Course contre la montre

Par -

« Et c’est le temps qui court ... ». C’est cette célèbre phrase du grand philosophe Edmond Boïze-Bande qui résume le mieux selon moi la vie des parents d’aujourd’hui.

Cette sensation de toujours courir après le temps, au quotidien, se traduit par un épuisement physique et parfois même moral. On entend souvent dire que les journées passent trop vite. C’est un fait. Mais n’avez-vous pas l’impression que les nuits passent encore plus vite ? Moi oui. Quand le matin, mes filles arrivent dans la chambre avec la délicatesse d’un hippopotame sous amphétamines, j’ai la sensation de ne pas avoir mon compte de sommeil. Malgré tout, il faut être immédiatement opérationnel car ce moment est le top départ d’une course effrénée.

 

Se laver, s’habiller, préparer le petit déjeuner, laver et habiller les enfants, lutter contre leur envie de mettre les vêtements d’hiver en plein mois de juin (et vice versa), ramasser les cornflakes qui jonchent le sol suite à accident, chercher les chaussures qui n’ont pas été rangées dans le tiroir prévu à cet effet ... bref, une course qui démarre comme un sprint alors qu’elle est en fait un marathon.

Et pourquoi faire tout ça en courant ? Parce qu’il faut être à l’heure à l’école, la garderie, la nounou, au travail ...

Le pire dans tout ça, c’est que vos enfants ne sont jamais très coopératifs. N’espérez pas qu’ils jouent le rôle de vos coéquipiers ou même de vos concurrents dans cette course (au moins ils essaieraient de courir en même temps s’ils étaient concurrents). Non, au mieux ils seront à l’origine des obstacles que vous devrez sauter sans vous emmêler les pieds. Au pire ils seront vos « ralentisseurs ». Pour ceux qui ne connaissent pas l’émission « Pékin Express », il y a une étape dans cette course au bout du monde qui consiste à mélanger les équipes et à nommer dans les binômes un pousseur et un ralentisseur. Le rôle de ce dernier consiste à tout faire pour que son équipe perde. Et bien les enfants le matin sont de parfaits ralentisseurs. Ils négocient la moindre chaussette, trouvent la température du lait trop chaude ou trop froide, ne veulent pas manger, exigent de voir tel ou tel dessin animé ... bref, c’est l’horreur. Et vous, pendant ce temps là, vous savez que vous risquez de perdre la course. C’est très dur nerveusement.

C’est bientôt la fin des vacances d’été. Cela signifie le retour de ces contre-la-montre matinaux. Sachez, camarades parents sportifs de l’extrême, que je penserai à vous le jour de la rentrée. La bonne nouvelle, c’est que dans ce sport il n’y a pas encore de contrôle anti-dopage. Libre à nous d’ingurgiter des litres de boissons caféinées et de se bourrer de sucre pour alimenter nos muscles.

Il parait que le sport est très bon pour la santé ... mouais ... on en reparle aux prochaines vacances ?

 Till the Cat

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh