La vérité sort de la bouche des parents !

Par -

Parmi les règles de vie qu’un parent ne cesse de répéter à ses enfants, la plus courante est sans conteste celle qui dit « Il ne faut pas mentir ! Ce n’est pas bien ! ».

Paradoxalement, cette règle universelle est certainement celle que les enfants et les adultes enfreignent le plus. D’ailleurs, quand on explique le concept du mensonge à un enfant, il n’est pas rare qu’il vous interroge à son tour pour savoir si, vous-même, lui avez déjà menti. Et là, subitement, vous oubliez toutes les histoires que vous aviez pu lui raconter concernant la disparition soudaine des dizaines de petits jouets Kinder disséminés partout dans la maison, vous êtes frappé d’amnésie subite à propos de l’existence du Père noël, de la petite souris ou encore des cloches qui ramènent des tonnes de chocolat à Pâques. Bref ... vous lui répondez avec aplomb que vous ne lui avez jamais menti et commettez un nouveau mensonge en direct live !

Vous allez dire que je suis de mauvaise foi, que les mensonges cités en exemple n’en sont pas vraiment et qu’ils contribuent à épargner leur innocence le plus longtemps possible. C’est vrai. Cependant, quand ils découvrent le pot au feu le pot aux roses, ils comprennent alors que le mensonge n’est finalement pas si proscrit que ça et sont parfois peinés.

De toute façon, les mensonges des parents à leurs enfants sont quotidiens. Par exemple, quand on leur dit « Mange tes haricots verts, ça fait grandir ! », c’est un mensonge. Le haricot vert contribuera à un bon équilibre alimentaire et l’aidera peut être à régler ses problèmes de constipation mais ce n’est pas lui qui le fera grandir. En même temps, imaginez vous expliquant à table « Mange tes haricots verts, tu auras moins de mal à faire caca ! » C’est moins glamour hein ? Pareil quand on leur dit « l’école c’est super tu vas bien t’amuser ». Avouez que vous n’avez pas QUE des bons souvenirs de vos années d’écolier(e). Là encore, difficile de leur dire l’entière vérité « A l’école tu apprendras plein de trucs mais il faut que tu saches que tu y passeras aussi de longs moments pénibles et que tu y côtoieras des personnes infectes. En plus, tu en prends pour minimum 15 ans. Bon courage ! ».

En fait, nous sommes là dans le domaine du mensonge partiel ou de la vérité édulcorée ... Mais cette nuance est difficile à expliquer et à intégrer pour un enfant.

De toute façon, de leur côté, les enfants commencent à mentir très tôt. Bien plus tôt qu’on ne l’imagine.

Certains pratiquent même le mensonge avec brio (avec qui ? hmm) dès qu’ils savent parler. Je mets d’ailleurs n’importe quel parent  au défi de dater avec précision le premier mensonge de son enfant. C’est impossible.

A la maison, j’ai la chance d’avoir une fille qui ment maladroitement. En fait, elle ne peut réprimer un petit rictus de bouche lorsqu’elle nous raconte un bobard (un peu comme Pinocchio et son nez qui s'allonge). J’avoue que cela me simplifie bien les choses pour déceler la vérité ... enfin, j’aime à croire que j’y parviens.

Naïf moi ? .... Probablement, oui.

 

Till the Cat

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh