J'ai testé pour vous !

Par -

Bonjour les lecteurs de mômes.net ! Aujourd’hui, j’ai testé pour vous :

« Etre parent d’enfants modèles »

Tout d’abord, parlons de l’emballage.

L’enfant modèle est livré dans un emballage soigné avec souci du détail. Pas un bouton ne manque à son gilet. La chemise est parfaitement repassée et les couleurs sont vives. Sa coupe de cheveux est impeccable. Ses chaussures ne sont pas élimées sur le dessus et l’ensemble vestimentaire est plutôt harmonieusement coordonné.

Pour le moment, je ne suis pas déçu.

La mise en route est facile. A peine arrivé, l’enfant modèle m’a salué poliment en arborant un sourire Ultra-brite des plus étincelants. Il m’a demandé l’autorisation de s’assoir sur le canapé et n’a pas bougé d’un poil pendant de longues minutes.

J’en ai donc profité pour pousser le test un peu plus loin.

Je lui ai demandé s’il voulait regarder un dessin animé à la télévision. L’enfant modèle m’a alors répondu qu’il le ferait si tel était mon souhait mais qu’il comprendrait parfaitement que je préfère regarder un programme plus adapté à mon âge et qu’il pouvait très bien s’occuper en allant lire le dictionnaire.

J’ai donc sorti l’artillerie lourde. Un énorme paquet de bonbon et quelques tablettes de chocolat. Je lui ai proposé de se servir autant qu’il le souhaitait. Peu importe qu’il ne soit pas l’heure du goûter. Ce à quoi il m'a répondu qu’il ne préférait pas en manger à cause du risque de caries dentaires et des produits non naturels contenus dans les friandises.

Quand vint l’heure du coucher. L’enfant modèle était déjà en pyjama, dents brossés, calmement assis sur son lit, dictionnaire à portée de mains. Devant tant de sagesse, je lui propose une partie de chatouilles hilarantes, histoire de le récompenser de ses efforts mais il refusa poliment, m’informant qu’il était préférable de rester calme avant l’heure du coucher.

La nuit fût calme et reposante. J’ai même pu faire une grasse matinée. L’enfant modèle attendait sagement que je vienne l’autoriser à se lever.

Pendant toute la journée qui suivit, l’enfant modèle m’a demandé la permission pour chacun de ses faits et gestes. C’était assez usant, je dois bien l’avouer. « Mais ou i, je t’ai déjà dit que tu avais le droit d’aller aux toilettes ! Tu ne vas pas me demander à chaque fois ? Si ? »

J’ai voulu tester des blagues pour détendre l’atmosphère mais l’enfant modèle ne les a pas comprises.

Finalement, après les premières heures sympas liées à la nouveauté, l’enfant modèle s'avère assez pénible et dénué d’intérêt par rapport à l’enfant classique. J’ai donc choisi de l’échanger pour une version de base avec crises de nerfs et obéissance intermittente. J’ai dit adieu aux grasses matinées mais c’est un mal pour un bien. Au moins, on se fend bien la poire.

« Non, Théo !! On ne tartine pas le beurre sur le dos du chat ! Ce n’est pas bien !!! »

Rhaaa, j’ai comme un doute là ...

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh