A 8 ans, il décide d’aller se laver sans qu’on lui demande

Par -

Le petit village de Brindiou sur Oise, si paisible au demeurant, ne s’attendait pas à devenir le centre du monde en ce jeudi 16 mars 2017. En effet, depuis ce matin, toute la presse mondiale se fait écho de cette incroyable nouvelle qui, grâce à la puissance virale des réseaux sociaux, s’est propagée plus vite qu’un rhume de novembre à la crèche des Mini-Loups.

Un enfant de 8 ans, jeune Brindioulois, n’aurait pas attendu qu’on lui demande pour aller se laver.

Rappelons que, en France, la moyenne pour qu’un enfant se décide à aller se laver volontairement est de 4,6 demandes insistantes répétées, avec un pic à 6 demandes quand l’enfant est possesseur de tablette ou smartphone.

Jusqu’ici, le seul cas de lavage volontaire sans demande préalable était celui du célèbre franco-suisse, Jean-Philippe Geldouche, en 1976.

Le monde entier y avait cru jusqu’à ce qu’on découvre la supercherie grâce à ses aveux dans une autobiographie publiée 31 ans plus tard, « Du savon dans les yeux » aux éditions Dubin.

« J’en avais assez que mes parents me coupent toujours au mauvais moment pour me demander d’aller me laver. J’ai donc mis en place un stratagème qui consistât à leur faire croire que j’avais décidé d’aller me doucher, sans demande préalable, alors que je m’étais contenté de rester 10 minutes dans la salle de bain à laisser l’eau couler et à m’humidifier légèrement le visage pour plus de crédibilité. Je ne m’attendais pas à cette notoriété qui suivrait. J’ai vécu 30 ans, 8 mois et 18 jours en gardant pour moi ce lourd secret ».

Mais, cette fois-ci, point de supercherie. Des témoignages concordent pour confirmer l’exploit du jeune Brindioulois dont nous avons fait le choix de taire l’identité pour qu’il puisse poursuivre une scolarité normale, sans souffrir des effets indésirables d’une notoriété fulgurante. C’est sa jeune sœur de 6 ans qui nous permet d’être si confiants dans la véracité de l’information grâce à cette déclaration faite à l’AFP il y a quelques heures « Siiiiii, c’est vraaaaiiiii ! ».

Espérons que Théo (prénom d’emprunt) sera à l’origine de nombreux déclics et que plus aucun parent ne soit obligé de répéter mille fois à leurs enfants d’aller se laver quand il est l’heure.

Après tout, jusqu’à vendredi dernier, personne ne croyait à l’existence des licornes.

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh