100 ans de Bandes-dessinées 51

29 juillet

1947
. 1975. Il rencontre Etienne Robial. "Vas- y !", lui intime ce dernier. Il y va. Lentement, mais sûrement. Ses premières histoires paraissent dans "Pilote", à partir de 1982. Son premier album, "Quéquette Blues (part ouane)", où il raconte avec émotion la noirceur de son adolescence dans la région du Nord, paraît en 1984 (Dargaud). Il est chaudement accueilli et primé à Angoulème dans la catégorie "espoirs" en 1985. La même année, "La piscine de Micheville" paraît, suivie de "Quéquette Blues" 2 et 3 (réédités en 1991 chez Albin Michel sous le titre "Roulez Jeunesse"). En parallèle, il crée pour Futuropolis "La Communion du Mino" et "Vive la classe", puis publie, dans l'Echo des Savanes, "Cours, camarade", "Le chemin de l'Amérique" et "Sur la route, encore". Ses récits deviennent de véritables romans en BD, un style qui culminera avec "L'Autoroute du Soleil", magnifique roman de qui inaugure la collection "mangas" de Casterman en 1995.

30 juillet

1996
Venez visiter la Belgique BD, une fois ! En plus des moules et frites et de la gueuze, le plat pays a su cultiver ses planches et ses cases, qui fleurissent un peu partout. Un guide du crobard est sorti, qui recense toutes les adresse de la Belgique BD, des murs peints aux statues en passant par les stations de métro BD et toutes les adresses du métier, éditeurs, écoles, librairies, galeriesS NON, PAS CELLES DES AUTEURS, SCHTROUMPF BETA ! Pas cher (99 FB au Centre Belge de la BD, rue des Sables, 20, B-1000 Bruxelles, ou 150 FB par correspondance, à la même adresse.)

31 juillet

1958
Il est une future figure locale de la gazette de Papayous-les-Fossés mais il rêve d'une carrière de grand reporter. , qui s'amène aujourd'hui tout guilleret dans les pages de "Spirou" va être servi. Paape et Charlier vont lui en donner pour son argent. Jamais grand reporter n'aura, en si peu de temps (treize albums en dix ans), vécu autant d'aventures palpitantes et dramatiques. A commencer par prouver au rédacteur en chef colérique de "L'Eclair", où il tient absolument à entrer, qu'il est capable de faire le tour du monde en quatre mois sans un centime débourser. Plus longtemps que Philéas Fogg, mais nettement moins cher. Et le voilà parti dans le monde de tous les dangers, des bandits, des guerriers, des maffiosi, des pirates (Dupuis). En 1996, Eddy Paape décide, trente ans après la dernière apparition de son reporter, de lui redonner vie.

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh