Expression corporelle lutins

Expression corporelle sur un thème de lutins

Leçon - A partir de 3 ans - Niveau maternelle

Un atelier d'expression corporelle à partir de la lecture de l'histoire "La soupe aux micreilles" (numéro Hors série de Toboggan), mais ce dernier n'est pas indispensable pour l'exploitation de cette fiche.

À partir de la lecture de l'histoire "La soupe aux micreilles" (numéro Hors série de Toboggan), mais ce dernier n'est pas indispensable pour l'exploitation de cette fiche.

ENTRÉE DANS LE TRAVAIL

1 - Concentration collective (comment les lutins font pour se sentir plus forts)
Objectifs:
    - Placer l'enfant en condition d'écoute.
    - Amener l'enfant à se recentrer.
    - Aider l'enfant à prendre conscience de son corps et à bien maîtriser ses mouvements.
Déroulement :
    - Les enfants sont debout en cercle et se donnent la main; la maîtresse fait partie du groupe. Les pieds sont légèrement écartés, bien posés sur le sol, le visage et les épaules sont détendus, la tête est bien droite.
    - Inviter les enfants à fermer leurs yeux, à sentir la main de l'autre dans la leur, le toucher doit être agréable, les mains ne se serrent pas mais s'effleurent, une légère chaleur doit se faire sentir.
    - Après quelques instants, demander aux enfants de se lâcher les mains très très doucement - la séparation ne doit pas être brutale - puis d'ouvrir les yeux tout doucement.

2 - Les lutins se détendent
Objectifs :
    - Placer l'enfant en condition d'écoute.
    - Amener l'enfant à détendre son corps.
Déroulement :
    Position : debout, pieds légèrement écartés.
    Yeux fermés, balancer doucement les bras autour de soi en faisant pivoter son corps à partir des chevilles (laisser aller les bras).
    Arrêter le mouvement et regarder par terre devant soi; sentir ses deux pieds bien à plat sur le sol.
    Balancer doucement son corps d'avant en arrière au rythme de sa respiration. ("Comme c'est agréable!")
    Détendre son corps.
    Les lutins aiment jouer aux statues: laisser son corps parfaitement immobile, sans aucune crispation, du visage au bout des orteils (choisir une position ou copier celle de son voisin ou de la maîtresse) ; maintenir la position le plus longtemps possible.

TRAVAIL PHYSIQUE

1 - Les lutins adorent sauter.
Objectifs :
    - Développement de la capacité respiratoire.
    - Sens du rythme.
    - Détente nerveuse.
Déroulement :
Les enfants sont sur l'aire de jeu. La maîtresse crée un rythme avec le tambourin ou en frappant dans ses mains et demande aux enfants de sauter en suivant ce rythme qui, évidemment, changera au fur et à mesure.
Voici des sauts que l'on peut faire pratiquer aux enfants :
    - Sur place comme une petite balle, en décollant à peine du sol, puis plus haut comme une grosse balle.
    - En avant et en arrière d'une ligne tracée au sol.
    - D'un pied sur l'autre par rapport à une ligne.
    - A cloche-pied.

2 - Les lutins se protègent.
Objectifs :
    - Rendre l'enfant capable d'investir l'espace proche et/ou lointain en fonction de l'intensité sonore. Déroulement : (avec support musical)
    "Quand les lutins veulent effrayer un ennemi, ils se déplacent sur le pointe des pieds en se grandissant le plus possible, les bras levés vers le ciel" (intensité sonore forte) (il n'est pas nécessaire que les déplacements soient rapides, mais le grandissement doit être évident et exagéré.
    "Quand les lutins veulent aller se cacher sans se faire attraper, ils se couchent sur le sol et se déplacent en rampant, comme des serpents" (intensité sonore faible) (l'enfant doit ramper en essayant de mettre le plus possible son corps en contact avec le sol.)

RESPIRATION ET RYTHME

1 - Les lutins habitent dans des arbres.
Objectifs :
    - Stimuler l'imagination de l'enfant pour servir de support aux mouvement.
    - Mettre l'accent sur l'inspiration et l'expiration de manière à intensifier la respiration.
Déroulement :
Position : debout, corps détendu, pieds légèrements écartés, tête droite, bras relâchés le long du corps.
Inspirer, l'arbre grandit : redresser le corps, le tendre sans forcer, monter les bras au-dessus de la tête et, à la fin de l'inspiration, écarter les doigts comme les branches d'un arbre; expirer et fermer les mains, abaisser les bras, relâcher le corps.

2 - Les lutins jouent au petit train.
Objectifs :
    - Stimuler l'imagination de l'enfant pour servir de support aux mouvement.
    - Mettre l'accent sur l'inspiration et l'expiration de manière à intensifier la respiration.
Déroulement :
Position : debout.
Les enfants alignés les uns derrière les autre forment un petit train; en inspirant, lever un bras; en expirant, poser doucement sa main sur le dos de la personne devant soi (bras tendu).

3 - Jeux de langue.
Objectifs :
    - Echauffement vocal.
    - Diction.
    - Prise de conscience des muscles du visage.
    - Attention et concentration pour la prononciation.
Déroulement :
- Avant de faire répéter aux enfants les phrases citées ci-dessous, leur faire faire toutes les sortes de grimaces, afin de faire travailler et échauffer les zygomas et les mâchoires (ouvrir la bouche, la refermer en avançant les lèvres, tirer la langue, mastiquer dans tous les sens...)
- Le visage des enfants doit être " défiguré ", les muscles doivent s'assouplir. On peut proposer de se regarder dans une glace, ce qui amusera beaucoup les enfants et les forcera à aller jusqu'au bout de leurs mouvements faciaux.
- Une fois ce travail d'échauffement fait, leur demander de répéter plusieurs fois les séries de mots ou de phrases :
    - Panier, piano.
    - Cric, crac, croc, croque du manioc.
    - Pruneau cuit, pruneau cru.
    - Pour qui sont ces six saucisses ?
    - Le luxe d'Alexis.
    - Un petit pot de beurre.

DYNAMISATION ET RYTHME (L'ÉCOUTE)

1 - Hop!
Objectifs :
    - Echauffement physique.
    - Expulsion des tensions.
Déroulement :
Les enfants courent légèrement sur toute l'aire de jeu. Au signal de la maîtresse : "Courez!", ils se mettent à accélérer sur place comme pour un sprint; les bras et les jambes étant très en mouvement.
Au second signal : "Hop!", les enfants sautent un talus imaginaire en criant : "Hop!".

2 - La promenade des lutins.
Objectifs :
    - L'imagination au service du corps.
    - Le corps comme récepteur des sensations.
    - Se laisser guider par des données extérieures.
    - Développer l'attention et l'écoute de soi-même.
Déroulement :
Les enfants sont allongés. La maîtresse va leur faire faire une promenade qui sera jouée, "vécue" par les enfants :
"Les lutins se réveillent et se lèvent sans faire de bruit. Pour ne réveiller personne, ils se disent bonjour en se frottant le bout du nez. Ils se lavent la figure, ils mangent une tartine et boivent un bol de lait, puis ils sortent dans la forêt. Ils marchent dans l'hherbe, il fait très beau. Il fait de plus en plus chaud. Quelques gouttes de pluie commencent à tomber. Puis il pleut beaucoup, des flaques d'eau se forment sur le sol; les lutins sautent dans les flaques. Ils sont fatigués, ils vont rentrer ; le vent se met à souffler, ils n'arrivent pas à avancer. Ils arrivent à la maison, ils enlèvent leurs chaussures, se disent bonne nuit en se frottant le bout du nez, et vont se coucher."

TRAVAIL SUR L'ESPACE

1 - Que voient les lutins ?
Objectifs :
    - S'approprier un nouvel espace.
    - Développer les réflexes visuels.
    - Mémoriser une vision brève.
Déroulement :
Les enfants marchent sur l'aire de jeu selon un rythme normal. Quand la maîtresse dit : " Que voient les lutins ? ", tous doivent s'arrêter et énoncer à voix basse, mais clairement, ce qui se trouve juste devant leurs yeux (personne, meuble...), puis se remettre à marcher. Les faire ainsi s'arrêter cinq ou six fois en verbalisant chaque fois ce que le regard enregistre.

2 - Le tabouret.
Objectifs :
    - Mémorisation physique d'un espace donné.
    - Apprendre à évoluer naturellement dans un espace donné non quotidien.
    - Développer l'assurance et la confiance en soi.
Déroulement :
Un tabouret est placé au centre de l'aire de jeu, à trois ou quatre mètres des enfants, qui vont devoir l'atteindre à tour de rôle, les yeux fermés et sans aucune hésitation, en faire le tour et s'y asseoir. Les enfants prendront un temps de mémorisation et d'imprégnation de l'espace avant de fermer les yeux (bien insister sur ce moment capital pour réussir à aller jusqu'au tabouret; la maîtresse se tiendra à côté du tabouret, prête à retenir l'enfant qui s'assierait à côté.)

TRAVAIL DE CONTACT OU D'IMPROVISATION

1 - La boule de pâte.
Objectifs :
    - Contact physique.
    - Aspect ludique de la communication avec l'autre.
    - Développement de la confiance mutuelle.
Déroulement :
Les enfants (lutins) se mettent deux par deux. L'un sera la boule de pâte tandis que l'autre sera le sculpteur. Ce dernier va modeler le corps de son partenaire pour en faire une statue (qui représente quelque chose ou non, selon l'imagination des enfants).
Le corps du partenaire devient, comme la pâte à modeler, l'outil de la matérialisation de l'imagination.

2 - Les statues.
Objectifs :
    - Expression du masque.
    - Expression corporelle.
    - Recherche de la spontanéité.
    - Extériorisation d'une émotion.
Déroulement :
Les enfants évoluent sur l'aire de jeu en marchant ; au signal (mot donnant l'état de la statue), ils s'arrêtent, parfaitement immobiles, dans l'état demandé, et restent ainsi environ une minute. Les statues pourront être gaies, tristes, malades, en colère, bagarreuses, peureuses, fatiguées....Puis, sur un nouveau signal, les enfants reprendront leur marche dans la plus parfaite neutralité.( Insister sur la spontanéité, la première proposition de l'enfant est la bonne ; il doit avoir confiance en ce qu'il fait et, par là, imposer sa vision de tel ou tel état.)

SORTIE DU TRAVAIL

1- Le caillou.
Objectifs :
    - Concentration commune.
    - Coordination.
    - Apprentissage du geste collectif.
    - Expulsion des tensions.
Déroulement :
Les enfants sont en cercle, la maîtresse se tient parmi eux. Chacun étant très concentré, le bras droit tendu, paume vers le ciel, lentement on se baisse en pliant les genoux pour aller ramasser au sol, près de ses pieds, un caillou imaginaire ; on évalue le poids du caillou en faisant le geste de le soupeser, puis, sur une inspiration (air entrant par le nez), on balance lentement le bras vers l'arrière, la main refermée sur le caillou. Enfin on se redresse, on lance le caillou vers le ciel en ramenant le bras vers l'avant, comme si on voulait trouer le plafond , ceci sur une expulsion de l'air par la bouche qui sera accompagnée de l'exclamation : "Ah!".
 

2 - Le bébé lutin.
Objectifs :
    - Evacuer les tensions.
    - Retour au calme.
Déroulement :
À la fin, le lutin qui a bien travaillé s'étire, bâille, soupire, crie, rit (il ne faut pas étouffer les réactions involontaires, mais au contraire les amplifier et les provoquer).
Les lutins vont se reposer : debout, ils ferment les yeux et balancent leur corps de droite et de gauche, les bras relâchés le long du corps, en silence.

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh