100 ans de Bandes-dessinées 47

Imprimer la fiche

26 août

1992
Bob de Moor, le père de Barelli, principal collaborateur d'Hergé, bon vivant et merveilleux gentleman de la bande dessinée, est emporté par un cancer à l'âge de 66 ans. Il était né le 20 décembre 1925.

1948
Guy Nadeau naît à Bayonne, en France. C'est sous le pseudonyme de Golo qu'il signe ses dessins, parus dès 1973 dans "Best". En 1979, il entame une collaboration de longue haleine avec le scénariste Frank pour "Charlie Mensuel" ("Ballades pour un voyou" puis "Same player shoots again", Editions du Square, 1979 et 1982). En 1981, ils créent "Les Noces d'Argot", qui se déroulent dans les milieux loubards et dans les quartiers beurs de Paris et se poursuivent au Caire. Ils imposent ainsi une autre culture que celle des beaux héros européens blancs à une bande dessinée enfin prête à accepter les différences. Ils collaborent également à "L'Echo des Savanes" ("Le Bonheur dans le crime", Futuropolis, 1982) et à (A suivre) ("La variante du Dragon", et "Mendiants et Orgueilleux", Casterman, 1988 et 1991).

1892
Edmond-François Calvo naît à Elbeuf, en France. Il débute comme illustrateur en 1919, dans "Le Canard enchaîné" et diverses revues d'informations de l'époque. Il exerce divers "petits métiers" dont celui de fabricant de sabots et celui de restaurateur, avant d'être définitivement atteint par le virus du dessin et d'entrer en 1938 à la Société Parisienne d'Édition, qui éditait de multiples revues pour enfants. Il collabore ainsi à "L'Epatant", "Fillette", "L'As",... et participe, durant la guerre, à certains albums dont "Les Voyages de Gulliver" et "Patamousse". On retrouve également son nom au bas d'albums parus aux Editions "Sépia" ("La Croisière fantastique" en 1942, "Croquemulot" en 1943, etc.) A la fin de la guerre, il signe de remarquables albums chez G.P., dont l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de la bande dessinée française : "La bête est morte" (d'après un scénario de Victor Dancette et Jacques Zimmerman, réédité en 1995 chez Gallimard). Il y retrace, en bande dessinée animalière, la seconde guerre mondiale. Ses productions sont innombrables. Il adapte des contes classiques et crée diverses séries animalières, comme "Cricri, souris d'appartement" (1950), "Moustache et Trottinette" (1952), etc. Ce maître de la bande dessinée animalière, qui influença Uderzo, est considéré comme le Walt Disney européen.

27 août

1996
Après Tintin, Astérix, Spirou, Lucky Luke, les Schtroumpfs, Boule et Bill, c'est au tour de Billy the Cat de rejoindre la panthéon des héros de bande dessinée européens adaptés en dessins animés. La première diffusion de ses aventures animées a lieu en Allemagne, où elles ont été réalisées. Le reste du monde devrait suivre.

28 août

1990
Le père de Bob et Bobette et de Bessy, Willy Vandersteen, décède à l'âge de 77 ans. Il était né le 15 février 1913.

1956
http://www.momes.net/BD/100ans/www.mmania.com/nvb/french/html/angouleme/peeters/peeters.htm Benoît Peeters naît à Paris. Ce passionné de bande dessinée et d'écriture s'installe à Bruxelles, où il entame la rédaction de divers essais relatifs à Hergé. Un livre-cassette, le premier du genre, aux Éditions Décembre en 1981, suivi à la mort d'Hergé d'un des premiers recueils exhaustifs de l'oeuvre du créateur de Tintin, "Le Monde d'Hergé" (Casterman) et d'un essai sur les "Bijoux de la Castafiore" (Magic Strip). Il est le plus érudit des tintinolâtres et dirige désormais la "Bibliothèque de Moulinsart" chez Casterman. En parallèle, il crée avec François Schuiten l'une des oeuvres les plus originales de ces dernières années, une bande dessinée sans héros, dont le moteur est le décor. C'est le "Cycle des Cités Obscures", dont chaque volume est un événement (à partir de 1982, chez Casterman). Avec le même Schuiten comme co-scénariste, il imagine "Plagiat !" que dessine Alain Goffin (Humanoïdes Associés, 1989). Il signe également des scénarios pour Anne Baltus ("Dolorès", "Calypso", chez Casterman), Patrick Deubelbeiss ("Ergün l'Errant", puis "Le Transpatagonien"), Frédéric Boilet ("Love Hôtel", Casterman), et encore Goffin ("Le Théorème de Morcom", Humanoïdes Associés). Avec sa compagne Marie-Françoise Plissard, photographe, il s'intéresse également au roman-photo, un genre à qui il donne ses premières lettres de noblesse. "L'enfant penchée", qui mêle bandes dessinées de François Schuiten et photographies de Marie-Françoise Plissart, en est l'aboutissement en 1995.

1917
Jacob Kurtzberg, alias Jack Kirby, naît à New York. Animateur intervalliste aux studios Fleischer (c'est lui qui dessinait tous les dessins intermédiaires entre deux attitudes lascives de Betty Boop ou deux coups de poings explosifs de Popeye), il débute dans la bande dessinée en 1936, au "Lincoln Newspaper Syndicate" pour lequel il réalise diverses séries sous le pseudonyme de Jack Curtiss. Il entre en 1939 au studio de Will Eisner, puis s'associe avec Joe Simon. Dès ce moment, il signe ses travaux du pseudonyme devenu mondialement célèbre de Jack Kirby. A deux, Jack crayonnant et Joe encrant, ils vont créer Captain Marvel, puis Captain America (tous deux en 1941) avant de devenir deux piliers des "DC Comics". Ce qui ne les empêchera pas de multiplier les collaborations chez d'autres éditeurs. Ils se séparent amicalement en 1956, et Jack Kirby crée alors "Skymasters" avec Wallace Wood avant de lancer, en 1961, avec l'immense Stan Lee, "The Fantastic Four" et de reprendre, avec le même scénariste, "Captain America". Il poursuit ses créations dans les comic books jusqu'à la moitié des années 80, devenant le plus célèbre dessinateur de ce genre très particulier de la bande dessinée.

29 août

1968
Salvérius et Cauvin créent dans "Spirou" des militaires pas comme les autres. Ils sont Nordistes, en pleine guerre de Sécession. Leur fortin, perdu au milieu du désert, est la proie rêvée des Indiens. Parmi ces Tuniques Bleues, se détachent deux personnalités marquantes: le sergent Cornélius Chesterfield, fier d'appartenir à cette grande armée et prêt à donner sa misérable vie pour son glorieux pays qu'il sert sans vraiment réfléchir, sûr qu'il est de l'efficacité de ses supérieurs pour le mener vers la victoire; et, à l'opposé, le caporal Blutch, qui tente de survivre en évitant tout risque de confrontation avec l'ennemi et en fuyant toute occasion de montrer sa témérité. Râleur, il est vigoureusement soutenu par sa jument Annabelle, capable de faire le mort dès la première seconde du moindre combat. Face à eux, la bêtise militaire dans toute son horreur, les officiers incompétents qui envoient dans l'allégresse et le mépris le plus total leurs pauvres troupes se faire écharper alors qu'ils restent, eux, bien à l'abri à l'arrière. Ce thème grave, Salvé et Cauvin l'ont traité par l'humour et le gag, jouant avant tout sur l'incompatibilité totale entre ces deux inséparables frères ennemis, Blutch et Chesterfield. Salvérius, malheureusement disparu prématurément, a été remplacé en 1972 par le remarquable Willy Lambil, qui a enfin pu exprimer tout son talent de dessinateur humoristique. Le profond travail de documentation qui sous-tend cette peinture de la guerre de Sécession a fait de cette série une véritable référence historique sur l'époque (Dupuis).

1939
Alex Varenne naît à Saint-Germain-au-Mont-d'Or, en France. Professeur de dessin, il illustre les scénarios de son frère Daniel dès la fin des années 60, mais ils ne parviennent à être publiés qu'en 1979 dans "Charlie Mensuel", avec une série post-atomique extrêmement noire débutant par "Ardeur" (Editions du Square). Ils la poursuivent dans "Libération" et dans "L'Echo des Savanes", où ils publient encore quelques récits avant de collaborer à (A suivre) ("Bobby Lynn", 1986, puis "Angoisse et Colère", en 1988, chez Casterman). Mais, progressivement, Alex Varenne se dirige vers un nouveau créneau plus juteux, encouragé par la nouvelle voie "hard" de "L'Echo des Savanes" : l'érotisme froid, sophistiqué, voire parfois, sous des apparences intellectuelles, carrément pornographique. Divers recueils de dessins et de récits courts se succèdent ainsi chez Albin Michel. En 1993, il crée "Gully Traver" pour Casterman et "Lola" pour Albin Michel.

1923
Jean Ache naît au Havre, en France. Animateur, il réalise en solo un dessin animé durant la guerre, "L'Emule de Tartarin", avant d'être engagé comme assistant aux studios de Cavaignac. C'est en 1943 que paraît sa première série, "Biceps, le costaud sentimental" (dans "Le Téméraire"). Dès la fin de la guerre, il crée diverses séries humoristiques dans les diverses revues de l'époque. En 1948, il donne naissance à "Archibald" puis, en 1950, à "Arabelle, la dernière sirène", sa série la plus célèbre. Née dans "France-Soir", elle se poursuivra dans "Tintin". En 1958, il imagine les personnages de Nic et Mino (avec Claude Dupré) pour "Le Journal de Mickey" et reprend pour "Pilote, à partir de 1965, les aventures d'Archibald. Outre des centaines de planches dans la presse de BD dite "populaire", il réalise encore un film d'animation avec Jean Nohain ("S.O.S., les Zlops attaquent") et reprend le personnage de Pat'Apouf des mains de Gervy, de 1973 à sa mort en 1985.

30 août

1996
Débute l'un des plus sympas des festivals de bande dessinée de France, celui de Sollies-Ville. Tout le programme et la liste des dédicaces à l'URL http://www.gen.com/imag/sollies/ Dépêchez-vous: il ne dure que deux jours.

1946
Jacques Tardi naît à Valence. Il débute à "Pilote" en 1970, où il publie quelques récits complets avant de dessiner en 1972, sur un scénario de Christin, "Rumeurs sur le Rouergue" et, en solo, "Adieu Brindavoine". En 1974, dans un style proche de la gravure, il dessine "Le démon des Glaces"(Dargaud) puis aborde avec "La véritable Histoire du soldat Inconnu"(Futuropolis) un thème qui le poursuit tout au long de sa carrière: son horreur de la boucherie guerrière. Un thème qu'il traite encore dans "Libération" avec "Un épisode banal de la guerre des tranchées" (1975) et, plus tard, dans le terrifiant "C'était la guerre des tranchées". En 1976, outre "Polonius", qu'il dessine d'après un scénario de Picaret, il crée la fameuse Adèle Blanc-Sec (Casterman). Puis il se tourne vers la bande dessinée policière avec "Griffu", scénarisé par Manchette (magazine "B.D." en 1977) qui sera suivi d'adaptations de romans de Nestor Burma à partir de 1981 ("Brouillard sur le pont de Tolbiac", "120, rue de la Gare",), de "Tueurs de cafard" (1983) et de "Jeux pour mourir"(1992). On lui doit également, entre autres innombrables réalisations, une édition illustrée du "Voyage au bout de la nuit" de Céline et un roman, "Rue des Rebuts" (Editions Alain Beaulet). Humaniste, engagé, maître du dessin noir et blanc, Tardi est l'un des auteurs majeurs de la bande dessinée contemporaine.

1943
Robert Crumb naît à Philadelphie. Très influencé durant son enfance par les bandes dessinnées de Carl Barks (Donald), Floyd Gotfredson (Mickey), Segar (Popeye), Walt Kelly (Pogo), il commence par dessiner pour un petit journal qu'il édite avec son frère Charles : "Crumb Brothers Almanach". C'est là qu'il crée en 1958 un chat qui ressemble au Fritz the Cat qui le rendra célèbre. Après divers travaux de dessin alimentaires, il participe en 1965 au journal "Help!" que dirige Harvey Kurtzman, le fondateur de "Mad". Puis il se tourne vers la presse underground, de plus en plus active : "Zap", "Bijou Funnies", etc. Extrêmement productif, il en devient l'un des piliers et multiplie les fascicules où naissent les fameux "Mr. Natural", "Angelfood McSpade" et bien sûr Fritz the Cat, qui portent en eux une bonne partie des idéaux libertaires et les fantasmes du mouvement underground. La presse française le découvre d'abord avec "Actuel", titre phare de la presse alternative au début des années 70, mais sa signature se retrouve ensuite chez d'autres éditeurs dont Dargaud, Futuropolis, Albin Michel, les Editions du Fromage, etc. Il s'installe en France en 1991.

1930
Edouard Aidans naît à Andenne, en Belgique. Sa première planche paraît dans "Spirou" alors qu'il n'a que sept ans, mais il ne publie véritablement de manière professionnelle qu'en 1953, pour "Spirou" d'abord, avec les inévitables "Belles Histoires de l'Oncle Paul", puis dans "Line" et "Tintin". C'est là, qu'après une première histoire à suite ("Le Dossier Vert", avec J. et F.Gall), il donne naissance à la série humoristique "Bob Binn", en 1961, à l'homme de la pierre "Tounga" ( en 1961) puis à la famille Franval (en 1973, avec Duval et Acar). Avec André-Paul Duchâteau, il devient l'animateur attitré des jeux de "Tintin" grâce à son personnage Bob Binn, qui en propose une page chaque semaine, puis à Népomucène et Bobinet. En 1965, il crée Alex Vainclair avec André-Paul Duchâteau pour "Pilote" puis, en 1971, dans "Tintin", avec Greg, alors le rédacteur en chef du magazine, "Les Panthères". Revenant à un style humoristique, il donne naissance à Gour le Balourh dans "Achille Talon Magazine" en 1975. En 1979, il fait partie de l'équipe d'un nouveau magazine, "Super As", pour lequel il crée "Tony Stark" en compagnie de Van Hamme. En 1986, c'est "La Toile et la Dague" chez Dargaud, qui obtient peu de succès. En 1992, il reprend le personnage de Bernard Prince (Ed. Blanco) créé par Hermann.

31 août

1941
Maurice Cuvillier crée Sylvain et Sylvette pour "Coeurs Vaillants". Ce petit garçon et cette petite fille, deux gentils villageois égarés dans une profonde forêt et adoptés par les animaux, vont d'abord vivre leurs premières aventures dans ce milieu animalier avant de tenter de retrouver au bout du monde leur mère partie à leur recherche. Ils finiront par revenir dans leur bucolique forêt pour y retrouver leurs dizaines d'amis à plumes et à poils. Maurice Cuvillier va créer autour de ces personnages une ménagerie d'animaux pittoresques. Malade, il devra malheureusement abandonner la série en 1956. Jean-Louis Pesch la poursuit, en alternance avec Claude Dubois (Lombard).

1er septembre

1996
Le musée du cinéma de Bruxelles entame jusqu'au 30 septembre une rétrospective de films ayant un rapport avec le cinéma. C'est un expert qui a choisi le menu : Benoît Peeters. Le Musée du Cinéma est situé 9, rue Baron Horta, 1000 Bruxelles, et son numéro de téléphone est le 19.32.2.507.83.70.

1996
Les festivités du cinquantenaire du journal Tintin commencent avec une exposition des plus belles couvertures de ce journal qui a marqué l'histoire de la bande dessinée. Elle a lieu à l'Hôtel Eurovillage, mais vous ne serez pas obligé d'y loger pour la visiter. L'adresse : 80, Bd. Charlemagne, 1040 Bruxelles. Infos au 19.32.2.230.85.55.

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh