100 km/h

Conte - A partir de 10 ans

  • Auteur : Bryan et Claudine

L'histoire du conte "100 km/h"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

100 KM/H une histoire écrite par

Bryan et Claudine

septembre 1997 Le volant lui semblait plus grand que d'habitude... Bon, ça ne devait être qu'une simple impression... Comme si les volants avaient des tailles différentes en fonction du modèle... L'idée, aussi, de louer la voiture de l'auto-école pour passer le test! Un élément de plus pour la stresser... Il y avait déjà cette paire d'yeux à sa droite... L'instructeur? L'inspecteur? Comment devait-elle l'appeller? Certainement pas par son nom... Imaginez qu'il soit susceptible et qu'il prenne mal une trop grande familiarité... Oh, oh... Alors quoi? Bonjour? Salut? Non... Ah!

- Bonjour, dit-il de lui même finalement.
- Bon... Sa... Bonjour!
- Tu peux démarrer...

La clé semblait être coincée, ne plus vouloir tourner... Que faire? "Sourit, au moins, se dit-elle. Ça peut atténuer les choses..."

Finalement, le moteur démarra. Fiou!... Et voilà que monsieur chose se mit à lui dicter le trajet. Dans un souci de professionalisme, elle essayait de tout mémoriser ce qu'il lui disait. Chose peu aisée, quand on considère que son débit était aussi rapide que celui des chutes Niagara...

- Bon... Tourne à droite, après ça passe le chemin de fer, freine, stationne-toi quelque part dans la côte, redémarre...

Donc, elle manqua le premier tournant et effaroucha quelques vaches qui broutaient paisiblement.

- Dites-moi que je n'ai pas pris le fossé!!!
- Tu n'as pas pris le fossé... Le champ, en revanche...
- Alors, j'ai coulé?
- Je vais te donner une seconde chance. C'est peut-être seulement le stress... Tiens! Dépasse donc ce poids lourd, devant...

Dépasser... Sa phobie! Elle n'y arriverait jamais! Le camion semblait plus gros que ceux qu'elle avait vu auparavant... Et mon Dieu! Ce qu'il roulait vite! Allait-elle vraiment être capable de le doubler? Avec un doute, elle s'engagea dans la voie de gauche. L'aiguille du compteur monta, monta, monta...
- Eh! Attention!

Satanée aiguille! Pourquoi l'avait-elle déconcentrée? Car la voilà dans une pente... Et le camion encore à ses côtés! Depuis combien de temps étaient-ils côte-à-côte de la sorte?

- Mais ralentissez! Ralentissez! Elle résistait à la fébrile envie de lui dire de se taire... Mais il avait raison, bien sûr. Elle appuya doucement sur le frein. Pas de réponse. Oh, oh; problème!
- Je n'ai plus de freins? - Quoi?!?

L'inspecteur? L'instructeur? Enfin, il paniqua drôlement.

Les arbres défilaient à toute vitesse de chaque côté. Elle avait définitivement dépassé le camion. Elle fonçait maintenant droit vers le terre-plein au milieu de la route. Pourquoi fallait-il qu'il y en ait un à cet endroit? Enfin, disons qu'elle pourrait enfin arrêter la voiture... Elle tenta une ultime manoeuvre pour le contourner. Trop tard. Le nez de l'automobile s'était écrabouillé sur le ciment. L'auto finalement s'arrêta dans un nuage de poussière. Seul bruit, après celui du pare-choc qui venait de s'écraser sur l'asphalte, celui de la respiration de l'homme à côté d'elle qui n'en menait pas large.

Elle se tourna vers lui:
- J'ai coulé? C'est ça?

©1996 -  
 

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh