100 ans de Bandes-dessinées 43

Imprimer la fiche

23 décembre

1980
Métal Hurlant publie les premières planches d'un drôle de détective dans un drôle de monde futuriste. Il s'appelle John Difool, ses papas s'appellent Moebius et Jodorowsky, et "L'Incal", l'une des plus fabuleuses sagas de science-fiction, commence. En 1989, après les six volumes de la quête initiale, Moebius passe le relais à Janjetov pour "Avant l'Incal", tandis qu'en 1992 Jodorowsky fait appel à Juan Gimenez pour se consacrer à l'un des personnages-phare, le Méta-Baron, dans "La Caste des Méta-Barons" ("Humanoïdes Associés")

24 décembre

1959 Boule est roux et c'est le garçon. Bill est plutôt brun et c'est le cocker. Dans le mini-récit qui figure au milieu du journal de "Spirou" cette semaine, le public découvre cet adorable duo. "Boule et Bill et les mini-requins" est suivi, trois mois plus tard, d'un récit complet, "Poisson vole", puis en septembre 1960, du premier gag d'une des plus longues séries d'humour de la bande dessinée belge. Avec des parents gentils, des animaux de compagnie d'une drôlerie irrésistible, un incontestable sens de la poésie, il va lui permettre de dépasser le nombre incroyable des 1000 gags.

1952
C'est un magnifique coolie et il se nomme Bessy. Dans cet ouest sauvage du XIXe siècle où des colons tentent d'installer les premières pierres de la civilisation, il accompagne son maître Andy. Willy Vandersteen, le père de Bob et Bobette, a imaginé ce chien très nettement inspiré de la belle Lassie, dont il raconte les aventures, dessinées par Karel Verschuere. Placée dans la presse quotidienne allemande, elle obtient tellement de succès qu'ils doivent en réaliser plusieurs demi-planches par semaine. Pour y arriver, Willy Vandersteen est obligé de créer un studio - d'autant plus qu'il a déjà d'autres héros à fouetter. Plusieurs dessinateurs sont engagés, travaillant à la chaîne sur cette série, l'un crayonnant, l'autre dessinant les mains et les visages, etc. Elle s'est vendue à des millions d'exemplaires et a été (mal) traduite en français par les Editions Standaard.

1950 Khoa Vinh, dit Vink, naît à Da Nang, au Vietnam. Il travaille d'abord comme journaliste à Saigon, puis quitte son pays pour la Belgique en 1969. Il y étudie l'illustration aux "Beaux-Arts" de Liège. Ses débuts dans la bande dessinée datent de 1979. C'est dans "Tintin" que paraissent ses premières planches, les "Contes et légendes du Vietnam" (album "Derrière la haie de Bambous", Lombard). Il crée ensuite "Le Moine Fou" dans "Charlie Mensuel" en 1984, série qu'il continue encore aujourd'hui (Dargaud). Vink a réussi à intégrer les techniques de peinture de son pays d'origine à la bande dessinée européenne, ce qui donne à ses planches un rendu unique.

1947
Jean Léturgie naît à Caen. Secrétaire de Serge Reggiani puis attaché de presse de Glénat, il collabore dans un premier temps aux "Cahiers de la bande dessinée". Il se lance dans le scénario en 1981 avec "Percevan", que dessine Luguy. Il rencontre Xavier Fauche, et commence à écrire des scénario en duo avec lui. En 1981, pour la dessinatrice Marie-Christine Demeure, il imagine Cédric Le Bihan. Mais c'est en 1982 qu'il a la chance d'être retenu par Morris pour des scénarios de Lucky Luke. Il en est aujourd'hui l'un des plus prolifiques auteurs. Il anime également les médiocres séries annexes comme les gags de Ran-Tan-Plan. Il a participé aux dessins animés inspirés du célèbre cow-boy et aux "Tifous", créés par Franquin en 1989.

1947 Joost Swarte naît à Heemstede, aux Pays-Bas. Il fréquente l'atelier d'un peintre, Roelof Klein, puis suit des cours artistiques et techniques à Eindhoven. Après avoir travaillé dans une usine à carton, il participe à des expériences de banc-titre d'animation puis entame ses premiers essais en bande dessinée, très influencés par l'underground américain, alors à la mode. Ils paraissent à partir de 1970. En 1971, il est obligé de s'auto-éditer et il crée une revue, "Modern Papier", qui est suivie d'un ouvrage collectif qu'il réalise avec d'autres jeunes auteurs. Ayant fait la connaissance de Willem, celui-ci l'introduit à "Charlie Mensuel". Et le premier de ses nombreux récits complets (qui seront repris dans l'album "L'Art moderne" en 1980, aux Humanoïdes Associés) paraît en 1974. Pour les enfants, il crée "Coton et Piston" en 1972 (albums Casterman en français), puis "Passi-Messa". En 1980, déjà une star dans divers pays européens, il est introduit aux Etats-Unis par Art Spiegelman.. Graphiste génial, au style unique mêlant effets de perspective et architectures audacieuses, il réalise de nombreuses illustrations et portfolios, illustre des pochettes de disques, des sérigraphies, des cartes postales. Et réalise même du mobilier.

1946
Vittorio Giardino naît à Bologne, en Italie. Ingénieur en électronique, c'est tard qu'il se tourne vers la bande dessinée. Il faut en effet attendre 1978 pour qu'il publie ses premières planches. En 1979, son "privé" Sam Pezzo voit le jour. Il le publie dans "Orient-Express", où il crée également, dans un tout autre style, le personnage qui va immédiatement l'installer parmi les grand auteurs de la bande dessinée italienne : Max Frydman, héros de la "Rhapsodie hongroise" (1982). En parallèle, il dessine, dans le style très proche de la ligne claire qu'il a adopté pour Max Frydman, de courtes histoires coquines inspirées de "Little Nemo" : "Little Ego" (Glénat). Et c'est en 1994 qu'il crée, avec un ton nettement plus engagé vis-à-vis des dictatures de l'Est, le personnage de Jonas Fink (Casterman).

25 décembre

1911 Burne Hogarth naît à Chicago. Après des études artistiques, il débute par des illustrations à partir de 1926. Sa première bande dessinée paraît en 1929 : "Ivy Hemmanhaw". Il entre au King Features Syndicate en 1934. Après une histoire de pirates, il reprend en 1937 le personnage de Tarzan que dessinait alors Harold Foster. Il en restera le plus célèbre dessinateur, par son style baroque exagérant les anatomies, dramatisant les postures. On le surnomme le "Michel-Ange de la BD". Il a aussi dessiné Drago en 1945, et "Miracle Jones", une série humoristique, en 1948. Il abandonne la bande dessinée en 1950 et se consacre à l'enseignement de la bande dessinée dans une école qu'il a créée en 1947. Il interrompt ces activités en 1970 pour se consacrer à la peinture, mais revient à Tarzan en 1972 et, infatigable, reprend l'enseignement à partir de 1976. Fêté comme un dieu à Angoulème au début de 1996, il décède quelques heures plus tard.

26 décembre

1927 Martin Milan, qui apparaît aujoud'hui dans "Tintin", est un pilote d'avion taxi. Le problème, c'est que son avion n'est pas de toute première jeunesse et que monter à bord semble tenir du suicide. Pourtant, il parvient à trouver des clients. Pas tout à fait normaux, évidemment. Et pas toujours très honnêtes non plus. Tel est le point de départ de cette merveilleuse série qui va en permanence faire passer le lecteur du rire aux larmes. Christian Godard, auteur complet, expert ès-calembours, y multiplie les gags, mais sur fond d'émotion et d'humanisme. Martin Milan est une série de très grande qualité, injustement méconnue. "Il s'appelait Jérôme" est probablement l'album le plus sensible, le plus humain jamais paru dans la bande dessinée européenne (Lombard puis Dargaud).

27 décembre

1975 Une sorte de conte débute dans le premier numéro de la revue "Imagine", sorti ce mois-ci. Signé Serge Letendre pour les textes et Régis Loisel pour le dessin, il nous emmène au royaume d'Akbar, où le belle et pulpeuse Pelisse va devoir trouver l'oiseau du temps, seul capable de sauver le pays des maléfices du cruel dieu Ramor. "La quête de l'oiseau du temps" vient de commencer. Ce fabuleux récit d'héroïc-fantasy, aux personnages truculents évoluant dans un univers onirique, est interrompu par le décès du journal, mais reparaît bien plus tard, en 1982, dans "Charlie Mensuel", avec le succès que l'on sait (Dargaud).

28 décembre

1888 Martin Branner naît à New York. Il publie sa première bande dessinée, "Looie the Lawyer", en 1919. Mais c'est surtout avec Winnie Winkle qu'il va connaître la notoriété. Traduite en France sous le titre de "Bicot", elle naît en 1920. Martin Branner la dessinera jusqu'en 1962 ! Il confie alors son héros à son assistant, Max Van Ribber. Il décède le 19 mai 1970.

29 décembre

1987 Les lecteurs du journal "Spirou" ont la surprise de découvrir un aspect inattendu de leur personnage préféré. "Le Petit Spirou", qui y fait son entrée officielle aujourd'hui (les acquéreurs de l'album "Spirou à New York" avaient pu faire connaissance trois mois plus tôt avec un tout petit livret où il apparaissait pour la première fois), c'est le grand quand il était petit. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il est loin de correspondre au caractère sage, prude, normalisé du héros pur et dur. Le Petit Spirou, à l'âge de l'école primaire, s'intéresse à tout ce qui fait la vie d'un enfant d'école primaire : l'anatomie des filles, le grand mystère des filles, les douches des filles. Occasionnellement, il s'occupe de problèmes plus pragmatiques comme survivre au cours de gym de M.Mégot ou jouer un tour de cochon au curé-Don Camillo du village. Dessinée par Janry (aidé par Gazzotti puis par Dan Verlinden) sur des scénarios de Tome, cette série de gags est l'événement éditorial de ces dix dernières années. D'une drôlerie exceptionnelle, elle joue en permanence sur la frontière entre la provocation et les normes de la bande dessinée familiale classique. A quelques rares exceptions près, les auteurs ont toujours réussi à rester dans les limites et à comprendre jusqu'où ils pouvaient aller trop loin sans tomber dans la vulgarité.

1963
Ils sont cinq et, dans "Vaillant", rejoignent la kyrielle de bandes de gosses qui envahissent la littérature enfantine depuis des années. Les As sont là. Quentin Gentil est leur chef, Calixte est le savant, Pivoine est l'obèse constamment affamé, Copain est le petit, Mouche est la fifille maintenue dans son rôle de fifille standard en des années 60 qui n'ont pas encore connu la révolution de la femme, et Dragon est l'inévitable mascotte. Rien d'original là-dedans, sinon le style inimitable de Michel Greg, leur créateur. Il confiera bien vite cette série à son studio, constitué de futurs auteurs prestigieux tels Hermann, Dupa, Dany, Turk et De Groot, etc. C'est Vicq qui en assume le plus souvent les scénarios (Dargaud).

1956 Luc Lefebvre, dit Ptiluc, naît à Mons, en Belgique. Après des essais et des illustrations sans lendemain, il publie sa première bande dessinée professionnelle dans "Spatial", en 1979. Et, un an après, dans l'éphémère journal "Aïe!", il crée sa plus célèbre série, "Pacush Blues". Malheureusement, la disparition du magazine l'oblige à trouver une autre ooccupation. Il illustre ainsi des méthodes audiovisuelles durant trois années, avant de reprendre Pacush Blues, qui paraît en albums aux Editions Vents d'Ouest à partir de 1983. Dans son style animalier incisif, cruel, avec ses dialogues au vitriol, il installe un style vraiment personnel, qu'on retrouve dans les séries qu'il anime en parallèle : "Faces de rat", "Amours volatiles", (Vents d'Ouest), "Ni Dieu, ni bête" (Humanoïdes Associés). En 1996, il adapte à sa façon le mythe de Frankenstein.

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh