Do you speak English ?

Par -

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,

Je me permets ce petit courrier pour vous faire part d’un léger souci qui concerne la scolarité de ma fille ainée.

Fille ainée qui, en septembre, a fait sa rentrée en classe de CE2 - Oui, ça file, hein. C’est fou ... On ne les voit pas grandir. Ça pousse d’un coup. A peine on les pose en Maternelle et pfiou, ils se retrouvent au collège avant qu’on ait eu le temps de dire ornithorynque ou coléoptère.

Pardon, je m’égare. Non, pas la voiture. Je m’égare, pas je me gare.

Où en étais-je ? Ah, oui. Coléoptère, ça file, pfiou ...

Mon problème concerne donc une des matières enseignée à ma fille par son professeur des écoles.

Cette matière, c’est l’anglais.

Je vous arrête tout de suite - non, je ne suis pas gendarme, pourquoi cette question ? - elle apprend l’anglais depuis plusieurs années mais, jusqu’ici, cela ne nous posait aucun souci. De la Maternelle au CP-CE1, il était question de chanter des petites comptines du genre « ♫♪ Hello, hello, hello, what’s your name ? My name is Raoul, my name is Raoul. Hello Raoul, hello Raoul, hellooooo ♪♫ », tout allait bien.

Mais, j’ai l’impression que l’enseignante de cette année a décidé de lui en apprendre beaucoup trop.

Ma fille connait déjà toutes les saisons, les termes météorologiques, les moments de la journée, les jours, les mois, comment dire qu’elle a faim, froid, chaud, mal aux orteils ... Bref, si ça continue sur ce rythme-là, mon épouse et moi ne pourrons plus du tout utiliser notre langage crypto-secret à base de yaourt anglais.

C’est une langue complexe, totalement issue de l’anglais mais néanmoins teintée de yaourt (du fait qu’on ne pratique plus suffisamment l’anglais depuis les cours de Madame Burlington, en Terminale) qui nous est essentielle pour discuter de manière discrète en présence de nos enfants sans qu’ils ne comprennent un seul mot de ce que nous disons.

Bien entendu, il y aurait la solution d’apprendre une nouvelle langue - un temps, j’ai même pensé à m’inscrire à des cours du soir de Moldave - mais mon épouse est très attachée à l’anglais (et au yaourt).

Alors, cher monsieur le Ministre de l’éducation, nous préfèrerions que vous demandiez à Madame Keupofti de lever un peu le pied sur l’anglais dans sa classe de CE2. Par pitié, qu’elle nous laisse encore quelques années à pouvoir discuter discrètement.

D’avance, je vous remercie pour l’attention que vous porterez à ma demande.

(Gilles le chat, quoi)

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh