Tu sais que tu es au Fast-Food avec des enfants quand …

Par -

Oouuuh ! Pas bien ! Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré et trop salé. C’est tellement meilleur quand c’est fait maison.

Voilà, maintenant que tout ceci est dit, soyons honnêtes.

Il nous arrive tous (ou presque), de temps en temps, de céder à la facilité et d’aller manger dans un fast-food avec les enfants.

Ça a le mérite de dépanner quand on la flemme de cuisiner et ça leur fait plaisir.

Bon, par contre, aller au Fast-food avec des enfants n’a rien à voir avec le fait d’y aller en mode couple ou en solo.

La preuve :

Tu sais que tu es au Fast-food avec des enfants quand …

-Tu peux entendre les gens soupirer derrière toi, dans la file, parce que tu es trop lent à passer ta commande à cause du p’tit dernier qui ne sait pas quoi choisir entre compote et yaourt à boire après avoir déjà longuement hésité entre frites et potatoes puis entre burger et nuggets.
 

-Tu te retrouves tout seul à devoir porter les deux ou trois plateaux que te tend l’équipier parce que tes mômes sont déjà dans l’aire-de-jeu-couverte-qui-sent-la-chaussette et que ta femme/ton homme sont chargés de trouver et garder la précieuse table crassouilleuse fraichement libérée.
 

-Tu soupires intérieurement en pensant à ce jouet « super troooooop cool » contenu dans le menu enfant qui deviendra immédiatement inintéressant dès la porte de sortie franchie. Ce jouet « merveilleux » qui, comme ses dizaines de prédécesseurs, finira très vite dans le fond d’un tiroir à bazar.
 

-T’es trop heureux de devoir te coltiner deux fois la queue : la première fois, pour la commande et, la seconde fois, pour récupérer le f@*#§* de dessert glacé choisi par tes enfants alors qu’ils auraient très bien pu prendre une compote … ggrrrr.
 

-Tu manges tout seul pendant plus des deux tiers du temps car tes enfants n’ont qu’une idée en tête : partir dans l’aire-de-jeu-couverte-qui-sent-la-chaussette, le plus vite possible, après avoir englouti à peine un quart du burger et dit « j’ai pu faim, j’peux aller jouer ? »

Et le plus fou c’est que, malgré tout ça, on y retourne… Masochistes, les parents ? Un peu, oui. ;-)