22 avril

1979
Une belle sauvageonne fait ses premiers pas dans (A suivre). Violette est son nom et elle est libre comme la forêt où elle vit à une époque - le début du XXe siècle - où la liberté des femmes était une vue de l'esprit. Les notables du village profitent de ses appâts, de même que ses amants de passage. Mais, dans le petit village voisin, les épouses préparent leur vengeance. Cruelle et à la hauteur de leur haine. "Tendre Violette" (Casterman), bande dessinée baignant dans l'amour de la nature et de la féminité, a propulsé le dessinateur Jean-Claude Servais, auteur de la région des Fagnes, proche des Ardennes belges, parmi les grands auteurs humanistes. Ce chantre du terroir a fait vivre la belle Violette avec le scénariste Dewamme.

23 avril

1996
Débute la Foire du Livre de Bruxelles où, chaque année, des milliers d'amateurs de bande dessinée peuvent - enfin ! - approcher, toucher, parler à leurs auteurs favoris grâce aux séances de dédicaces, supplices affreux dignes des tortures du Moyen-Age pour les dessinateurs, obligés de dessiner à un rythme effréné dans une ambiance torride, et instants de délices pour les fans patients qui acceptent de patienter les heures nécessaires avant d'avoir leur album dédicacé. La Foire se terminera le 28 avril. Infos : 19 32 2 646 38 90. Aujourd'hui, retrouvez Schuiten et Peeters sur le stand Casterman, de 18h à 21 h.

1956
A Baden-Baden, en Allemagne, le petit Jean-Marc Rochette pousse ses premiers vagissements. Ses premiers récits paraissent dans le mensuel "Actuel" et dans "Le Canard Sauvage" au début des années 70, mais il se tourne ensuite vers la réalisation de courts-métrages d'animation. C'est en 1976 qu'il revient à la bande dessinée dans "L'Echo des Savanes" où il publie divers récits, dont "Anodin et Inodore" avec Mandryka. C'est en 1980 qu'il donne naissance à l'inénarrable "Edmond le Cochon" (Albin Michel) avec le scénariste Martin Veyron. Ce personnage, malgré diverses éclipses, poursuit toujours sa carrière de porc cynique et odieux grâce à un humour noir de très haut niveau. Il publie également le personnage malheureux, éternellement maltraité, de Claudius Vigne (Casterman). Suite au décès du dessinateur Alexis, il reprend le dessin d'un admirable récit fantastique imaginé par Jacques Lob, "Le Transperceneige" (Casterman), un chef-d'oeuvre visionnaire et grave pour lequel il modifie radicalement sa manière de dessiner, se tournant vers un style plus réaliste.

1949
Naît François Rivière. Cet amateur de bande dessinée érudit, passionné par la Grande-Bretagne et les auteurs anglais, débute comme critique de bande dessinée dans le fanzine "Schtroumpf - Les cahiers de la bande dessinée", édité par Glénat. C'est chez cet éditeur qu'il publie un court essai : "L'école d'Hergé" en 1976. En parallèle, il se sent des ailes de scénariste. Avec le dessinateur Floc'h, il crée Albany pour le journal "Pilote" en 1977. Pour (A suivre), outre de nombreuses collaborations scénaristiques, il publie des récits fantastiques admirablement dessinés par Andréas sur carte à gratter (Album "Révélations posthumes" chez Bédérama en 1980). Avec Goffin, il crée Thierry l'Audacieux (Casterman) et, toujours avec Floc'h, sort l'album "Blitz" (Albin Michel) avant de créer "Le Privé d'Hollywood" avec Philippe Berthet. C'est en 1985 qu'avec Gabrielle Borile comme co-scénariste, il crée Victor Sackville pour Francis Carin (Lombard). Cet écrivain a rédigé de nombreux essais et bibliographies, entre autres consacrées à Agatha Christie et James Barrie, l'auteur de Peter Pan. Des auteurs classiques dont il ne renie pas l'influence sur l'ambiance subtile qui règne sur ses bandes dessinées.

1944
Les Flandres belges voit naître, dans la famille Van Vosselen, le petit Ferry. Plus tard, considérant son nom un peu complexe pour signer une bande dessinée, il ne conservera que son prénom. Le début des années 70 le voit dans les pages du "Soir Jeunesse" et du "Pilote" édition belge. C'est en 1974 qu'il y crée un personnage historique nommé Cédric, qu'on retrouvera également dans "Tintin Pocket". Il poursuit dans la voie historique avec des récits authentiques racontés par Yves Duval. En 1977, avec Jean-Luc Vernal, il crée son premier personnage à succès: Ian Kalédine, que l'on retrouve ensuite en albums aux Editions du Lombard. Il est également l'auteur des "Chroniques de Panchrysia".

24 avril

1996
A la Foire du Livre de Bruxelles, Roba et Roels attendent leurs fans sur le stand Dargaud, de 15h à 17h..

1937
Francis Bertrand naît à Uccle, une commune de Bruxelles. Cet amateur de jeux de mots intellectuels publie son premier récit en 1957 : "Many Vail", dans le quotidien belge "La Cité". Il signe de son prénom, nom de plume qu'il conservera par la suite. C'est sur un scénario de Greg qu'il publie "Junior et Toutsy" dans "La Dernière Heure", en 1960. Il entre ensuite au studio Peyo, puis au studio Greg. En parallèle, il produit ses propres planches. En 1962, il publie de nombreuses histoires dans cette pépinière qu'étaient les "mini-récits" du journal "Spirou", et crée des séries éphémères pour divers journaux. En 1967, il reprend "Jacky et Célestin", une série que se repassaient de main en main les assistants de Peyo. C'est en 1966 qu'il publie dans "Spirou" les premières planches d'une série délirante, basée sur toutes les techniques de l'humour burlesque du cinéma muet : "La Ford T". Les dialogues et scénarios de Maurice Tillieux font merveille, la série connaît un succès fulgurant. Il crée pour le même journal "Clap et l'Homme du château" dès 1969, suivi du "Capitaine Lahuche en 1974 et des désolants "Soldats de plomb" en 1979. Au décès de Tillieux, malheureusement, "La Ford T" périclite. Le dessinateur également. Francis sombre lentement dans une déchéance mentale et physique, et meurt sans avoir pu retrouver la place qu'il méritait dans la bande dessinée de divertissement.

1911
Naît, à Paris, Georges Dargaud. C'est en 1936 qu'il crée avec son épouse une maison d'édition qui lancera, en 1943, un journal de bande dessinée nommé "Allô les jeunes". Il poursuit avec d'autres magazines familiaux dans de nombreux domaines, dont "Rustica". C'est en 1948 qu'il connaît la réussite avec une édition française de l'hebdomadaire "Tintin", lancé en Belgique en 1946 par les Editions du Lombard. En 1960, il rachète l'hebdomadaire "Pilote" en train de couler et lui insuffle une énergie nouvelle en plaçant aux commandes une équipe à qui il donne carte blanche et qui le lui rendra bien : René Goscinny, Albert Uderzo et Jean-Michel Charlier. Ce journal révolutionne la bande dessinée française en train de ronronner. D'immenses auteurs y sont révélés, d'autres les rejoignent, constituant un vivier où il puisera le contenu de collection d'albums qui concurrenceront les éditeurs belges : Astérix, Tanguy et Laverdure, Iznogoud, Achille Talon, Blueberry, etc. Il ne connaît pas que des succès : de nombreux journaux ("Achille Talon Magazine", "Lucky Luke", etc) disparaissent après quelques numéros. Au milieu des années 70, "Pilote" devien mensuel et finit par disparaître, de même que "Charlie mensuel", racheté aux Editions du Square. Mais ces expériences ont continué à enrichir son fonds en albums de nouveaux auteurs. Georges Dargaud a également créé une agence publicitaire, "Publiart", et s'est lancé dans de nombreuses activités dérivées de la bande dessinée, dont les dessins animés. En 1988, il cède sa société au sinistre groupe "Ampère" qui s'est donné pour but de moraliser la bande dessinée de l'époque. De nombreux auteurs quittent alors la maison, qui aura bien du mal à survivre à son créateur et connaîtra des années noires avant de retrouver une bonne santé à la moitié des années 90.

25 avril

1996
Au Heysel, derrière une pile d'albums, les dessinateurs Benn, Goetzinger et Berthet dédicacent sur le stand Dargaud, de 19h à 21h.

1996
A l'occasion du 10e anniversaire de la librairie-galerie Espace-BD, Moebius y expose des illustrations originales, en compagnie de son alter-ego Giraud. C'est 2, Place Fernand Cocq, à 1050 Bruxelles, jusqu'au 29 juin. Infos : 19 32 2 512 68 69.

1990
Dans "Spirou Magaziiiine", un petit garçon, Charly, reçoit un jouet. Un véhicule spatial apparemment anodin. Mais très vite, des choses étranges se déroulent. Le jouet semble doté d'une vie propre. Seul l'enfant est capable de communiquer avec lui. Et les pouvoirs du vaisseau sont terribles : un rayonnement puissant est capable de tuer, de perser des murailles métalliques épaisses. Des caractéristiques qui ne peuvent qu'intéresser la Défense Nationale... Elle le regrettera vite ! Avec le personnage attachant de ce petit garçon et de son jouet tueur, Lapière, le scénariste, et Magda, la dessinatrice, ont créé une série angoissante, un véritable thriller où la dimension psychologique et humaine est admirablement traitée (Dupuis).

1944

georgeherriman
Meurt George Herriman. Né en 1880, c'est à dix-sept ans qu'il publie son premier dessin au "Los Angeles Herald", qui l'embauche à la photogravure. En 1900, il commence à publier des dessins humoristiques et il rentre dans le studio graphique du "New York World" en 1901. C'est en 1903 qu'il se lance dans la bande dessinée. Il réalise un nombre incalculable de séries pour divers journaux. En 1910, il crée la "Dingbat Family", qui devient ensuite "The Family Upstairs". C'est là qu'apparraissent divers animaux qui prendront bientôt leur indépendance dans une série dont ils seront les étranges vedettes : "Krazy Kat", l'une des bandes dessinées les plus originales de toute l'histoire de la bande dessinée. Il la poursuivra jusqu'à sa mort.

1927
Naît, dans une famille d'immigrés italiens, celui qui deviendra le plus célèbre ambassadeur de la culture française : Albert Uderzo. C'est à l'âge de treize ans qu'il entre à la Société Parisienne d'Edition comme homme à tout faire. Il y touche à tous les métiers de la mise en page. C'est dans le journal "Junior", où il publie son premier récit, un pastiche de la fable "Le corbeau et le renard", qu'il rencontre le prodigieux dessinateur Calvo, qui l'influencera énormément. A la fin de la guerre, il publie divers récits avant d'entrer au magazine "O.K." où il crée ses premiers personnages : Arys Buck, le Prince Rollin, Belloy. Il collabore également à "France-Dimanche" et à "Bravo!" avant de se retrouver aux côtés de Hubinon, Mitacq, Charlier à l'agence "World Press" à Bruxelles. C'est là qu'en 1951 il fait la connaissance d'un nommé René Goscinny. A deux, ils réalisent la rubrique de savoir-vivre de l'hebdomadaire féminin "Bonnes Soirées", puis ils créent Pistolet, puis Luc Junior avant de créer un Indien nommé OumpahPah... une idée qui ne recueille pas le succès espéré. En 1955, Uderzo, Charlier et Goscinny veulent fonder un syndicat qui défendrait leurs droits... et sont licenciés sur le champ par leur employeur. Ils retombent sur leur patte en créant deux agences, de publicité et de presse, et lancent un magazine sponsorisé par une firme de chocolat : "Pistolin". En 1958, ils reprennent l'idée d'Oumpah-Pah, qui est acceptée cette fois par le Lombard. Le personnage connaîtra un immense succès, mais un désaccord financier avec l'éditeur (qui leur refuse une augmentation) pousse Goscinny et Uderzo à abandonner la série. Entretemps, ils ont déjà vécu ppas mal d'aventures. Grâce à leurs contacts avec Radio-Luxembourg, ils participent à la création d'un magazine sponsorisé par la station de radio. Ce sera "Pilote". C'est là qu'Uderzo publie, dès le premier numéro, deux des plus célèbres bandes dessinées françaises : Astérix (avec Goscinny, bien sûr) et Tanguy et Laverdure (avec Jean-Michel Charlier, naturellement). Le Gaulois moustache démarre lentement mais sûrement. Le succès est finalement tel qu'Uderzo décide d'abandonner toutes ses autres collaborations et de ne plus se consacrer qu'à lui. En 1969, il se retrouve adapté en dessin animé. Le décès de Goscinny en 1977 ne l'empêche pas de poursuivre ses aventures. En 1979, il fonde les Editions Albert-René et entame ensuite une grande bataille pour récupérer les droits des albums publiés chez Dargaud, bataille qu'il perd. La déception est telle qu'il menace d'abandonner le personnage mais revient heureusement ensuite sur sa décision. Albert Uderzo a mérité son succès : c'est l'un des plus grands professionnels de la bande dessinée contemporaine. Il a autant apporté au succès d'Astérix, par l'humour de ses dessins, par les innombrables trouvailles qu'il y a ajouté et qui passent souvent inaperçues à la première lecture, que l'immense Goscinny par la qualité de ses scénarios et de ses dialogues.

26 avril

1996
La toute nouvelle province belge du Brabant Wallon fait la fête à ses créateurs. De nombreux auteurs de bande dessinée ont en effet d'y passer des jours heureux, et de s'y installer pour réaliser leurs oeuvres. Qui ? Pour le savoir, rendez-vous à l'exposition organisée à Wavre, au château de l'Ermitage, 23, rue de l'Ermitage, jusqu'au 12 mai. Infos : 19 32 10 23 03 55. Expo Space Center

1924
Naît Victor Hubinon. Il débue en 1946 avec un récit de guerre, "L'Agonie du Bismarck", directement suivi par les premières planches des aventures d'un pilote américain qui va marquer plusieurs générations de lecteurs du journal "Spirou" : Buck Danny. Ce perfectionniste rigoureux, aux dessins précis et minutieux, est également l'auteur de nombreuses autres séries, humoristiques comme "Les Nouvelles Aventures de Blondin et Cirage", ou réalistes comme "Barbe Rouge" (Dargaud), "Tiger Joe", "La Mouette", etc. ainsi que de biographies en bande dessinée : Surcouf, Stanley, Mermoz (Dupuis).

27 avril

1996
Amateurs de dédicaces ? Retrouvez vos auteurs chéris à la Foire du Livre de Bruxelles. Au stand Casterman, de 14h30 à 17h30 : Comès, Johan de Moor, Philippe Geluck, Jannin, Warnauts et Raives. Au stand Dargaud, de 15h à 18h : Davodeau, Bignon, Léo, Vink, Godard et Ribera.

1991

robvel
Un chapeau de groom sur une tombe : Spirou vient de dire définitivement "au revoir !" à son créateur. Robert Velter, alias Rob-Vel, n'est plus. Groom au Ritz Carlton de Londres, puis chef de rang sur le vaisseau "Majestic", c'est au cours d'une croisière sur un autre bateau, l'"Ile de France", où il travaillait comme moniteur, qu'il rencontre Martin Branner, le père de Bicot. Séduit par ses croquis, celui-ci l'engage comme assistant dans son studio américain. Revenu en France en 1936, il entame une carrière professionnelle sous le pseudonyme de Bozz. Le 21 avril 1938, suite à une commande des Editions Dupuis, il donne naissance, sous le pseudonyme Rob-Vel à un personnage inspiré de ses débuts dans l'hôtellerie : Spirou, personnage vedette du journal qui porte le même nom. La guerre l'empêchant de livrer ses planches, il doit céder le personnage à l'éditeur, qui le confie à Jijé. Pour l'histoire de la bande dessinée, Rob-Vel reste à jamais le créateur de Spirou. Il connaît pourtant une carrière de longue durée, avec une quantité incroyable de séries, parmi lesquelles Toto, Bibor et Tribar, Nimbus, et surtout, Mr. Subito.

28 avril

1996
Toujours pas marre des dédicaces ? Allez, une dernière tournée pour la route à la Foire du Livre de Bruxelles. Chez Casterman : Cornette, Craenhals, Cromwell, Parcelier, Salma, Taymans. Chez Dargaud, de 15h à 18h : Davodeau, Bignon, Bailly, Léo, Ribera et Godard.

1987

cedric
Dans "Spirou", un petit garçon blond nous présente sa famille. La mère, classiquement reléguée aux tâches ménagères, le père marchand de tapis et le grand-père - le beau-père du papa - avec qui ce dernier ne s'entend pas du tout. Hors de cet univers où les querelles de famille mettent régulièrement de l'ambiance, Cédric vit ses journées dans la tranquille école de sa petite ville. Tranquille ? Voire... Car les drames du quotidien lui gâchent régulièrement la vie. C'est que Cédric est amoureux de la petite Chen et que ce grand dadais a le malheur d'être jaloux. Un jaloux rancunier de surcroît, passé maître dans l'art de faire payer très cher à ses adversaires les petites vexations qu'ils lui font subir, grâce à son sens inné du gag. Imaginés par Raoul Cauvin, dessiné avec beaucoup de charme par Laudec, les aventures de Cédric recueillent immédiatement un succès énorme. Hormis la qualité exceptionnelle des gags, signés par un Cauvin particulièrement bien inspiré, ce succès est probablement également dû à la sensibilité et à la nostalgie qui émanent du fabuleux personnage du grand-père. Rarement une bande dessinée d'humour aura aussi délicatement joué de la corde sensible.

1955
Naît Michel Crespin. C'est dans le mensuel "Métal Hurlant" qu'il débute en 1977 avec quelques récits complets. Il entame, en 1979, une saga futuriste, post-atomique, avec l'album "Marseil" (Humanoïdes Associés). Il sera suivi de cinq autres titres étonnants par l'humanisme sous-jacent et le traitement sensible des personnages. Dès 1991, il publie chez "Vents d'Ouest" une nouvelle série, "Troubadour".


semaine précédente - calendrier - semaine suivante

suite
 

  Viens discuter de tes bandes-dessinées préférées sur notre forum  
Donne vite ton avis !