Je t'aime ... moi non plus !

Par -

 

"Je t’aime, moi non plus", une citation qui s’applique vraiment bien aux relations entre frères et sœurs. J’avais déjà conscience de la chose (étant moi-même issu d’une grande fratrie) mais j’ai découvert une toute nouvelle facette depuis que je suis père de deux monstres.

Mes deux monstres de filles n’ont que 2 ans d’écart. Parait que c’est génial quand il y a peu d’écart parce que les enfants peuvent jouer ensembles. Mouais, c’est vrai ... enfin, ça le devient surtout quand le plus petit des deux est assez fort pour se défendre. Parce que, souvent, le jeu préféré du plus grand c’est d’embêter le plus petit par tous les moyens comme, par exemple, lui prendre son doudou pour voir au bout de combien de temps les hurlements arrivent, le mordre et attendre de voir sa réaction, lui fourrer du biscuit dans les narines ... et tout un tas d’autres trucs dans le même genre.

Je suis à chaque fois effaré de voir la capacité qu’elles ont à vouloir s’entretuer et, dans la minute qui suit, à se faire des déclarations d’amour doublées de câlins et bisous.
Avec l’expérience acquise auprès de mes deux spécimens je crois pouvoir partager quelques trucs avec vous.

Ne jamais jouer au jeu de la comparaison. Il n’y a rien de pire pour l’un ou l’autre de se voir comparer à son colocataire. Rappelez vous (si vous n’êtes pas enfant unique) à quel point vous détestiez ça vous aussi.

Essayer de prévoir quand l’un des deux à besoin de faire un break avec l’autre. C’est très utile si vous voulez vous éviter d’avoir les tympans qui saignent suite à leurs combats hystériques.

Arrêtez-vous à un seul enfant. C’est plus prudent. Mais nooooon, je blague ... mouahahah

Bon, plus sérieusement, je ne suis pas certain d’avoir de véritables conseils à donner. Je gère la situation au jour le jour. Parfois elles s’adorent, parfois elles se détestent. Leurs caractères  diamétralement opposés doivent y être pour beaucoup. Je sais simplement que lorsqu’elles sont dans une phase douce, l’amour qui se dégage me semble véritable et sincère. Et quand Météo France classe notre maison en vigilance orange pour risques d’orages fraternels, il suffit d’attendre que le gros de la tempête soit passé en évitant de se trouver à proximité des objets qui volent.

En tout cas, si vous ajoutez à tout ça le côté "jalousie entre les enfants" qui est assez inévitable, je pense que vous serez d'accord avec moi pour dire qu'une fratrie n'est pas toujours très simple à gérer pour les parents.

Parfois je me demande comment cela se passerait si nous n’en avions qu’une ...

C’est comment chez vous ?

Till the Cat

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh