10 Raisons de détester les classes découvertes

Par -

Bonjour. Je suis Till, papa de deux jeunes filles scolarisées. La plus jeune est partie lundi matin pour 5 jours en classe de mer. L’ainée va partir dans quelques semaines pour 5 jours à Oxford. Pas les cahiers, non. La ville située de l’autre côté de la Manche, chez nos amis grands-bretons.

Actuellement, mon niveau de « stress-parental-incontrôlable » se situe à 6 sur une l'échelle qui en compte 10.

Officiellement et sincèrement, je suis très content que mes filles puissent bénéficier de ces voyages qui vont leur permettre de découvrir tant de choses et leur faire gagner en autonomie. Officiellement et sincèrement toujours, je suis convaincu que ce seront des expériences géniales pour elles.

Mais je déteste quand mes filles partent en classes découvertes.

Pourquoi ?

Parce que :

 

-Je suis privé du plaisir de râler quand elles font trop de bruit ou ne font pas trainer leurs affaires partout dans la maison.

-Je ne peux pas leur faire (ni recevoir) ce petit bisou du matin. Celui qu’on fait presque par automatisme et dont on se rend compte, dans ces moments précis, à quel point il est essentiel à notre journée.

-Je déteste devoir faire semblant d’être le plus en confiance possible avant leur départ alors qu’intérieurement je me fais la liste des catastrophes possibles, du tsunami à l’enlèvement par les extra-terrestres, depuis deux jour.

-Mon cerveau, à la vue du chauffeur de bus encravaté, ne peut s’empêcher de penser aux accidents de bus dus aux erreurs de conduite. J’aurais presque envie de lui faire passer un bilan médical complet sur le parking.

-Mon cœur se déchire quand je vois dans les yeux de mes filles ce petit coup de blues éphémère au moment où le bus démarre enfin.

-Je sais que je vais encore devoir me coltiner ce numéro surtaxé qui met dix plombes à blablater avant de pouvoir écouter le message que la maitresse va laisser (quand elle aura le temps). Un message terriblement frustrant, juste pour faire dire à l’un des enfants dont on ne reconnait jamais la voix :  "tooout va bieeeeeeen !"

-Quand elles ne sont pas là, je n’ai plus d’excuse pour ne pas manger de légumes.

-Je ne peux pas laisser s’exprimer mon instinct animal profond. Celui du loup qui se sent bien au milieu de sa meute. Aaaaaouuuuuuuuuuuuh !

-Quand, dans une fratrie, un seul enfant part, ceux qui restent tournent en rond comme s’ils étaient amputés d’une moitié de leur cerveau.

-Ça me prépare à l’idée de devoir les laisser s’envoler, de plus en plus souvent, de plus en plus loin, et je ne suis vraiment pas fan du concept même si je sais qu’il est inévitable pour le bien de tous.

 

Heureusement, dans quelques jours, elle sera de nouveau là et je sais qu’il ne faudra pas longtemps pour m’inspirer un article « 10 raisons d’adorer quand ils partent en classe découverte » ;-)