Attentats. En parler encore ?

Par -

En janvier 2015, j'ai tout de suite pensé qu'il allait falloir trouver un moyen d'aborder le sujet avec mes filles. Qu'elles allaient forcément être au courant à l'école ou en entendant des bribes d'infos, ici ou là. J'ai donc cherché à savoir comment le faire sans me planter.

En novembre 2015, j'ai rapidement eu besoin de trouver et partager tout ce qui pourrait, une fois encore, permettre d'expliquer ces atrocités aux enfants.

Mais là, depuis mardi et ce qui est arrivé à Bruxelles, je n'ai rien fait dans ce sens.

Je n'ai pas cherché d'info ni de documents.

Bien sûr, je me suis une nouvelle fois posé la question de la façon de l'annoncer mais, cette fois-ci, mon questionnement concernait plus le timing que le reste. Quel est le meilleur moment pour leur en parler ?

J'ai pris conscience de cela le lendemain. Depuis, j'essaie de comprendre et ce que je comprends me file le frisson. Serions-nous en train de nous habituer ? Est-ce une situation dont nous commençons à "accepter" la récurrence ?

J'ose encore espérer que non.

Je suis toujours intimement convaincu qu'il faut en parler et répondre à leurs questions. D'ailleurs, tous les experts le disent. Il ne faut rien cacher, en dehors des images choquantes, mais adapter son discours à l'âge de nos enfants. La seule différence avec les premiers attentats consiste peut à rayer certains arguments rassurants de notre liste. Comme, par exemple, celui selon lequel ces événements là sont très rares dans notre coin du monde.

En fait, c'est ça le plus difficile. Devoir rayer de notre liste un élément qui pouvait nous aider à surmonter tout ça.

Ceci étant dit, voici quand même un lien vers ce très bon dossier réalisé par des professionnels pour Mon petit quotidien. Un des plus complets pour nous aider à en parler à nos p'tits mômes.

Parce que, oui, il faut en parler malgré tout.

Loup qui réconforte le Manneken-Pis par Eléonore Thuillier