100 ans de Bandes-dessinées 7

12 février

1946
naît Ever Meulen, graphiste et illustrateur flamand très inspiré par les Arts Déco des années trente et par une certaine ligne claire chère à Hergé et à Edgar-Pierre Jacobs. Son style original en fait l'un des artistes les plus à la mode des années 70. Portfolios, illustrations, couvertures de magazines, pochettes de disques où il se joue des lois de la perspective dans des compositions spectaculaires se multiplient, ne lui laissant que peu de temps pour réaliser quelques bandes dessinées. Si sa production dans ce domaine est très pauvre, son influence n'en est pas moins déterminante sur les auteurs de bande dessinée des années quatre-vingts.

1945
naît Dupa, le père de Cubitus (Lombard), le chien le plus débonnaire de la bande dessinée. C'est grâce à Greg, pour qui il réalise des décors d'Achille Talon et de Zig et Puce, qu'il rentre à l'hebdomadaire Tintin, placé alors sous sa géniale houlette. Greg plaçant toutes les ouailles de SON studio dans SON journal, Dupa publie ainsi quelques histoires courtes avant de se lancer en 1968 avec un gros chien-chien bien sympathique dont l'humour canin aura un succès immédiat. Tout cela culminera avec la réalisation d'une série de dessins animés fort peu honorablement réalisés par un désastreux studio japonais mais qui lui permettront quand même de faire le tour des télévisions du monde. Dupa est également l'un des dessinateurs de Chlorophylle, le créateur du camionneur Niky, et le scénariste de deux livres fantastiques d'Eric : "Le Verrou" et "Coup d'oeil", une facette méconnue de ce raconteur doué.

13 février

1965
est créé le Club des Amis de la Bande Dessinée, premier véritable cercle belge d'intellectuels et d'amateurs réunis autour de ce qui allait devenir le neuvième art. Parmi les membres du conseil d'administration, on note un certain Maurice De Bevere, déjà célèbre sous le pseudonyme Morris (Lucky Luke), André Leborgne, qui créerait plus tard le distingué Prix Saint-Michel, Thierry Martens, qui deviendrait rédacteur en chef de Spirou - le "Monsieur Archives" des Editions Dupuis. En 1966, cette brillante équipe lancera le premier fanzine consacré à la bande dessinée : Ran Tan Plan.

1937
apparaît l'un des personnages majeurs de la bande dessinée américaine : Prince Valiant. Les aventures épiques de ce chevalier de la Table Ronde constituent l'une des plus élégantes séries réalistes de l'histoire jamais dessinées. Le dessinateur Harold Foster y reconstitue un époque médiévale parfaitement crédible, avec un luxe de détails, une précision extrême et un dessin de toute beauté, abandonnant les phylactères pour en revenir aux textes narratifs chers aux précurseurs de la bande dessinée. Il la continue jusqu'en 1970, où la maladie le contraint à céder le pinceau à son successeur, John Cullen Murphy (Editions Zenda).

14 février

1996
c'est la Saint Valentin. Bidouille du monde entier, n'oubliez pas d'embrasser votre Violette. Quelques idées de cadeaux romantiques : les albums de Cupidon (Dupuis), l'intégrale Bidouille et Violette (Glénat), Don Giovanni (Casterman).

15 février

1996
débute au très sérieux Museum des Sciences Naturelles, à Bruxelles (19, rue Vautier), une exposition intitulée "Le Marsupilami, une nouvelle espèce pour la science". Reconnu (enfin !) par le monde scientifique, le Marsupilami est présenté au Museum grâce, notamment, à la reconstitution de son nid. Jusqu'au 15 septembre. Infos : 02/6277.42.33.

1996
débute également à la librairie-galerie Espace BD à Bruxelles (2, place Fernand Cocq), une exposition consacrée à François Schuiten et Taxandria. Au menu : dessins originaux, décors et projection du film du film du même nom, signé Raoul Servais. Jusqu'au 20 avril. Infos : 02/512.68.69.

1948
naît , l'auteur d'un véritable monument : MAUS, à la fois histoire de sa famille et récit de l'holocauste. Durant la vogue hippie des années 60, après avoir publié des illustrations dans des revues peu connues, il se retrouve en hôpital psychiatrique suite à une consommation de L.S.D. A peine sorti de cet enfer, il apprend le suicide de sa mère. C'est pour se libérer de ces drames qu'il dessine des histoires introspectives dans les revues underground. C'est là qu'apparaît MAUS, qui lui vaudra la plus haute consécration américaine : le prix Pulitzer. Cette bande dessinée directement inspirée de la vie de son père, retrace la déportation et l'extermination des Juifs - représentés par des souris - par les Nazis - des chats. Elle met également en scène les difficiles relations de l'auteur avec son père (Flammarion). Cette indispensable bande dessinée a fait l'objet d'un CD-ROM aux Editions Voyager.

1934
s'éteint Louis Forton, le créateur d'une des plus longues sagas de la bande dessinée française : les Pieds Nickelés. C'est en 1904 qu'il commence à publier dans "L'Illustré" puis dans diverses revues d'humour de corps de garde. En 1909, alors que le journal "L'Epatant" venait à peine de commencer sa carrière, il y crée ce trio de voyous sympathiques, Ribouldingue, Filochard et Croquignol. En 1924, il imagine le personnage de Bibi Fricotin. Pratiquant une forme de bande dessinée où le texte narratif, copieux et riche en inventions verbales, se trouvait séparé des images, Forton retraça au travers de ses personnages un véritable portrait de son époque, vue par la lorgnette du petit peuple.

1913
naît Willy Vandersteen, le plus productif et le plus célèbre des dessinateurs flamands. C'est après la guerre, en 1945, qu'il crée Suske en Winske qui, traduits en français sous le titre Bob et Bobette, connaîtront un fabuleux succès dans le public enfantin. Engagé par Hergé - alors directeur artistique du journal Tintin - il dessine huit magnifiques aventures de ses personnages dans un style ligne claire très proche de celui d'Hergé. Il y réalise aussi des gags de Monsieur Lambique et du Prince Riri. Willy Vandersteen est le créateur d'une multitude de séries qu'il dessine d'abord seul puis, ne pouvant plus suivre la demande, grâce à un studio qui va s'étoffer au fil des ans. Des anonymes l'aideront ainsi à réaliser un album de Bessy CHAQUE SEMAINE pour l'Allemagne, de même que de nombreux albums de Bob et Bobette, le Chevalier Rouge, Karl May, Biggles, Jérôme, etc. Surnommé par Hergé "Le Breughel de la Bande dessinée", il a su incarner le burlesque flamand et dépeindre son plat pays avec humour. Disparu en 1990, il laisse un studio qui poursuit son oeuvre... en signant désormais du nom des artistes qui le composent.

16 février

1969
on remarque en librairie un nouveau magazine : Charlie Mensuel. Aux commandes de cette revue en noir et blanc qui va publier les plus grands auteurs internationaux, l'équipe des Editions du Square, que l'on connaissait déjà pour le mythique journal Hara-Kiri, déjà moultes fois interdit à l'époque pour son humour audacieux. Au sommaire des premiers numéros, les humoristes maison (Gébé, Reiser, Wolinski...) et des rééditions de bandes dessinées américaines : Li'l Abner, Peanuts. Une quantité innombrables de créateurs seront publiés durant les douze années d'existence de Charlie Mensuel, dont Buzzelli, Breccia, Copi, Crepax, Dimitri, Elder, Feiffer, Gould, Herriman, Jacovitti, Manara, Sempé, Smythe, Swarte, Tardi, et de nombreux jeunes auteurs? L'apport de ce journal à la bande dessinée est immense. Il a permis à des dessinateurs de se lancer et à des lecteurs de découvrir des séries venues de loin. Interrompu en septembre 81, Charlie Mensuel reparaît ensuite aux Editions Dargaud, et fusionne avec Pilote en 1986.

17 février

1958
apparaît B.C. (J'ai Lu), alias "Before Christus", traduisez "Avant Jésus-Christ". Les personnages en sont une bande d'hommes préhistoriques vivant dans un monde absurde qui n'est pas sans référence avec notre monde moderne.. Intellos, fainéants, dotés d'un sens de l'humour - cynique - aiguisé, géniaux au point de découvrir la roue mais suffisamment bêtes pour ne pas savoir comment l'utiliser, ils cèdent parfois la vedette à de braves dinosaures et à des fourmis ou même à des rochers bavards. Signée par Johnny Hart, c'est une brillante satyre des intellectuels américains.

1936
apparaît un mystérieux personnage masqué : the Phantom. Ce personnage mystérieux, vêtu d'un collant rouge (violette à l'origine) et éternellement masqué, est le descendant de sir Christopher Standish, un aristocrate anglais recueilli par des pygmées après un naufrage, et dont il devient le protecteur sous le nom du Fantôme. Tous ses descendants reprendront à leur compte cette lutte contre le crime, signant leurs actions grâce à une bague à tête de mort dont l'empreinte se marque dans la peau des criminels qui tâtent de son redoutable direct. Il vit dans la jungle, dans un repaire en forme de tête de crâne. Le scénariste, Lee Falk, en poursuivra les aventures alors que plusieurs dessinateurs succèderont au créateur, Ray Moore. Les aventures du Fantôme du Bengale ont été rééditées à de nombreuses reprises (Hachette, Remparts, Futuropolis).

18 février

1977
apparaît "Le Cafe de la Plage", par Régis Franc. Dans cette bande dessinée apparemment statique, des personnages parlent à l'avant-plan, vident leurs querelles, se harcèlent de reproches, rêvent à un avenir meilleur, s'ennuient. A l'arrière-plan, se déroule une autre histoire. Avec ce principe de double lecture, Régis Franc réalise une longue saga qui, jour après jour, tiendra en haleine les lecteurs du "Matin de Paris" durant près de 1000 strips.

1931
naît Johnny Hart, le dessinateur de B.C. Il débute dans "Stars and Stripes", un journal de l'armée américaine, durant la guerre de Corée où il combattait comme aviateur. C'est en 1957 qu'il crée B.C., une série de strips quotidiens et de planches hebdomadaires qui connaît un énorme succès. En 1964, il crée "The Wizard of Id" (Le magicien d'Id), que dessine Brant Parker. Cet humoriste percutant, passé maître dans l'art d'amener le rire en trois ou quatre dessins - la dure école du "strip" quotidien - est également un dessinateur efficace, sobre mais extrêmement expressif.GRONK [popularized by the cartoon strip "B.C." by Johnny Hart, but the word apparently predates that] v. 1. To clear the state of a wedged device and restart it. More severe than "to frob" (q.v.). 2. To break. "The teletype scanner was gronked, so we took the system down." 3. GRONKED: adj. Of people, the condition of feeling very tired or sick. 4. GRONK OUT: v. To cease functioning. Of people, to go home and go to sleep. "I guess I'll gronk out now; see you all tomorrow." from lum@cis.ohio-state.edu, don@sail.stanford.edu, gls@ai.ai.mit.edu, and/or mrc@sail.stanford.edu

semaine précédente - calendrier - semaine suivante

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh