To sleep or not to sleep

Par -

Un jour, peut être, je redormirai sereinement ... oui, peut être.
C’est avec cet espoir fou que nous, parents de jeunes enfants, réussissons à tenir bon ; avec nos souvenirs de nuits complètes sans réveils en fanfare, avec ces lointaines sensations de grasse matinée quand bon nous semble ... Ah qu’il était doux ce temps là !

Avec un tout petit bébé nos nuits sont découpées façon Scrapbooking.

Au centre : une photo de lit confortable avec oreillers en plumes et couette moelleuse. Tout autour on parsèmera quelques paillettes de lait en poudre et on collera une ou deux étiquettes des plus grandes marques de couches. Et enfin, par-dessus l’image centrale, on disposera des jolies lettres en relief qui composeront le mot « Fièvre », «Cauchemar » et « Terreurs nocturnes ». Dernier détail : quelques tampons encreurs, du plus bel effet,  représentant les traces des nombreuses tasses de café qu’il vous faudra boire dans la journée pour tenir bon.
Quand ils sont plus grands, ça prend plutôt des airs de films fantastiques.

Le scénario : Quelque part en Arizona, les parents Jefferson et Melinda Somny  sont victimes d’une terrible malédiction. La nuit, à chaque fois qu’ils entrent dans une phase de sommeil profond, un évènement paranormal (ou parent normal) se manifeste dans leur jolie maison en bois du comté de Nuidchyot. Des voix venues de nulle part hurlent des choses incohérentes :

« Mamaaaaaaaaaaan ?! Envidferkakaaaah !!! »

« Bouuuuuuh Zéssoaaaaaafffe ! »

« Yveupludormiiiiiiir !!! »

Combien de temps Jefferson et Melinda  Somny tiendront t-ils ? Un exorciste pourra t’il les sauver ? Mais où est donc Ornicar (leur Fox à poils durs qui a fui la maison dès le début des évènements) ? Suspens !
Il parait qu’à l’adolescence les choses s’inversent. Les enfants dorment comme des ours dans leurs cavernes en plein hiver. Seul problème ... ils se couchent super tard et rentrent à pas d’heure. Du coup, ils vous réveillent en allant se coucher. Finalement, ce n’est qu’une fois devenu vieux que les parents peuvent enfin dormir autant qu’ils le veulent ... seul hic, c’est quand on est vieux qu’on dort le moins car on en a moins besoin.
A la question « Qu’est ce qui est le plus dur quand on devient Papa ? » je réponds toujours « Le manque de sommeil ». C’est d’ailleurs un sujet récurrent dans mes textes. Preuve que, 5 ans après la naissance de ma première miniature, je ne m’y fais toujours pas.

Till the Cat

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh