Biribi a des soucis

Conte - A partir de 5 ans

  • Auteur : Marie-Hélène LAFOND

L'histoire du conte "Biribi a des soucis"

BIRIBI A DES SOUCIS

Dans la forêt d'Amance, vit un petit lutin du nom de Biribi. Tout de vert vêtu, et coiffé d'un grand bonnet pointu, vert évidement, avec un petit grelot tintinnabulant à son extrémité, Biribi arpente la forêt du soir au matin. Grâce à ses pouvoirs magiques attribués par le sorcier du peuple des lutins, chaque jour, il entretient la forêt et rend service aux animaux.

Mais aujourd'hui il reste assis sur une souche devant sa maison. Les coudes sur ses genoux, la tête dans les mains, il se lamente. Et ses sombres pensées forment, au-dessus de sa tête, un petit nuage tout gris, puis noir, qui grossit à vue d'oeil et finalement il se met à pleuvoir! Biribi ne bouge toujours pas, ignorant le déluge qui s'abat sur lui.

Vient à passer son amie la fée Zaranda, qui se pose sur l'épaule de Biribi:

- Tu as l'air d'avoir bien des soucis Biribi. Que se passe-t-il ?

- Ah ! si tu savais. Tout va de travers ces derniers jours. Tout ce que je fais tourne mal. Alors tous les animaux de la forêt me fuient, m'évitent. Je n'y comprends rien, c'est un vrai cauchemar ! se lamente Biribi.

- Allons! Calme-toi et dis-moi tout.

Dans un profond soupir Biribi raconte:

- Eh bien voilà ! Cela a commencé la fois où j'ai voulu aider le Vieux Sanglier du Bois d'en Bas. Il m'avait appelé comme c'est la règle lorsque quelqu'un de la forêt a un ennui: " BIRIBI ! BIRIBI ! Viens m'aider ! "

J'ai secoué mon grelot pour lui signaler que j'avais entendu et j'ai accouru aussi vite que possible.

"- Que se passe-t-il Vieux Sanglier ? ai-je demandé.

- Je me suis cassé une défense en heurtant un arbre. Répare-moi la, s'il te plaît. "

- Et tu sais ce qu'il s'est passé ?

- Non ?

- J'ai récité la formule magique et ...

- Oui ?

- A la place de sa dent cassée, il y avait ... des bois de cerf !

- Oh lala !

- Si,! c'est la vérité vraie. Mais attends, ce n'est pas tout !

- Ah bon ?

- La famille lapin venait de marier un de ses fils à une jolie lapine blanche. La maman, qui avait beaucoup à faire avec sa dernière portée de lapereaux, m'a appelé:

" BIRIBI ! BIRIBI ! Viens nous aider ! "

J'ai secoué mon grelot pour lui signaler que j'avais entendu et j'ai accouru aussi vite que possible.

"- Que se passe-t-il maman lapine ? ai-je demandé.

- Aide mon fils et sa jeune femme à s'installer, s'il te plaît "

- Et tu sais ce qu'il s'est passé ?

- Non ?

- J'ai récité la formule magique et ...

- Oui ?

- Au lieu de les aider à creuser un terrier de lapins, je leur ai construit une maison de castors !

- Oh lala !

- Si! c'est la vérité vraie. Mais attends, ce n'est pas tout !

- Ah bon ?

- A quelque temps de là, les petits animaux de la Grand Combe m'ont appelé:

" BIRIBI ! BIRIBI ! Viens nous aider ! "

J'ai secoué mon grelot pour leur signaler que j'avais entendu et j'ai accouru aussi vite que possible.

"- Que se passe-t-il ici ? ai-je demandé.

- Regarde toutes les plantes sont mortes. Peux-tu en faire pousser d'autres, s'il te plaît ? "

- Et tu sais ce qu'il s'est passé ?

- Non ?

- J'ai récité la formule magique et ...

- Oui ?

- A la place des fougères, j'ai fait pousser un gigantesque arbre rose qui sentait mauvais, vraiment très mauvais.

- Oh lala !

- Si! c'est la vérité vraie. Tu vois, tout va de travers!

- En effet tout ça n'est pas normal ! Il faut trouver ce qu'il s'est passé.

Zaranda se met à voleter autour de Biribi tout en réfléchissant et dit soudain:

- Raconte-moi ce qu'il t'est arrivé avant tous ces événements.

Biribi essaie de se rappeler les dernières semaines:

- La famille écureuil... non c'était bien avant... les chasseurs... non c'était l'année dernière... Je ne vois pas... ou peut-être...

- Oui, à quoi penses-tu ? demande fébrilement Zaranda.

- Eh bien, tu te rappelles il y a dix jours, il a fait très froid, il a même gelé.

- Oui c'est vrai.

- Alors voilà. Toute la journée j'avais parcouru la forêt pour porter secours aux uns et aux autres, et les aider à se mettre à l'abri du froid. Une journée vraiment épuisante. Aussi quand il a été l'heure de rentrer, je ne me suis pas attardé. Mais en arrivant devant chez moi, une violente bourrasque a emporté mon bonnet, et comme j'avais trop froid je ne suis pas allé le récupérer tout de suite. Je ne l'ai retrouvé que le lendemain.

- Je crois que je commence à comprendre, dit Zaranda songeuse.

Zaranda vole jusqu'au grelot du bonnet de Biribi.

- C'est bien ce que je pensais ! s'exclame-t-elle.

- Quoi ? Qu'est ce qu'il a mon grelot ?

- Regarde, il est FENDU ! C'est le froid qui a fait ça.

- Mais qu'est-ce que je vais devenir ? Sans mon grelot, je ne peux plus rien faire ! pleurniche Biribi.

- Ne t'affole pas. Il faut le faire réparer. Va trouver le lutin Forgeron qui habite sur la colline, puis passe ensuite chez le Sorcier et tout rentrera dans l'ordre. Ce sera la fin de tes soucis.

Et sur un joyeux "au revoir", Zaranda s'envole.

Biribi reste là, l'air ahuri, à contempler son grelot fendu. Soudain, il se lève d'un bond et court chez le lutin Forgeron.

Le Forgeron est beaucoup plus grand que tous les autres lutins, et surtout beaucoup plus fort. Timidement, Biribi entre dans la forge. L'atelier est noir de suie ; seules les flammes du brasier éclairent la pièce. Le Forgeron est là devant lui, torse nu. Il tape sur son enclume, façonnant un fer avec un énorme marteau. Le bruit qu'il fait à chaque fois qu'il frappe, rend impossible toute conversation. Biribi est obligé de tirer plusieurs fois sur le pantalon du Forgeron pour attirer son attention.

- Que veux-tu, Biribi ? demande le Forgeron en reconnaissant le petit lutin.

- Regarde, Forgeron, mon grelot est fendu. Sans lui je ne peux plus rien faire.

- Fais voir... ah! oui, je vois ! Ne t'en fais pas, je vais te le réparer.

Le Forgeron enlève le grelot du bonnet de Biribi et retourne à sa forge. Deux minutes plus tard il revient, le sourire aux lèvres:

- Voilà, Biribi, il est comme neuf.

- Oh ! Merci Forgeron, merci beaucoup. Excuse-moi mais il faut que j'aille voir le Sorcier maintenant.

- Au revoir, Biribi, reviens me voir quand tu veux.

- C'est promis...

Et Biribi court, sans tarder, jusqu'à la hutte du Sorcier des lutins. Il hésite avant d'entrer. Il a peur de ce que va dire le Sorcier au sujet de sa négligence. Mais il faut réparer le grelot, ses amis de la Forêt d'Amance ont besoin de lui. Alors, timidement, il soulève le rideau qui fait office de porte, et entre. Les yeux écarquillés, il examine la pièce: partout des étagères supportant des fioles ou de vieux grimoires. Au centre, se trouve une longue table recouverte de flacons, de bols et d'objets inconnus à Biribi. Mais pas traces du Sorcier.

Biribi s'avance un peu plus et appelle d'une toute petite voix:

- Sorcier !

Pas de réponses.

- Sorcier ! C'est moi Biribi.

Et alors, sorti d'on ne sait où, le Sorcier des lutins se trouve devant lui.

- Que veux-tu ? Qui es-tu ?

Biribi sursaute:

- Bonjour, Sorcier. Je suis Biribi, le lutin de la Forêt d'Amance.

- Et alors ?

- Voilà, il y quelques jours, j'ai oublié mon bonnet dehors...

- Oh Oh !

- Oui, et il a gelé toute la nuit et... mon grelot s'est fendu. Je l'ai fait réparer par le Forgeron mais il faut que vous lui redonniez ses pouvoirs.

- Ah oui ! Et tu crois que tu le mérites ?

- S'il vous plaît, Sorcier, mes amis de la Forêt ont besoin de moi.

- Bon pour cette fois, je vais te rendre tes pouvoirs. Tu as une bonne réputation et personne n'a eu jusqu'à présent à se plaindre de toi. Mais à l'avenir fais bien attention.

- Oui, Sorcier.

- Il ne suffit pas de demander: les pouvoirs magiques se méritent.

- Je vous le promets, Sorcier, à l'avenir je ferais très attention.

Alors le Sorcier se dirige vers une étagère et y prend une bourse. Il remet le bonnet sur la tête de Biribi et, tout en prononçant une incantation connue de lui seul, saupoudre le grelot d'une poussière dorée.

- Vas maintenant Biribi. Tu as retrouvé tes pouvoirs magiques et tu peux retourner à ton travail.

- Oh merci, Sorcier !

Et Biribi file vers la Forêt d'Amance pour rejoindre ses amis et leur apprendre la bonne nouvelle.

Une histoire de Marie-Hélène LAFOND

page d'accueil - http://www.momes.net/

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh