100 ans de Bandes-dessinées 41

Imprimer la fiche

1er février

1996
débute l'exposition "Portraits de BD" à la FNAC de Bruxelles. Le photographe Daniel Fouss a immortalisé sur pellicule les créateurs de la BD belge et les livre aux yeux du public jusqu'au 13 février. Informations : 19 32 2 209 22 11.

1951
débute la première "Histoire de l'Oncle Paul" dans le beau journal de Spirou. Ce brave bonhomme rondouillard fumeur de pipe inculquera l'Histoire à plusieurs générations d'enfants, par le biais de courts récits édifiants contant les vies et actions des plus exemplaires de nos ancêtres. Trèèèèèèèès moralisatrices jusqu'à la fin des années 60, ces "belles histoires de l'Oncle Paul" ont servi de banc d'essai aux jeunes dessinateurs du journal Spirou. De futurs stars de la bande dessinée y feront leurs premiers pas (Attanasio, Mitacq, Graton...). Scénarisées au départ par Jean-Michel Charlier, elles seront ensuite reprises par un vétéran, Octave Joly, qui en assumera le scénario hebdomadaire durant près de trente ans.

1949
naît Jean-Marc Lelong, le créateur de Carmen Cru. Voir 30 janvier.

2 février

1905
naît Annaïck Labornez, la Bretonne la plus célèbre de France. Comment ? Vous ne la connaissez pas ? Mais si, voyons, c'est une petite bonne rondelette au regard sans cesse étonné, d'une naïveté à toute épreuve. Toujours pas ? Si je vous dis qu'elle est née à Clocher-les-Bécasses, sans doute son sobriquet vous sautera-t-il enfin aux yeux... Ouiiiii, Bécassine, la servante maladroite de la marquise de Grand-Air ! Arrivée de sa campagne natale dans la capitale, elle ne se doutait certainement pas qu'elle ferait une carrière aussi longue - la plus longue de l'histoire de la BD puisqu'aujourd'hui encore ses aventures sont constamment rééditées aux Editions Gautier-Languereau, dans le respect de l'édition originale. On peut y lire, au travers de scènes de la vie quotidienne, une véritable chronique d'une époque, celle du début de notre XXe siècle.

1978
un accident de voiture comme il en avait tant imaginés dans ses histoires met fin à la carrière d'un des scénaristes les plus estimés. Maurice Tillieux, le père de Gil Jourdan, vient de se tuer dans un carambolage. Né en 1922, il avait commencé à raconter des nouvelles policières durant la seconde guerre mondiale et il ne se tourna vers le dessin qu'en 1944, pour le journal "Le Moustique". C'est dans le journal "Héroïc-Albums" qu'il entama véritablement sa carrière d'auteur de bande dessinée, dès 1947, avec entre autres un personnage qui lui servirait de modèle pour Gil Jourdan: Félix (voir 26 janvier). Auteur d'un nombre incalculable de personnages dans divers journaux, c'est par le personnage de Gil Jourdan (Dupuis), qu'il créa en 1956, qu'il réussit à percer. Son dessin clair, lisible, installait une atmosphère inimitable dans des récits minutieusement élaborés. Les décors reconstituaient avec réalisme de petits quartiers qui respiraient le pittoresque. Ses dialogues inventifs étaient d'une drôlerie irrésistible. Dès le milieu des années soixante, il commença à inventer des scénarios pour d'autres auteurs : Francis (La Ford T), Roba (La Ribambelle), Will (Tif et Tondu), Walthéry (Natacha), Gos (qui reprit le dessin de Gil Jourdan en 1970), etc. Il devint ainsi le scénariste le plus prolifique du journal Spirou, capable de toucher à tous les styles de récits avec le même bonheur. On lui devait également les gags de César (Dupuis).

3 février

1983
naît Kogaratsu (Dupuis). Dessinée par Marc Michetz sur des scénarios de Bosse, c'est la seule bande dessinée à avoir pu nous retranscrire de manière crédible le Japon médiéval, dans sa violence et sa passion. Kogaratsu, déchiré entre les principes séculaires de fidélité à son seigneur et ses sentiments d'être humain, est loin de correspondre au héros de marbre, pur et dur, qui est le cliché des samouraïs. C'est un être fier et colérique mais faillible et - parfois - fragile, particulièrement en face de certaines femmes. Une épopée passionnante, et en même temps un regard vrai sur le passé du Japon.

4 février

1973
naît Hägar Dünor, de Dik Browne. De son vrai nom "Hagar the Horrible" dans sa version originale, ce viking ne mérite pas vraiment, vraiment son surnom. Au contraire, rondouillard et amateur de bon vin, de bonne chère et de bonne flemme, il est plutôt du genre aimable. Nous n'en dirons pas autant de sa tendre (sic) épouse, seule véritable raison pour laquelle il écume le monde. Pas pour mettre celui-ci à feu et à sang, non, pour la fuir... Cette bande dessinée quotidienne créée par Dik Browne connaît un immense succès dans le monde entier. Il a été repris par son fils Chris Browne à la mort de son créateur. (Albums Dargaud et J'ai Lu).

1975
au coeur de l'Himalaya, un jeune homme se cherche. Ou, au contraire, n'est-il pas en train de se fuir ? Amnésique, il erre dans ces montagnes où le pire danger n'est pas la nature, mais l'homme : les troupes chinoises qui patrouillent sur les pistes. Ainsi commence Jonathan, l'une des plus belles bandes dessinées européennes et ainsi se fait connaître Cosey, l'un des auteurs les plus personnels. Avec un dessin d'une sobriété exemplaire, une mise en page audacieuse, des couleurs sobres, douces, mais surtout avec des récits gorgés d'humanité, sensibles, émouvants, il a fait de Jonathan une série d'une immense beauté, à nulle autre pareille, qui a marqué de manière indélébile les lecteurs du journal Tintin des années 70 (Lombard).

1952
naît Daniel Kox, le père de l'Agent 212 (Dupuis). Assistant de Dino Attanasio (Spaghetti) en 1972, il entre au magazine Spirou en 1974, par le biais des "cartes blanches", une rubrique d'expression "libre" qui permettait aux auteurs-maison de respirer entre deux planches de leur série habituelle, et aux jeunes auteurs de faire leurs premières armes. Il est remarqué par Raoul Cauvin, avec qui il crée, en 1975, le personnage de ce policier débonnaire au gros nez. C'est en solo qu'il dessine en parallèle les gags des "Indésirables". Dessinateur classique par excellence, Kox réussit à se forger un style simple et caricatural extrêmement expressif, particulièrement efficace pour déclencher le rire.

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh