Des questions, des questions, toujours des questions ...

Par -

Au début, les questions de mes filles se limitaient à des choses essentielles comme :

« Pourquoi il a dit ça, Tchoupi ? Pourquoi, les vaches, elles ont pas d’plume ? Pourquoi ça pique quand Madame Lefranc elle fait un bisou ? », le tout étant souvent posé en mode rafale.

Je pouvais néanmoins répondre assez facilement, sans trop faire appel à mes neurones fatigués :

- Eh bien, Tchoupi n’a pas de plume parce que la vache de Madame Lefranc lui a fait trop de bisous qui piquent.

En général, mes filles s’en contentaient et passaient à autre chose (ou a une nouvelle série de questions). Rassurez-vous, il m’arrivait aussi de faire des réponses intelligentes.

Et puis, au fur et à mesure, les questions sont devenues moins faciles. Il me fallait secouer les neurones endormis pour y répondre.

« Est-ce que c’est vrai qu’on peut mourir si on arrête de respirer ? Pourquoi tu veux toujours qu’on mange des légumes ? A quoi ça sert les crottes de nez ? ».

Je pouvais encore tenter le condensé en groupant mes réponses ...

- Si je vous fais des légumes, c’est parce que c’est ce qui se marie le mieux avec les crottes de nez. D’ailleurs, finissez vos haricots sinon j’arrête de respirer et vous verrez bien ce que ça fait !

...mais là, je me faisais souvent rembarrer sèchement. « Papaaaaa, réponds vraiment ! »

Heureusement, étant fan d’émissions de vulgarisation scientifique comme feu « C’est pas sorcier » ou « Myth Busters », je pouvais leur expliquer que, en séchant, le mucus, secrété par notre nez pour capturer les poussières et autres micro-saletés que nous respirons, se transforme en crottes de nez.

Aujourd’hui, avec des filles de 9 et 11 ans, les questions sont encore plus complexes.

Elles portent sur les injustices de la société, le sexisme, la guerre, le terrorisme, la politique, l’environnement … Mais ce n’est pas tout. Elles portent également sur les Youtubeuses à la mode, le nail art et les masques de beauté, les textes de chansons de KeBlack ou Jul, le calcul de l’aire d’un polygone, les confluents de la Seine, les vegans, la troisième équipe bleue de Koh Lanta …

Je ne vous raconte pas l’état dans lequel se trouvent mes neurones.

J’ai l’impression d’être un mashup vivant de Google et Wikipédia mais j’aime tellement ça.

J’aime la curiosité dont elles font preuve. J’aime être le papa de ces adultes en construction qui ont besoin de comprendre le monde dans lequel ils vivent. J’aime devoir chercher avec elles les réponses que je ne peux leur fournir et m’enrichir, en même temps qu’elles, de nos trouvailles. J’aime débattre et écouter le fruit de leur réflexion.

Alors oui, il est moins facile de répondre mes bêtises sur les crottes de nez de la mère Lefranc qui pique, mais c’est tellement chouette à vivre !

Vous avez des questions ? ;-)