Petit bonheur de vacances

Par -

Quand j’étais petit, 6 ou 7 ans, les grandes vacances étaient l’occasion de déroger à la règle du dodo à 20h30. Mes parents m’autorisaient, une fois par semaine, à regarder la télévision avec eux. C’était pour moi un premier pas dans le monde des grands. J’adorais ça. Peut être vous demandez-vous quelle émission extraordinaire j’avais le droit de regarder. Et bien je vais vous le dire. Cette émission, c’était « Intervilles ».

Nous regardions les deux équipes s’affronter dans des jeux d’équilibre au dessus des piscines, au centre de l’arène à éviter les fameuses vachettes ou encore dans des épreuves dont les règles expliquées par Guy Lux nous échappent encore.

Souvent, la petite soirée télé de l’été était même agrémentée d’un petit esquimau ou de quelques bonbons. Le vrai bonheur quoi.

Aujourd’hui, je reproduis le schéma avec mes deux filles (4 ans et 6 ans). Mais point d’Intervilles. Notre soirée télé « qui-sent-bon-les-vacances » se passe devant Fort Boyard.

Chaque samedi, le même rituel. On s’installe sur le canapé. La plus petite se blottie contre maman et la plus grande s’installe sur son papa -agrémenté d’un oreiller - qui joue le rôle du confortable fauteuil. Ensuite, nous regardons les candidats hurler de peur face aux bestioles ou suspendus à des élastiques. On fait « beeeuuurk » en voyant les insectes tomber sur la tête du pauvre candidat désigné pour téléphoner au Père Fouras. On crie « SORS ! SORS ! SOOOORS ! » en voyant la clepsydre presque vide. On tente de résoudre les énigmes ... parfois même on y arrive.

Même qu’on mange un ou deux bonbons ...

Ma fille ainée est carrément devenue fan d’Olivier Minne. Alors, pendant qu’on regarde l’émission, on lui parle de temps en temps sur Twitter. Et Olivier Minne ayant pris l’habitude de « live-tweeter » son émission (c'est-à-dire : commenter et discuter avec les gens qui parlent de Fort Boyard sur twitter), il nous répond.  Pour ma fille, c’est carrément magique.

Dernier point très positif, comme l’émission passe sur France 2, elle débute et se termine assez tôt. Les enfants ne sont donc pas trop fatigués et c’est tant mieux. Parce qu’un ptit môme qui n’a pas son compte en heures de sommeil est un petit môme qui en fera voir de toutes les couleurs à ses parents le lendemain ;)

Je sais, ou plutôt j’espère, que dans quelques années mes filles repenseront à leurs premières soirées télé avec nous. J’espère, ou plutôt je sais, qu’elles seront alors tentées de retranscrire ce petit bonheur de vacances avec leurs propres enfants.

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh