"Les mots qui font mal" : la nouvelle campagne contre les violences verbales infligées aux enfants

Par -

Même si on a plus l'habitude du léger et de la bonne humeur par ici, on ne pouvait pas ne pas partager cette vidéo réalisée à l’initiative de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire et de StopVeo - Enfance sans violences : "Les mots qui font mal".
On y voit 5 adultes en souffrance qui prononcent ces mots si destructeurs de leurs enfances : "Ah, si j’avais su, j’aurais pas fait d’enfant", "Ne mets pas ce tee-shirt, il te fait des gros bras", "Tu n’es qu’un bon à rien", "Tu as toujours été plus lent que ton frère" ou "Qu’est-ce que j’ai fait pour avoir un fils comme toi ?"... Des mots de violence "ordinaire" qui ont de lourdes conséquences, des mots que l'on ne dirait jamais à un adulte !

"Toutes les violences verbales peuvent avoir des répercussions sur les enfants", souligne Gilles Lazimi, médecin coordinateur des campagnes contre les "violences éducatives ordinaires". "Le but n’est pas de culpabiliser, mais de réfléchir sur nos pratiques éducatives", de "ne pas minimiser ces phrases que l’on emploie".

Le but de la campagne n'est pas de culpabiliser les parents mais de "créer une véritable prise de conscience sur le fait que les violences éducatives ordinaires envers l’enfant, pratiquées par de nombreux parents et tolérées par la société, qu’elles soient d’ordre psychologique ou physique, peuvent avoir des conséquences sur son développement et compromettre sa confiance", précisent les associations OVEO et StopVeo dans un communiqué.

Ce spot sera diffusé jusqu’au 20 novembre, Journée internationale des droits de l’enfant.