par Bercovici sur des scénarios de Cauvin, elle apporte, derrière la satire (très drôle), un regard vrai sur un monde qui flirte trop souvent avec l'absurde. En témoignent les nombreux médecins et infirmières qui écrivent aux auteurs pour leur raconter des anecdotes professionnelles... qui, souvent, leur servent d'inspiration pour de nouveaux gags.

1970
Isabelle, une petite fille, et sa tante Ursule, une parfaite cuisinière, apparaissent dans Spirou. La première va vivre des aventures extraordinaires, découvrir des mondes parallèles peuplés de magiciens et d'êtres divers, sans que la seconde s'aperçoive de quoi que ce soit. Résolument poétique à ses débuts, " " (Dupuis) s'oriente vers des univers fantastiques, où sont traités des thèmes magiques et mythologiques pleins d'humour, dès qu'elle rencontre son oncle Hermès (un élégant sorcier aux pattes de bouc) et la belle sorcière Calendula, petite-fille de l'horrible et maléfique sorcière Kalendula. Dessinée par Will sur des scénarios de Macherot, Delporte et Franquin, c'est l'une des séries les plus originales de la bande dessinée contemporaine.

1964
Les lecteurs de "Spirou" découvrent un nouveau royaume : Zoolande. Dans ce paisible pays, les animaux vivent sous la protection d'un roi débonnaire, Léon XXXVIII. Tout le monde ayant opté pour le végétarisme, la lutte pour la vie, qui était leur lot à l'état sauvage, a été remplacée par la tranquillité de la civilisation. Mais le sinistre Khrompire va bouleverser cet état de chose. Ce criminel - un léopard - s'allie au gouverneur Crunchblot - un loup - pour retrouver les délices des nourritures carnées. De braves citoyens vont passer à table... et leur servir de plat de résistance. Mais, heureusement, Chaminou, un chat aristocrate agent du roi, assisté par la belle Zonzon, va combattre les dangereux carnivores. "Chaminou et le Khrompire" (Dupuis) est l'un des grands chefs-d'oeuvre de la bande dessinée policière, écrite et dessinée par un Raymond Macherot arrivé au sommet de son art. Il n'en a dessiné qu'une seule aventure, mais vingt-cinq ans après sa première apparition, Chaminou a repris du service grâce à de jeunes auteurs, Bodart, Yann, Saive, qui lui ont redonné vie en hommage au grand Macherot (Marsu-Productions).

20 mars

1947
Naît , le père des Bidochon et l'un des plus féroces humoristes contemporains. Précoce, il publie son premier dessin à l'âge de quatorze ans. Dessinateur de presse, il collabore à divers journaux dont "France Dimanche" avant d'entrer aux Editions Fleurus comme illustrateur. C'est là qu'il fait ses premières armes et qu'il crée le très drôle "Poupon la Peste". En parallèle, il crée "Gallagher" pour "Record", et "Forum", pour (A suivre). C'est dans le fanzine "Mormoil", en 1974, qu'il tâte d'un humour plus grinçant, pour un public "averti". Et, en 1977, il entre à "Fluide Glacial" avec le chien philosophe Kador, seul chien intellectuel à avoir pour maître un abruti fini, archétype du français moyen-bérêt-baguette-cocardier-raciste, j'ai nommé Robert Bidochon. Tout en poursuivant la peinture de ce connard d'envergure et de sa principale victime, Raymonde, il utilise son humour au vitriol vers les institutions religieuses qu'il dut fréquenter durant sa jeunesse ("L'institution"), ou encore vers les hommes politiques ("M. le Ministre"). Binet est également un peintre de talent.

1928
Naît le dessinateur flamand . Il débute en 1953 dans l'hebdomadaire de TV "Humo" et entre en 1957 au studio de dessin des éditions Dupuis. Il réalise quelques mini-récits, l'inoubliable "Patrick Lourpidon" et, en parallèle, participe au studio de dessins animés "TV-animation Dupuis". En 1968, il dessine les gags animaliers d'Arthur et Léopold sur des scénarios de Raoul Cauvin - qui faisait alors ses débuts - puis mène une carrière indépendante qui, outre desd'actualité dans "Pilote", verra la naissance de Colin Colas (1970), Opa (1975), les Schmouks (1976, dans "Tintin")... Ce brillant dessinateur a été reconnu par ses pairs comme il le mérite puisqu'il préside, côté flamand, aux destinées du Centre Belge de la Bande Dessinée.

1927
Naît le dessinateur espagnol . Il collabore à plusieurs revues sous différents pseudonymes avant d'émigrer en France en 1954. On le retrouve dans de nombreuses revues pour enfants sages et dans les presse quotidiennes (il dessinera, entre mille autres choses, "Belphégor" et "Capitaine Tempête") avant son entrée à Pilote, en 1965. Il y réalise des "pages d'actualité" et des récits complets et, en 1973, y crée la magnifique Dracurella. En 1975, il crée avec Christian Godard sa série la plus célèbre : "Le Vagabond des Limbes" (Dargaud). C'est en 1985 qu'il crée, toujours avec ce scénariste, les truculentes et rabelaisiennes "Chroniques du temps de la Vallée des Ghlomes". Dès 1994, il ajoute à ces séries "Le grand scandale", encore avec Godard, qui met en scène un dessinateur de bande dessinée américain, et un inquiétant "Je suis un monstre" (Glénat), oeuvre maîtresse inachevée à ce jour.

21 mars

1996
C'est le printemps et pour fêter son retour, le parc d'attractions Brupark, à Bruxelles, près de l'Atomium, expose des fresques florales inspirées par des personnages de BD.
Pour informations : 19 32 2 477 03 77.

1974
Un petit village de Wallonie des années trente se transforme en véritable Clochemerle à cause de certains de ses administrés atteints par la dévorante passion de la colombophilie. Au centre du tumulte, le père Jules, au sale caractère et aux jurons très fleuris, et son pigeon vedette, "Le Vieux Bleu". Dessinée par Walthéry sur des scénarios hilarants de Raoul Cauvin, cette série pittoresque se déroule en fait dans le village de Cheratte où vit le dessinateur, et s'inspire du propre grand-père du dessinateur, un personnage haut en couleurs. Elle n'a malheureusement fait l'objet que d'un seul (inénarrable) album, paru chez Dupuis puis Hélyode.

1953
Naît . Illustrateur et maquettiste au fanzine "La Gueule Ouverte", il dessine en parallèle quelques récits pour "L'Echo des Savanes". En 1980, il entame une collaboration avec le scénariste Martiny d'où sortiront quelques récits complets publiés dans "L'Echo des Savanes" et "Charlie Mensuel", et le personnage de Bruce Predator, publié dans (A suivre) dès 1981. On retrouve ensuite la signature et le style naïf très reconnaissable de Petit-Roulet dans "Pilote", "Métal Hurlant", puis dans des albums parus aux Humanoïdes Associés ("Le Syndrome du Hérisson), Carton ("Le cirque Flop"), Futuropolis ("Papa-Dindon"), Magnard ("Zou sur le toit du Monde"), etc. C'est également un graphiste publicitaire, dont tout le monde a vu les dessins animés réalisés pour le lancement de la Twingo de Renault.

22 mars

1977
Naît . Viking ? Un peu. Enfant des Etoiles arrivé mystérieusement sur terre et doté de pouvoirs étranges. Les Vikings le nomment Aegirsson, fils d'Aegir, le dieu de la mer. En mauvaise posture dans sa première aventure, "La magicienne trahie", Thorgal est déjà amoureux de celle qui deviendra sa femme, Aaricia, la fille de Gandalf-le-Fou, chef des Vikings. Avec elle, il aura des enfants, s'installera loin des hommes mais sera vite rattrapé par son passé. Thorgal, du scénariste Jean Van Hamme et du dessinateur Rosinski, est l'une des plus fascinantes sagas de la bande dessinée contemporaine. Oscillant sans cesse entre reconstitution plus ou moins crédible du monde viking et fantastique, elle nous montre un héros véritablement humain, déchiré entre une aventure qu'il ne désire pas et la vie tranquille en famille vers laquelle il tend désespérément. Une oeuvre admirable, récompensée par des nombreux prix (Lombard).

1956
Un mécanicien à la casquette bleue illustre désormais la rubrique automobile du journal "Spirou". Son papa n'est autre que l'homme à tout faire de la maison, André Franquin. Un an après, devant à la fois animer le journal, dessiner Spirou et donner vie à sa toute nouvelle création, Gaston Lagaffe, Franquin passe la main à son décoriste Jidéhem. Il illustrera la rubrique jusqu'en 1975 et, parallèlement, fera vivre à Starter de passionnantes aventures, dont le célèbre "Starter contre les Casseurs" (Dupuis). Très vite, y apparaîtront un inventeur de génie, Karamazout, et sa fille espiègle, Sophie, qui volera la vedette au mécanicien.

23 mars

1934
Naît . Assistant d'Hergé dès 1953, il réalise des coloris et des décors des aventures de Tintin et entre, en 1954, au journal "Tintin" dont il devient metteur en page et illustrateur. Il y dessine de nombreux récits complets et crée, en 1962, le kangourou "Baf" puis, en 1966, un petit chef-d'oeuvre d'absurde, un animal hirsute et bleu, pondeur d'oeufs : le SKBLLLZ. La même année, il dessine pour "Pilote" les aventures de "Picratt" (scénario d'Acar). En 1969, il dessine "Mr. Magellan" sur des scénarios de Van Hamme puis Duchâteau. Mais atteint de paralysie, il doit malheureusement arrêter la bande dessinée.

1927
Naît , dit Maric. Il publie sa bande dessinée à seize ans. Secrétaire de rédaction à "Miroir-Sprint", il rencontre Pellos qui l'introduit à la S.P.E. (Société parisienne d'Edition, éditeur très actif dans la bande dessinée populaire pour enfants). Il reprend le personnage de "Carolus Bouzillard", réalise de nombreux jeux, et écrit de nombreux scénarios : "Charlot" pour Jean-Claude Forest, "Bibi Fricotin" pour Lacroix, "Les Pieds Nickelés" pour Pellos, "Bicot" pour Forest. Il collabore également à Sagédition, où il dessine de nombreuses séries, dont "Pépito", "Droopy", "Tom et Jerry", etc. Auteur de nombreux jeux, ce travailleur forcené qui avoue ne dormir que quelques heures par nuit devient, en 1971, rédacteur en chef du "Journal de Bibi Fricotin" et du "Journal des Pieds Nickelés", dont il devient le principal scénariste (pour Gérald Forton, Gen-Clo, Gine, Frisano, Marcello, etc.). Il reprend "La Ford T" après le décès de Tillieux, ce qui lui permet de rentrer par la grande porte au journal Spirou. Il y crée "Cristal", "Voulez-vous de nos nouvelles ?", "Contes défaits", "Pérouana prince inca". Ses collaborations ne se comptent plus.

1925
Naît , alias Cézard. C'est dans "Francs-Jeux" qu'il débute, comme illustrateur d'abord, dessinateur de bande dessinée ensuite. Pour ce journal et d'autres revues pour jeunes, il crée diverses séries sans lendemain, qui démontrent ses prodigieuses capacités à passer aisément du style humoristique à la bande dessinée réaliste ("Brik"). C'est en 1951 qu'il entame sa collaboration avec le journal "Vaillant". Il y donnera naissance, en 1953, à son personnage fétiche, le sympathique Arthur le Fantôme, qu'il poursuivra jusqu'à sa mort prématurée en 1977.

24 mars

1932
Naît . Il débute sous le pseudonyme d'EME mais signe vite de son vrai nom. Il collabore, durant les années cinquante, à diverses revues pour enfants sages ("Fillette", "Coq Hardi", "Fripounet et Marisette", etc.). Il dessine entre autres "Benjamin et Benjamine", que poursuivront Goscinny et Uderzo, "Le Narcisse d'Argent", "Lili", personnage créé par Goscinny et Will, "Tim et Anthime", etc. En 1957, il crée "Gil Bagout" et "Pipsi", puis "Tonton la Chance" pour "Vaillant", et en 1959, il entre à "Pilote" où il crée "Jacquot le Mousse", qui sera suivi de "L'agent E-1000", "Tromblon et Bottaclou" (sur des scénarios de Goscinny) et, finalement, les immortels "Norbert et Kari". En 1967, il crée un autre immortel de la bande dessinée : "Martin Milan" (Lombard). Ce scénariste prolifique, qui fait mouche à chacune de ses créations, a également participé à de nombreuses séries : "Modeste et Pompon" (pour Mittéï), "La Jungle en Folie" (pour Mic Delinx, chez Dargaud), "Sylvie" (pour Martial), "Toupet" (pour Blesteau, chez Dupuis), etc. Avec son complice et ami Ribera, il a créé le magnifique "Vagabond des Limbes" (Dargaud) et crée les Éditions Vaisseau d'Argent. Ecrivain, il est l'auteur d'un polar, "Pavane pour un catcheur défunt" (Presses de la Cité).

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh