100 ans de Bandes-dessinées 42

Imprimer la fiche

30 décembre

1983 Dick Hérisson entame sa première enquête dans “Charlie Mensuel”. La première d'une série d'aventures rétro-fifties signées Didier Savard qui ne nous épargne aucune scène choc dans un univers provençal pourtant généralement plus porté vers le soleil et la tranquillité. L'influence fantastique de Jean Ray et de son Harry Dickson de héros n'est pas loin (Dargaud).

31 décembre

1954
Christian Rossi naît à Saint-Denis. Alors que ses premières planches paraissent en 1973, il ne démarre réellement qu'au début des années 80, après avoir suivi, entre autres, les cours de Jijé. Après divers essais sans lendemain, il crée “Le Chariot de Thespis” avec Bonifay en 1981. Et, en 1985, il commence les “errances de Julius Antoine” (Dargaud), sur scénario de Le Tendre. Avec le même scénariste, il crée encore “Edmond et Gustave” en 1987 (Futuropolis).
C'est en 1990 qu'il reprend “Jim Cutlass”, que scénarisent Jean-Michel Charlier et Gir (Casterman), tout en animant “Jordan” avec Makyo.
Il termine également, en 1991, le premier album du “Roi Vert” après le décès accidentel de Jacques Armand.

1948
Patrick Cothias naît à Paris. Après une courte phase où il s'essaie au dessin, il s'oriente plutôt vers le scénario. Son premier récit, intitulé “L'empreinte” et dessiné par Loisel, paraît dans “Pilote” en 1971. Mais sa première série, “Sandberg”, ne paraît qu'en 1975, dans “Pif Gadget”. C'est dans ce même journal qu'il crée “Masquerouge”, dessiné par Juillard, cinq ans plus tard. Il démarre réellement au début des années 80. Il reprend le scénario de “Sylvio le Grillon”, dessiné par Luguy, crée “Snark Saga” puis “Trafic” et “Memory” avec Sternis, “Les 7 vies de l'Epervier” avec Juillard, “Orn, coeur de chien” avec Taffin, “Coline Maillard” avec Carrère, “Le Vent des Dieux” puis “Les Eaux de Mortelune” avec Adamov, “Au nom de tous les miens” avec Gillon, et de très nombreuses autres séries dans des genres aussi divers que le fantastique, la science-fiction ou la bande dessinée historique.

1922 Marc Neels naît à Gentbrugge, en Belgique néerlandophone. Il lui suffira d'inverser son nom pour créer le pseudonyme du dessinateur le plus populaire de Flandres après Vandersteen: Marc Sleen. Après des études artistiques, il débute comme illustrateur-caricaturiste durant la guerre. Sa première bande dessinée paraît en 1944 dans “Ons Volk”; elle est suivie de divers récits dans “Ons Volske”.
Il lance, en 1947, une série humoristique axée autour d'un détective: Van Zwam. Celui-ci engage un assistant nommé Néro (traduit par Néron en français), qui rejette vite son employeur à l'arrière-plan par sa truculence et sa forte personnalité.
En parallèle à sa carrière particulièrement réussie dans la bande dessinée, Marc Sleen est devenu un militant très actif dans le domaine de la protection animale. Il a réalisé de nombreux reportages pour le World Wildlife Fund.

1996
Le centenaire de la bande dessinée se termine dans la joie, la bonne humeur et quelques cernes au bas des yeux de tous ceux qui l'ont commémoré cette année (entre autres: nous). Mais Dame BD méritait bien qu'on lui consacre ces cinquante-trois semaines, elle qui a donné plus de cent années de bonheur aux générations successives d'enfants du monde entier. D'ailleurs, nous n'allons pas l'abandonner aussi vite. Demain, c'est le premier janvier 1997, elle est en marche vers son bi-centenaire.

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh