Pim-Pom Pim-Pom Pim-Pom

Par -

Dans le top 5 des métiers que rêvent de faire les petits garçons, celui de pompier occupe sans nul doute l’une des premières places. Il faut avouer que la perspective de combattre le feu et de sauver les petits chats bloqués en haut des arbres est tout à fait motivante.

Profitant de cet engouement pour le métier de pompier, la télévision a décidé de créer, il y a quelques années, un dessin animé relatant la vie d’une caserne et de son principal occupant : Sam le pompier 

 

Il est fort Sam.

Il sauve beaucoup de monde.

Ca se termine toujours bien avec Sam.

Un excellent pompier, quoi.

Voilà, voilà ...

Non mais sérieusement.

Je m’adresse à ceux qui ont déjà vu plusieurs épisodes de Sam le pompier.

Y’a pas un truc qui vous choque avec ce dessin animé ?

Non ? Vraiment pas ?

Ok.

Alors, si, pour vous, le fait qu’il ne se passe pas UNE SEULE journée sans que les pompiers ne doivent intervenir dans la petite ville de Pontypandy  -qui, je vous le rappelle ne compte qu’environ 17 habitants- c’est normal ... ok.

Mais, un tel ratio accidents nécessitant l’intervention des pompiers/habitants n’est pas tout à fait réaliste, hein.

Bon. Admettons  que ce ratio soit réaliste. Cela reviendrait, pour les pompiers de Dijon (150 138 habitants) à intervenir 3 223 551 fois par an. Soit 8831 fois par jour.

Pas possible.

D’autant que, dans Sam le pompier, 75% des problèmes ont tous la même origine : un gamin à lunette. Le fils de l’épicière. Tout le monde le sait. TOUT LE MONDE.

Dans la vraie vie, le gamin aurait fait une grosse bêtise, une fois.

Admettons qu’il en fasse une autre parce qu’il est un peu idiot et qu’il n’a pas compris les conséquences de ses actes. Ca fait 2 fois.

A la limite, je suis même prêt à accepter qu’il en fasse une dizaine. Mais là, il en fait plus de 200 par an !!

Et personne n’a pensé à le faire soigner ce pauvre enfant ? Il est malade, voire DAN-GE-REUX !

Bon ... je ne sais pas pourquoi je m’énerve comme ça pour une histoire de dessin animé de pompier, moi.

Surtout que c’est super bien, en fait, Sam le pompier.

Surtout que, moi aussi, quand j’étais petit, je voulais faire pompier quand je serai grand.

A moins que ... le fait d’être coincé à la maison avec mes deux filles fiévreuses, moi-même me sentant devenir fébrile, je ne puisse plus supporter la seule activité qui s’offre à nous :

regarder en boucle les mêmes dessins animés ... dont Sam le pompier.

Et voilà.

ATCHOUUUUM !

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh