100 ans de Bandes-dessinées 37

Imprimer la fiche

22 juillet

1986
Disparaît Floyd Gottfredson, le père de Mickey Mouse en bande dessinée. Il était né le 5 mai 1905.

1965
C'est un univers à nul autre pareil, où rêve et réalité s'entremêlent en permanence. Le héros - mais peut-on parler de héros dans des aventures qui ne sont que des voyages dans un pays de rêve où tout peut se dissiper en une nanoseconde pour nous ramener dans notre monde cartésien dur, dur pour les rêveurs ? - est un adolescent vêtu d'un polo à rayures blanches et bleues, accompagné d'un âne. L'univers qui lui ouvre parfois ses portes est celui du "A". Le "A" ? Ben oui, le "A" des mots "Océan Atlantique", bien sûr, celles qui figurent sur tout globe terrestre qui se respecte. Là, un puisatier s'est égaré il y a des décennies et, par hasard, en franchissant l'une de des portes anodines qui nous séparent de la quatrième dimension, Philémon l'a rejoint. Il y rencontre des êtres fabuleux comme le "Manu-Manu", un animal qui a la forme d'une main. Dans cet univers, la bande dessinée divague, perd ses règles. Le héros sort de sa case ou en casse le bord, quand ce n'est pas la planche tout enière qui se met à quitter le livre. Et il vaut mieux abandonner nos critères raisonnables quand on s'embarque avec Philémon dans ses voyages imaginaires. "Philémon", signé Fred et paru chez Dargaud, est à la bande dessinée française ce que "Little Nemo" fut à celle des Etats-Unis : un authentique chef-d'oeuvre de poésie et de fantastique qui a pu traduire en images les plus fous de nos rêves d'enfants.

1941
Vaughn Bodé naît à Syracuse, aux Etats-Unis. Le journal de l'université de cette ville, où il est inscrit, publie ses premiers dessins.C'est là qu'en 1966 apparaît son personnage "Cheech Wizard", où son style rond, son univers fantastique, sympathique et inquiétant à la fois, sont déjà nettement reconnaissables. Directeur artistique d'une revue, "Gothic Blimpword", dès 1969, il travaille également pour le magazine "Cavalier" (pour mâles avertis), où il publie "Deadbone Erotica". En 1971, il sort le premier numéro de "Junkwaffel" et, à partir de 1972, il reprend "Cheech Wizard" pour le fameux "National Lampoon". Il meurt en 1975, un an après avoir reçu le prestigieux "Yellow Kid", au festival de Lucca, en Italie. Malgré sa très courte carrière, Vaughn Bodé est l'un des plus importants auteurs de la vague "underground" de la fin des sixties. Son style a inspiré Ralph Bakshi, le réalisateur de "Fritz le Chat", pour son dessin animé "Wizards".

23 juillet

1934
Elle a été le fantasme de toute une génération de lecteurs de bande dessinée. Un canon de l'érotisme made in US, avec une bouche en coeur et des formes disons, euh... intéressantes. Une bombe sexuelle bien avant Marilyn Monroe. Sa jarretelle haut placée sur une cuisse pulpeuse n'a pas échappé à la puritaine Amérique et pourtant... C'est qu'elle en a fait rêver, des Américains, la belle Betty Boop depuis son apparition en dessins animés en 1930 ! Ses créateurs, les frères Fleischer, l'adaptent en bande dessinée avec l'aide de Bud Counihan en 1934. Quelques "boop-boop-a-doop" plus tard, la censure la remarque et, en 1938, l'achève à coups de ciseaux. Avec le recul, pourtant, tout cela paraît bien innocent et Betty Boop n'apparaît plus comme une vamp sulfureuse prête à pervertir la propre jeunesse américaine mais comme une caricature d'une certaine vision - dépassée, heureusement - de la femme.

24 juillet

1996
Vous aimez la BD, vous habitez la région de Montréal et vous possédez une radio ? Réglez déjà la longueur d'onde sur 102.3. L'émission 'Après lecture', sur CINQ-FM, parlera de la BD dès demain de 14h à 15h. Nouveautés, entrevues, relations avec la littérature et le ciné, "capsules" d'info comme on dit là-bas,... et les nouveaux medias (CD-ROM, Internet). L'émission est animée par Serge Fortier et réalisée par Marc de Roussan.

25 juillet

1947
Ted Benoît naît à Niort, en France. Assistant à la télévision, il a le temps de dessiner entre deux prises de vue. Cela lui permet de proposer des récits à "Actuel", qui les publie en 1971. Ted Benoît abandonne alors l'arrière des caméras et décide de s'orienter vers la bande dessinée. Il collabore au défunt "Geronymo", puis à "L'Echo des Savanes". En 1979, les Humanoïdes Associés publient son premier album, "Hôpital", qui lui vaut le prix du meilleur scénario à Angoulème. En 1981, il devient une sorte de chef de file de la mode ligne claire - revenant à la clarté et à la lisibilité hergéennes - avec son album "Vers la ligne claire". On y voit déjà un lunetteux qui fera carrière dans (A suivre) : Ray Banana. C'est qu'en parallèle des divers récits qu'il dissémine dans la presse branchée, il collabore également au mensuel de Casterman, qui publie le magnifique "Berceuse électrique" en 1980, puis "Cité Lumière" en 1986. En 1987, les Humanoïdes Associés éditent "Bingo Bongo et son Combo congolais" et, en 1989, Casterman sort "L'homme de nulle part", dont il ne réalise que le scénario (le dessin est signé Pierre Nedjar). Devenu un graphiste à la mode, il réalise de nombreux travaux publicitaires et artistiques. En 1996, il reprend avec le scénariste Jean Van Hamme la mythique série "Blake et Mortimer".

26 juillet

1942
Il est fort, barraqué comme une armoire normande et, malgré son surnom, il est roux comme un plat de carottes sauce ketchup. L'Épervier Bleu, de Sirius, apparaît aujourd'hui dans "Spirou". Son second est du même gabarit, la cervelle et la couleur des cheveux en moins. Il s'appelle Larsen. Et pour compléter le trio, un petit Indien, Sheba, se fait adopter par les deux aventuriers. De vrais, de purs, de durs. Sauf que Sirius, grand raconteur et grand rêveur devant l'Eternel - son rédacteur en chef, pas l'autre - l'envoie sur la lune. Et que dame censure, toute raguaillardie par la loi du 16 juillet 1947, trouve cela trop effrayant et met donc fin à la carrière du personnage en 1952. Mais durant les années 70, Sirius lui redonne une seconde existence, d'abord avec le scénariste Brouyère, ensuite en solo. Mais la sauce ne prend plus et seuls les nostalgiques accrochent à la série. Sirius est donc obligé d'enterrer définitivement l'Epervier Bleu en 1977.

1934
Winsor McKay, le créateur de Little Nemo, rejoint définitivement son personnage au pays de nulle part. Il était né le 26 septembre 1867.

27 juillet

1996
C'est la fête à Middelkerke, sur la côte belge. La Dixième Fête de la BD à la Bibliotheek Gwendolien, Onderwistraat 1. Les vacanciers pourront venir bronzer à la lumière des nombreux spots des expositions, séances de dédicaces et animations diverses. Infos au 19 32 59 30 03 68.

1938
Pierre Christin naît à Saint-Mandé, en France. Docteur en sciences politiques, il part aux États-Unis à la fin de ses études pour y enseigner le français. Il y retrouve l'un de ses amis d'enfance, Jean-Claude Mézières. A deux, après un téléfilm, ils réalisent un récit qu'ils envoient au journal "Pilote". C'est "Le Rhum du Punch", publié en 1966 sous le pseudonyme "Linus" (Mézières, lui, plus courageux, signe de son véritable nom). Revenu en France et tout en poursuivant une carrière universitaire à Bordeaux (il est responsable de la section de journalisme), il place divers scénarios dans "Total Journal" et dans "Pilote", ce qui lui permet de collaborer avec les grands auteurs de ce magazine : Alexis, Giraud, Clavé, Jijé, etc. Avec Mézières, il crée "Valérian" en 1967 (Dargaud). Un premier succès -immense - qui se poursuit avec d'autres collaborations prestigieuses. Avec Auclair, il donne naissance en 1970 à "Jason Muller". Avec Tardi, à "Rumeur sur le Rouergue" en 1972. Avec Boucq, aux "leçons du professeur Bourremou" (Audie). Avec Bilal, à ces immenses chefs-d'oeuvre que sont "La croisière des Oubliés" (1975), "Le Vaisseau de Pierre" (1976), "La Ville qui n'existait pas" (1977), "Les Phalanges de l'Ordre Noir" (1979), "Partie de chasse" (1983). Avec Vern, à "En douce le bonheur"(1978), "La maison du temps qui passe" (1985), "Le mycologue et le caïman" (1989), "Morts sous la Tamise" (1993). Avec Annie Goetzinger, à la sublime "Demoiselle de la Légion d'Honneur" (1981), qui sera suivi des non-moins prestigieux "La Diva et le Kriegspiel" (1981), "La voyageuse de la petite ceinture" (1985), "Charlotte et Nancy" (1985), "La Sultane blanche" (1996). Entre autres, parmi tant de livres à chaque fois originaux, hors du schéma classique des séries, mettant en scène un personnage -raconté avec un véritable talent de journaliste capable de faire revivre une époque à travers un portrait- qui disparaît avec l'album sans espoir de retour (Dargaud). Véritable romancier en BD, Christin est également romancier tout court, auteur de plusieurs livres parus chez Robert Laffont, Grasset, Flammarion, etc.

1927
Guido Buzzelli naît à Rome. Il débute en réalisant de simples caricatures et collabore comme illustrateur au journal hebdomadaire "Argentovivo". Auteur de nombreuses couvertures de magazines, il quitte l'Italie pour l'Angleterre en 1954 et adapte le roman-fleuve "Angélique" d'Anne et Serge Golon, puis réalise des récits alimentaires avant de revenir tenter de vivre de sa peinture en Ialie. A la fin des année 60, il se tourne à nouveau vers la bande dessinée et réalise une oeuvre étonnante, inquiétante, cauchemardesque, inspirée de l'univers du peintre Bosch : "La révolte des Ratés". Il poursuit dans la même veine fantastique avec "Les Labyrinthes", "Zil Zelub", "H.P.",... que publie "Charlie Mensuel". L'originalité et la personnalité de ses bandes dessinées lui valent le "Yellow Kid" du meilleur auteur en 1973. Créateur également du western "Nevada Hill" et de "L'Homme du Bengale" (Dargaud) ainsi que de nombreuses illustrations érotiques, on le retrouve dans les diverses revues pour adultes des années 70 et 80. Il publie encore "Zazafir" en 1985 (Albin Michel) puis reprend, en Italie, un western : "Tex Willer". Il meurt le 25 janvier 1992.

28 juillet

1993
Disparaît Jacques Laudy, pionnier du journal "Tintin". Il était né le 7 avril 1907.

1930
Jean Roba naît à Bruxelles. Dessinateur publicitaire, il ne se tourne vers la bande dessinée qu'en 1957. Après les inévitables "Belles histoires de l'Oncle Paul", il dessine un récit complet tout mignon, "Tiou, le Petit Sioux" et assiste Franquin sur "Spirou et Fantasio" (les épisodes "Tembo Tabou", "Spirou et les Hommes-Bulles", "Spirou et les petits formats"). En 1959, sur un scénario de Maurice Rosy, il réalise un mini-récit intitulé "Boule contre les mini-requins". Accompagné de son chien Bill, le petit garçon devient l'année suivante un héros à part entière du journal "Spirou". Par son sens poussé du gag visuel, Roba en fait vite l'une des grandes stars du magazine, à raison d'un gag par semaine (Albums Dupuis puis Dargaud). En parallèle, il participe activement à l'animation du journal, et réalise par exemple la couverture de "Spirou" de 1961 à 1965, juste au-dessus de la demi-planche hebdomadaire de "Gaston". "La Ribambelle", cette bande d'enfants comme la bande dessinée en a connu tant dans les années 50 et 60, naît en 1962. Les scénarios sont de divers scénaristes vedettes du journal : Tillieux, Vicq et même Yvan Delporte, le rédacteur en chef. On lui doit également le personnage de "Pomme", dans "Record", totalement méconnu. En 1977, on le retrouve parmi la bande de fous qui animent "Le trombone Illustré". Il y signe "Le sixième jour", une version pas très catholique de la Genèse. Sa production se ralentit durant les années 80, et les albums de "Boule et Bill" sortent désormais au goutte-à-goutte. C'est que - succès oblige ! - Roba gère désormais le "marchandising" de ses personnages, que l'on retrouve sur des lunettes, des vêtements, des objets classiques,... et, sans l'obligation de produire sa planche hebdomadaire pour un journal de bande dessinée, prend le temps de vivre...

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh