100 ans de Bandes-dessinées 5

Imprimer la fiche

29 janvier

1975
on peut encore se procurer le N°4 de Fluide Glacial, où un indigne vieillard sent remonter en lui la sève printanière. Atteint d'un démon de minuit qui ne le lâchera plus, Pervers Pépère vient enfin de se découvrir une libido facétieuse qui l'entraînera dans les pires lieux de déchéance dans l'unique but d'assouvir ses bas instincts de potache hilare. Ce monument de l'humour, où Gotlib, malgré le sujet limite, parvient à éviter tous les pièges de la vulgarité, n'a - hélas ! - connu qu'un seul album, l'un des plus drôles de la-bande-dessinée-à-ne-pas-mettre-entre-toutes-les-mains (Gotlib, Audie)

30 janvier

1996
Superman est désormais orphelin. Le dernier de ses deux créateurs, le scénariste Jerry Siegel, n'a pas résisté à une dernière attaque à la kryptonite. Né en 1914, il avait créé quelques personnages éphémères avec le dessinateur Joe Schuster avant d'imaginer, encore avec celui-ci, ce super-héros baraqué qui provoque toujours autant d'engouement de nos jours. Pour l'anecdote, ce personnage n'intéressa personne et ils durent s'accrocher pour le faire accepter par un éditeur (DC Comics) en 1938. Ce dernier n'a pas eu à se reprocher d'avoir fait confiance à ces deux jeunes artistes... mais ne lui en fut pas reconnaissant pour autant. Spolié de son oeuvre par DC Comics, Jerry Siegel fut obligé de réaliser des scénarios alimentaires, y compris pour le personnage de Superman mais sans pouvoir signer, et dut attendre le succès du premier long-métrage de son super-héros, à la fin des années 70, pour qu'on reconnaisse sa paternité sur sa super-créature. Près de cinquante ans après sa création, DC Comics accepta enfin, sous la pression de nombreux auteurs de bande dessinée américains, de faire figurer sous chaque nouvelle histoire de Superman le nom de son créateur... et de lui verser une modeste rente annuelle,minime par rapport à la fortune qu'il lui a permis d'amasser.

1982
il ne reste plus que quelques heures pour se procurer le N°67 de Fluide Glacial, où la pire des vieilles emmerdeuses, Carmen Cru, sème la terreur dans tout le voisinage de son petit pavillon. D'un âge plus que respectable, elle se montre plus qu'irrespectable avec tous ceux qui l'entourent, considérant que tout lui est dû par le simple fait qu'elle a vécu jusque là. Haineuse, teigneuse, d'une mauvaise foi crasse, moche et d'une incroyable avarice, elle abuse sans vergogne de son statut de petite vieille, ne respectant rien, pas même un pittoresque curé qui a le malheur de la croiser fréquemment. Lelong, son créateur, malgré un immense succès (au point qu'une troupe de théâtre s'en empara pour créer une pièce qui tourna longtemps dans la France profonde), a interrompu ses frasques après cinq albums. Ses voisins respirent enfin (Audie).

31 janvier

1952
un étrange singe jaune à pois noirs, doté d'une interminable queue - très utile dans la terrible jungle de Palombie - est découvert par Spirou et Fantasio (Dupuis). Un singe, le Marsupilami? Non ! La journaliste Seccotine, après des mois d'observation patiente, parvient à démontrer qu'il s'agit d'un animal ovipare d'une intelligence extraordinaire, d'une puissance fabuleuse et qui partage avec l'homme une faculté : le rire. Farceur, le Marsupilami (Houba !) est également un père de famille exemplaire, éduquant ses petits (Bibi !) avec sa compagne (Houbi !) dans un nid magnifique. On lira à ce propos la thèse magistrale que le Docteur André Franquin lui a consacrée sous le titre "Le Nid des Marsupilamis". Cet animal original, attachant, accompagne Spirou dans ses aventures, lui donnant fréquemment un inestimable coup de main... euh, de queue. Jusqu'à ce que les destinées de Spirou et de Franquin suivent des voies différentes et que ce dernier l'emmène avec lui. A la fin des années 80, il vit ses propres aventures sous le crayon de Batem (Marsu-Productions) et, au début des années 90, acheté par les studios Walt Disney, il est transformé en un irritant clone des Tiny Toons qui n'a plus rien avec le poétique animal créé, quarante ans plus tôt, par l'un des plus grands auteurs de la bande dessinée.

1799 naît Rodolphe Töpffer, le véritable précurseur de la bande dessinée. Ce professeur d'université suisse est le créateur des premières "histoires en images", des récits entièrement dessinés, découpés en cases séparées par un simple trait et brièvement commentés par un petit texte narratif. Rassemblées sous le titre "Histoires en Estampes", les aventures de M. Jabot, de M. Crépin, de M. Vieuxbois connurent un grand succès au XIXe siècle. Goethe lui-même en était particulièrement friand.

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

Imprimer
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh