Aux papas qui envoient des jouets dans l'espace

Par -

Vous avez certainement vu passer cette info la semaine dernière sur le web et même dans les journaux télévisés : Un papa a envoyé les jouets de ses enfants dans l’espace.

Pas la Renault, hein. Le véritable espace avec les étoiles qui brillent, les satellites qui tournent et les martiens qui bloubloutent (oui, c’est comme ça qu’on dit pour le cri du martien).

 

Vous pouvez d’ailleurs regarder la petite vidéo de cet exploit ici.

Ce papa français n’est pas le premier à avoir eu cette idée magnifique puisque l’année dernière, un autre papa avait également envoyé le train de son fiston explorer la banlieue proche de la terre. (vidéo à voir ici)

Bon ... Les gars ...

Je tenais à vous dire que c’est très chouette ce que vous avez fait. Nan, vraiment, c’est beau, poétique, incroyable et émouvant. Mais il va falloir arrêter, hein.

On a l’air de quoi, nous, les papas normaux ?

Nous qui n’avons jamais dépassé les 10 mètres de haut en envoyant en l’air la figurine Mc Do du grand Schtroumpf de notre petit dernier. Nous qui n’avons réussi à envoyer dans l’espace que le ballon Mickey gonflé à l’hélium acheté 30 secondes plus tôt lors de notre visite à Disneyland.

Vous voulez que nos enfants pleurent en prenant conscience de notre nullité spatiale ? C’est ça ?

Moi, l’espace, je trouve ça très surfait finalement. Il suffit de chercher un peu sur Youtube pour trouver plusieurs autres vidéos du même genre.

Non. Si je voulais vraiment réaliser un exploit hyper impressionnant, j’enverrais les jouets de mes filles par Colissimo, à l’autre bout de la France, la semaine qui précède Noël.

ÇA, C’EST DE L’AVENTURE !

De l’aventure avec des risques de ne jamais revoir les jouets revenir sur terre. Un looooong voyage dans les méandres obscurs du transport de colis. Ça risque d’être un peu compliqué pour filmer la chose avec une GoPro mais on peut tenter le truc, j’en suis certain.

Quoi ?

Je suis jaloux ?

Rhooooo oui, c’est vrai ... j'avoue. Je suis super jaloux, en fait.

J’aurais adoré faire ça avec mes filles. Voir leurs yeux briller comme ceux de Kilian et Kali, les enfants de Nicolas Morel. Partir à l’aventure pour récupérer la boiboite avec  l’équipage, les caméras, l’iPhone et le GPS. Découvrir les images du vol à 20 000m d’altitude. Partager avec le monde entier le petit film de cette fabuleuse aventure.

Je suis super jaloux mais je te félicite, Nicolas. C’est un truc de fou que tu as fait là.

Chapeau bas !

Till the Cat

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh