Un homme à la mer !

Par -

Message reçu hier après-midi en provenance du bateau « Enfants terribles » barré par Till the Cat.

 

Chers amis de MOMES.net, je prends quelques minutes pour vous donner des nouvelles. Je suis actuellement en pleine mer, sur mon navire « Enfants terribles ». Comme chaque Mercredi, depuis début septembre, je fais ma traversée sur une mer plus ou moins calme. Les premières difficultés sont arrivées dès le lever du soleil, à l’heure où les bulots sortent de leurs coquilles pour prendre le métro (d’où le fameux « Métro-Bulots -Dodo »). J’ai failli me faire surprendre par deux vagues de mauvaise humeur, arrivées dans mon dos. J’ai heureusement pu garder le cap tout en maintenant le navire à flot.

Le ton était donné. Cette traversée ne serait pas de tout repos et je devais rester sur mes gardes.

Quelques minutes plus tard, un bruit sourd et lancinant mit mes oreilles en alerte. Il semblerait qu’un cyclone soit en approche ... gloups.

« Tu laisses ça ! C’est à moi !!!!! »

« Ouiiiinnnn ! T’es méchante !!! »

« Tu pues ! »

On pouvait clairement entendre le tonnerre gronder et le vent prendre de la force. J’ai même vu passer quelques objets volants non identifiés. Certainement, les débris d’autres embarcations ...

Je savais qu’il me fallait tenir bon et que je connaîtrai un moment de répit plus ou moins court en début d’après midi. En jargon marin, on appelle cela « la Sieste Desmômes ».

Malheureusement, juste après cette accalmie, les premières vagues reviennent aussi vite que la marée montante autour du Mont Saint Michel. D’ailleurs, le pic d’intempéries arrive toujours en fin de journée.

Pour nous les marins, c’est la phase la plus compliquée à gérer. Epuisés par cette journée de navigation, nous devons faire face et tenir coûte que coûte, sans craquer et se laisser submerger par les vagues.

Vous l’aurez compris, naviguer sur « la mer du Mercredi » n’est pas sans risque. J’ai vu de nombreux navires sombrer et leurs capitaines lancer des SOS. Beaucoup décident même de passer la main en confiant la barre du bateau à des professionnels, centres de loisirs ou autres garderies.

A l’heure où je vous écris ces mots, je tiens bon la barre ... mais il m’arrive de penser avec nostalgie à cette époque où je naviguais sur des lacs paisibles ou sur ces longs fleuves tranquiles, sans vague et sans tempête.

Le mercredi c’est le jour des enfants mais c’est aussi le jour le plus compliqué à gérer pour les parents qui, comme moi, n’ont pas vraiment le pied marin.

Till the Cat

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh