Chakil

Conte - A partir de 7 ans

  • Auteur : Marie

L'histoire du conte "Chakil"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

Chakil une histoire écrite par

Marie, 13 ans

janvier 2000

Mon nom est Sarah. Je suis une adolescente de 14 ans. Je dois être un peu rebelle, car je suis passée 4 fois par le conseil de discipline de la station, j'ai reçu 12 avertissements et je suis passée 14 fois dans le bureau de m. Borneza, qui est le directeur de la base. Bien sûr, je ne parle pas des nombreux plats de cuisines que j'ai du préparer, et des carreaux que j'ai dû laver.
Je vis avec mes parents dans la station sous-marine BSMI n°24. Base Sous Marine Internationale n°24. Nous ne sommes pas sur terre. La terre a été détruite il y a 34 ans. Je n'ai jamais vraiment su pourquoi. Ce que je sais, c'est que sur les 17 milliards de terriens, seulement 2 milliards sont parvenus jusqu'ici, sur la nouvelle terre, enfin, façon de parler. Ici il n'y a pas de terre. Que de l'eau. Partout, sans un arbre, sans un oiseau. Nous vivons tous dans d'immenses stations sous-marines, toutes construites de la même manière. D'un côté, il y a la "ville", avec les habitations, les magasins, les hôpitaux... Et de l'autre les industries, les usines et les centres de recherches. Tout ça sous l'eau. Ce n'est pas facile comme vie, mais c'est comme ça. Tous les jours je vis la même chose. Je me lève, je vais au collège le matin et l'après midi, je suis une formation dans la médecine au centre de recherche.
Et puis un jour, il est arrivé, lui, le nouveau. Avec ses airs étranges et différents.
- Sarah je te présente Hugh. J'espère que celui là tu ne lui fera pas subir tes petites tortures habituelles, on est bien d'accord?
John tenait Hugh par les épaules et il me foudroyait du regard. John, c'était mon formateur. C'était un peu mon professeur personnel. Il était bien le seul adulte en qui j'avais confiance et que je respectais. C'est d'ailleurs pour cela que je m'étais permis de le tutoyer. Ce qu'il voulait dire par "petites tortures habituelles", c'était que j'avais tellement écoeuré le dernier nouveau, qu'il avait demandé à changer de station! Sur le coup j'avais bien ri, mais ça m'avait valu mon douzième passage chez M. Borneza. "Vous représentez une image défavorable de notre station! - Mais monsieur... - Il n'y a pas de mais monsieur! Mademoiselle Androos, vous êtes une calamité!" Cette fois-ci, il valait mieux que je me tienne à carreau. Le prochain conseil risquait de m'être fatal. Je risquais bien de finir dans une station pour enfants à problèmes. Quelle horreur!
J'ai donc observé Hugh. Il avait des cheveux blonds, presque blancs et des yeux bleus très clairs. Son regard était tellement étrange, et impressionnant!
- Salut, me suis-je contentée de dire.
- Bonjour.
- Tu t'appelles Hugh, c'est ça?
- Oui.
- Et tu as quel âge?
Il a eu l'air de réfléchir, comme si il ne se rappelait même plus de son âge.
- 14 ans, a-t-il enfin répondu.
- Bien. Alors autant te dire tout de suite, je ne suis pas le genre de fille à me laisser marcher sur les pieds et j'aime me faire respecter, tu suis? J'ai mon territoire à moi ok?
Il a froncé ses sourcils clairs et fins.
- Eh! Tu réponds quand je te parle?
- Oui.
- Tu a compris ce que je t'ai dit?
- Pourquoi devrais-je te respecter?
Je suis restée bête. J'ai ouvert la bouche mais rien n'est sortie. J'ai quand même fini par lui répondre.
- Jusqu'ici, tout s'est bien passé. Ceux qui n'ont pas suivi mes lois ont dû quitter la station. Fais attention à toi, je suis sans pitié.
Il n'a pas du tout eu l'air impressionné. Ca m'a agacé au plus haut point.
J'ai repris :
- Tout d'abord je n'ai pas envie de t'appeler Hugh.
- Pourquoi? Demanda-t-il.
- Parce que je l'ai décidé ainsi. Bien, tu as une tête à t'appeler Chakil.
- Chakil?
- Oui, Chakil, je t'appellerais comme ça, c'est décidé. Et soit heureux que je t'appelle!
Puis je lui ai tourné le dos afin de retourner à mes petites affaires.
- Eh Sarah! Viens voir par là!
John m'appelait. Je le rejoignais sans broncher.
- Oui?
- Qu'est ce que tu lui as fait?
Il avait l'air furieux, bien que ne lui ai encore rien raconté de ma petite entrevue avec Chakil.
- Rien de bien méchant.
- Tu en es sûre?
- Je te jure!
- Et qu'est ce que tu lui as dit?
- Que je ne voulais pas l'appeler Hugh et que j'aimais me faire respecter, c'est tout. Dis-je en jouant les petites filles innocentes.
- Sarah! 4 conseils de disciplines ne t'ont donc pas suffit?! Essaie de te montrer un peu plus sympathique avec les gens!
- Mais je lui ai dit "salut"...
Trop tard! Il ne m'écoutait plus. Il était parti dans ses discours à n'en plus finir sur le respect, la protection, la générosité... Je sentais au loin le regard azur de Chakil posé sur moi. Je ne voulais pas l'admettre, mais c'était bien la première personne qui m'impressionnait. Même M. Borneza, avec ses hurlements à faire vibrer nos paisibles océans, ne me faisait rien. Mais Chakil... Oh! Oublions le celui là!

* * *

Il était midi quand j'ai rejoint Alice à la cafétéria, le lendemain après les cours. Alice est ma seule et meilleure amie (une amie c'est largement suffisant). C'est une fille pétillante et pleine de vie.
- Salut Alice! Comment se sont passés tes cours?
- Bien et toi?
- Toujours aussi ennuyeux, répondis je en avalant un morceau de poisson. J'ai fait la connaissance d'un type bizarre hier.
- Ah oui? Qui ça?
- Hugh, c'est un nouveau. Mais je l'appelle Chakil.
- Et qu'est ce qu'il a de si spécial?
- Oh, je ne sais pas trop. Je ne le connais pas bien mais il a un regard vraiment dingue!
- C'est une de tes nouvelles conquêtes? Demanda Alice en riant.
- Ha! Le jour où un mec osera au moins s'approcher de moi!
Nous avons continué à bavarder des beaux garçons de la station, de tous ceux et celles que j'avais écrasés, des professeurs, de M. Borneza (je le connaissais particulièrement bien!)... Comme d'habitude. Et puis soudain, je me suis arrêté net de parler, en plein milieu d'une phrase. Une voix au fond de moi m'ordonnait de regarder derrière moi. Alors je me suis retournée intriguée et j'ai vu Chakil. Il m'observait. Impossible de détacher mes yeux des siens. Mais pourquoi? Que se passait-il? Et pourquoi Chakil me regardait ainsi?
- Sarah? Ca va?
Alice m'appelait, mais je m'en fichais. Mais pourquoi?
- Sarah!
Tout s'est arrêté, d'un coup. J'ai retrouvé mes esprits. Comme si j'avais été aveugle depuis ma naissance et que j'avais soudain retrouvé la vue d'un seul coup.
- Ca va? Me demanda Alice.
- Oui... Oui ça va, je... Où est-ce que j'en étais?
- Tu me parlais de ton prof de Sciences.
- Ah oui, c'est vrai.
Et je me suis remise à parler. Un vrai moulin! Pourtant je n'y mettais plus autant de gaieté. Je parlais mais j'étais loin, très loin, incapable de penser à autre chose qu'à ce qu'il venait de se passer.
- Il est une heure, dit-elle, il va falloir que j'y aille. Je dois rejoindre le centre de recherches plus tôt aujourd'hui. On n'a qu'à se retrouver à cinq heures devant la salle des fêtes.
- Ok, à plus.
Elle est partie en me faisant un signe de la main, me laissant seule avec les autres élèves. Alors je me suis levée, furieuse, pour aller voir Chakil.
- Qu'est ce que tu m'as fait? Criais-je.
Il a paru étonné de ma réaction.
- C'est pas parce que je suis une fille et toi un mec, que ça te donnes le droit de te foutre de moi!!
Il est resté là, sans rien dire, à manger ses algues de Thèse (inutile de chercher dans votre dictionnaire, les algues de Thèse n'existent que sur la nouvelle Terre). Excédée, je lui ai envoyé un coup de pied dans le tibia et j'ai hurlé :
- Tu me réponds espèce d...
- Ne crie pas, me coupa-t-il.
J'allais riposter, lui dire qu'il n'avait pas à m'ordonner quoi que ce soit. Mais j'ai senti un frisson parcourir mon dos, et je me sentis heureuse, soulagée. Quelle sensation étrange! Et son regard... Chakil me fixait et moi j'étais comme hypnotisée, prête à réaliser le moindre de ses souhaits.
- Que... Commençais-je.
- Chuuut...
Je me suis tue.
- Retourne à ta place maintenant.
Je lui ai obéi. Je lui ai obéi?! Moi?! Sarah Androos?! Deux choses étranges en un seul repas, c'était trop. Chakil avait quelque chose de pas tout à fait normal...

***

- John! Faut que je te parle!
- Oui Sarah?
Je venais d'arriver au centre de recherche. John était assis devant son ordinateur, en train d'étudier les cellules (ou plutôt MES cellules!).
- C'est qui Hugh?
- Hugh Jonhson? Le nouveau?
- Oui, où tu l'as dégotté ce type?
- De la BSMI n°17, pourquoi?
- Ecoute, il est franchement étrange!
- Qu'est ce qu'il a fait de si spécial? Me demanda-t-il.
- Il m'impressionne.
- Et bien voilà! Enfin quelqu'un de censé!
- Non John, tu piges pas! Ce garçon me contrôle totalement! Je lui obéis au doigt et à l'oeil contre ma volonté! C'est vraiment horrible!
- Tu as enfin dû trouver l'âme soeur, se moqua John. Allez, je te laisse ma place, fini moi l'activité d'hier.
J'étais prête à broncher, mais une idée me traversa l'esprit :
- ok!
Je prenais la place de John en faisant mon plus beau faux sourire. Il n'y avait, à présent, plus personne autour de moi. Parfait! Bon, qu'est ce que j'en avais à faire de l'activité. Je redémarrais donc Lucy (c'est le nom de l'ordinateur).
"Veuillez procéder à identification". Annonça la voix railleuse de Lucy.
Je mis mon pouce à l'endroit indiqué sur l'écran.
"A quel fichier désirez-vous accéder?"
- Fichier central
"Veuillez entrer code d'accès"
Le code d'accès, je l'avais eu lors de ma dernière excursion chez M. Borneza. Il en avait eu besoin et je l'avais vu! Pas bête hein?
- 5.4.4.3.9
"Accès autorisé"
- Oui!!
Parfait! Je n'avais plus qu'à fouiller un peu pour trouver la fiche de Chakil.
- Fiches des habitants.
L'ordinateur m'afficha, une fraction de seconde après, la liste de tous les habitants de la BSMI n°24.
"Veuillez entrer noms et prénoms."
- Jonhson Hugh.
"Aucun de fichier pour Jonhson Hugh. Veuillez entrer noms et prénoms"
- Jonhson Hugh! Insistais-je
"Aucun de fichier pour Jonhson Hugh. Veuillez entrer noms et prénoms"
J'ai cogné Lucy. Et on ose appeler ça la pointe de la technologie? C'était pas du tout normal que Chakil ne soit pas affiché!
- Qu'est ce que tu fait?
Je me suis retournée violemment... C'était Chakil!
- Depuis combien de temps tu m'espionnes? Demandais-je gênée.
- Je ne t'espionnes pas.
- T'en es sûr?
- Absolument certain.
- Bon, d'accord. Viens, on va demander à John ce qu'on doit faire maintenant.
On est donc allé voir John, et il nous a donné ses ordres. Il fallait que je fasses une prise de sang à Chakil et qu'ensemble, on étudie les globules blancs, les globules rouges, les cellules et l'A.D.N. Rien de plus facile!
- Bon, Chakil, j'espère que tu supportes les piqûres.
- Oui.
- Bon, c'est très bien, ça.
Je lui ai planté l'aiguille dans la peau. Il n'a eu aucune réaction, même pas le moindre petit sursaut.
- Ca va? Ai-je demandé.
- Très bien.
Il était vraiment en manque de conversation celui-là! Une fois que j'eus la quantité de sang suffisante, je l'ai versé dans un bocal spécial, qui permettait aux globules de vivre et qui était directement relié à Lucy.
"Veuillez procéder à identification"
Je mettais mon pouce et accédais à un nouveau fichier.
- Bien, Chakil, voyons voir de quoi tu es fait. On va commencer par l'A.D.N., Ok?
J'ai entré tous les codes qu'il fallait et ce que j'ai vu m'a coupé le souffle. L'A.D.N. de Chakil était... différent! Pas humain!
- Tu peux m'expliquer ce que c'est? Fis-je complètement abasourdie.
- Mon A.D.N., répondit tout simplement Chakil.
- Mais c'est... C'est...
Sans y faire vraiment attention, je me suis éloignée de Chakil. J'avais peur ! Vraiment peur!
- Qu'est ce qu'il y a? Demanda-t-il intrigué.
- Cet A.D.N. n'est pas humain!! Ca te va comme ça?
Il n'a rien répondu. Il s'est contenté de froncer les sourcils en me regardant. C'était très gênant. Mais pourquoi il m'impressionnait? il commençait sérieusement à me faire peur. Non, impossible, je n'avais jamais connu la peur. Chakil ne me faisait pas peur... Du moins, c'est ce que j'essayais de me dire.
- Bon, on... On va passer à autre chose, ok?
- D'accord, répondit-il.
- Les globules ça te va?
- Oui.
Je suis alors passée aux globules, juste pour essayer de me persuader que Chakil, ou Hugh, ou je ne sais qui, était bien normal. En tout cas, il y avait bien les globules rouges, au moins une chose d'humaine, qui me laissait pousser un soupir de soulagement. Mais je me ravissait aussitôt. Où étaient passés les globules blancs?
- Oh non... Murmurais-je. Mon vieux, je crois que t'es un cas.
Et puis j'ai crié :
- John! Viens voir ça!!
Et puis une voix au fond de moi, la même que celle de la cantine, m'a ordonné de me taire. Pourquoi? Pourquoi j'avais peur? Et Chakil qui ne cessait de me regarder, de son regard devenu presque imposant. Il avait quelque chose de pas du tout humain. Et ce n'était pas que l'A.D.N. et les globules blancs.
John a fini par me répondre :
- Oui? Qu'est ce qu'il se passe?
- Rien! Tout va bien! Le rassura Chakil.
Et il coupa l'ordinateur.
- C'est fini pour aujourd'hui.
Il s'est levé et il est parti. Il était de plus en plus étrange et effrayant. Je commençais à avoir le tournis et je ne sentais plus mes jambes... Ni... Rien dans... Mon corps...
- Ca va Sarah? Demanda John
- Hein? Je... Non...
- Tu veux que je te raccompagne chez toi?
- Heu... Non, ça va aller. Je crois que j'ai besoin d'être seule un moment.
- Comme tu veux. A demain!
Et je suis partie. Je ne sais pas pourquoi, j'ai voulu monter sur la plate-forme, à la surface. Pour respirer autre chose que cette horreur d'air conditionné sans doute. Non, il y avait autre chose. Alors j'ai pris l'ascenseur et j'ai ordonné :
- Plate-forme.
L'ascenseur est monté sans un bruit. Une fois en haut, je suis sortie et j'ai pris une bouffée d'air frais. Quelle sensation de bien être! J'enlevai mes chaussures afin de tremper mes pieds dans l'eau. Elle ressemblait aux mers tropicales que nous voyions sur les photos de la terre. Mais je pense qu'elle était beaucoup plus fraîche, malgré la chaleur torride de l'air. Nous avions 2 soleils, l'un un peu plus éloigné que l'autre. Dans notre système solaire, il y avait 12 planètes, dont 2 habitables. La nouvelle terre et Blocus. Mais celle ci était déjà habitée par des êtres hostiles et primitifs, et il y avait beaucoup trop de catastrophes naturelles.
J'ai sorti de ma poche, une vieille carte postale représentant une chaîne de montagnes terrienne. Elle était belle, merveilleuse. Si j'avais habité sur Terre, j'aurais eu une grande villa, comme sur les photos, tout en haut d'une montagne.
Je regrette tellement la Terre, même si je n'y ai jamais vécu. Après tout, nous avons des pieds, nous ne sommes pas fait pour l'eau. Les hommes devaient être heureux. Je m'allongeais sur la plate-forme brûlante et je fermais les yeux.

***

- Sarah? Sarah!
Hein? Quoi? Où j'étais?
- Sarah! On te cherche partout!
J'étais toujours sur la plate-forme, complètement endormie, j'avais sûrement dû m'assoupir. Et Chakil était penché au dessus de moi.
- Il est quelle heure? Demandais-je en baillant.
- 7 heures.
- Oh non!! Alice!
Ca y est, j'avais loupé mon rendez vous! Alice devait m'en vouloir! Tant pis...
- Comment tu savais que j'étais là? Fis je intriguée.
Chakil haussa les épaules.
- Intuition masculine sans doute. Il vaut mieux que tu viennes, tes parents sont inquiets et John s'en veut de t'avoir laissée seule.
Il me tendit la main afin de m'aider à me lever.
- Va leur dire que je suis là, je préfère rester ici encore un peu.
Je me rallongeais et remis les pieds dans l'eau. Le ciel était déjà noir, comme en pleine nuit. J'observais les lumières des bateaux au loin. Chakil était prêt à partir, mais je le rappelais :
- Chakil! Attends!
- Qu'est ce qu'il y a?
- Comment tu fais tout ça?
- Tout quoi? Répondit il.
- Comment tu arrives à me contrôler totalement? Et pourquoi tu n'as pas de globules blancs? Et un A.D.N. différent?
- C'est comme ça, m'expliqua Chakil après un silence.
- C'est tout comme explication?
- Tu ne pourrais pas comprendre.
Je n'ai pas insisté. A quoi cela aurait servi? Il m'aurait fait son coup d'hypnose que je ne supporte pas. Alors il est parti. Et c'est là que j'ai remarqué. La chose la plus incroyable de toute ma vie, du moins pour l'instant! Chakil était pieds nus... Et il... Il n'avait pas d'orteils!
Cette fois ci j'ai cru que mon coeur allait s'arrêter de battre. Chakil s'est retourné et m'a fait un sourire narquois.

***

- Une demi-heure!! Je t'ai attendu une demi-heure!!
J'étais finalement rentrée chez moi, et je me trouvais devant mon ordinateur de communication (téléphone avec caméra si vous préférez) et de l'autre côté de l'écran, il y avait une Alice rouge de colère.
- Alice, je suis désolée, j'étais sur la plate-forme et je me suis endormie.
- Tu te rends compte tous les trucs que j'aurais pu faire pendant cette demi-heure?!
- Je ne ferais plus ça, promis, m'excusais-je.
- Bon, ok. S'apaisa-t-elle
- Et... Tu vas pas me croire mais... C'est Chakil.
- Qu'est ce qu'il s'est passé encore?
- Il... Il n'a pas d'orteils.
- Quoi? N'importe quoi! Bon, à demain.
- A de...
Elle avait déjà raccroché. Depuis l'arrivée de Chakil j'étais beaucoup plus vulnérable. Ca ne me plaisait pas du tout! Et maintenant j'en étais sûre, Chakil n'était pas humain.
Ce soir là, je me suis couchée tôt, espérant avoir une bonne nuit de sommeil.
Mais à une heure environ, j'étais toujours bien éveillée. Inutile d'insister, après ma longue sieste aux soleils, j'étais incapable de fermer l'oeil. Alors je me suis habillée, j'ai pris ma pass-carte et je suis sortie me balader un peu dans la "ville". Ce n'était qu'une succession de couloirs et de portes bleuâtres. Et si j'allais dans la serre? Je pense que ça me ferait le plus grand bien. C'était le seul endroit de la station qui était encore à peu près terrienne.
Je suis arrivée devant la grande porte de fer. J'ai introduit ma pass-carte dans la fente et dans un déclic, la porte a disparu, me laissant ainsi entrer. Je me suis alors noyée dans les arbres chinois, les lianes tropicales...
- Je t'attendais.
Chakil!? Il était là.
- tu m'attendais?
- Je sais que tu as vu mes pieds tout à l'heure.
- Non... Qu'est ce que tu vas croire?
- Tu sais qu'ils n'ont pas d'orteils, que j'ai un sacré don pour l'hypnose, que j'ai un A.D.N. différent que...
- Oui, c'est bon, je sais. Je suis pas bigleuse.
- Tu sais que je ne suis pas humain.
Il y a eu un silence. Je ne savais pas quoi répondre. Ce que Chakil venait de dire m'avait laissé bouche bée.
- Qui es tu? Murmurais-je.
Assez de tous ses mystères! Assez de cette peur constante!
- Je suis ce que tu pourrais appeler un mutant.
Ca m'a fait un choc! Je peux vous assurer que cette fois ci, mon coeur s'est réellement arrêté de battre quelque secondes!
- Qu... Pardon?
Il a soulevé son T-shirt et m'a montré le côté de son dos...
- Aaaaaah!!
J'ai eu un horrible mouvement de recul... Des branchies... Des BRANCHIES!!
- N'aies pas peur, me rassura-t-il, je ne te ferais aucun mal.
- Tu es un... Un...
- Un poisson, ou une sorte de poisson. La plus évoluée qu'il soit. Nous vivons ici depuis la nuit des temps. Nous fabriquions déjà des bases sous-marines cent fois plus grandes que celle-ci, alors que sur terre, vous veniez de découvrir le feu.
- C'est impossible...
- Et pourtant! Nous sommes une sorte de médium. Nous savons lire l'avenir. Depuis des millions d'années, nous savions que vous alliez venir. Et aussi, bien que nous soyons des poissons, on ne résiste pas très longtemps sous l'eau.
- C'est... Vrai?
Il hocha la tête.
- C'est incroyable... Vous êtes nombreux?
Chakil a baissé la tête et a froncé les sourcils. Son regard était grave et triste à la fois...
- Je suis le dernier de mon espèce.
- Oh... Je suis désolée.
Il y a eu un second silence entre nous. J'ai finalement essayé de changer de conversation :
- Pourquoi tu m'as dit tout ça, à moi?
- Parce que je dois t'aider.
- M'aider?
Chakil a commencé à tourner autour de moi :
- Il va se passer quelque chose d'important et tu vas avoir besoin de moi.
- C'est vrai que tu es médium. Ca présente pas mal d'avantages.
- Tu as tort malheureusement, me contredit-il, je sais où, quand et comment je vais mourir.
- C'est bien ça. Le jour dit tu feras attention.
- Non... On n'a pas le droit d'échapper à son destin.
- Pourquoi? Demandais-je intriguée.
- Il faut que je laisse faire les choses. Crois le ou pas, mais vois tu, chaque étoile dans le ciel, représente l'un de nous. Ils ont une vie éternelle. Et si je veux, moi aussi, devenir l'une de ces étoiles, je dois accomplir ce qui m'a été destiné. Les dieux l'ont décidé ainsi. Nous sommes capables de nous sacrifier pour la vie d'un inconnu. Et puis tout le monde doit bien mourir un jour non?
Il avait l'air à la fois triste et rêveur.
- C'est plutôt triste mais... Commençais-je.
- Chuuuut! Murmura-t-il. Maintenant tu dois rentrer chez toi.
- D'accord.
Je lui ai obéis, bien sûr.

***

C'était un après-midi chaud, comme d'habitude, quelques semaines après l'épisode dans la serre. Je ne quittais plus Chakil d'une semelle à présent et ça rendait Alice folle de jalousie. J'avais même reçu un de ses mot :
"Chakil + Sarah = je vous hais".
Revenons en donc à mon histoire. Cet après-midi là, John avait absolument tenu à nous faire faire une balade en mer "pour nous décompresser". On avait accepté, bien entendu! Une après-midi de travail en moins, ça ne se refuse pas! Nous sommes donc montés à bord du bateau. Dans votre langage, on pourrait plutôt appeler ça un yacht dernier cri en matière de technologie, mais pour nous c'était un petit bateau, pas extrêmement perfectionné.. Il valait mieux que nos bateaux et sous marins soient performants, après tout, nous ne vivions que de ça. En bref, c'était parti pour être un bon après-midi.
- Où voulez vous aller? Demanda John en prenant la barre.
- J'adorerais voir l'îlot Elektra! Répondis je excitée.
C'était le seul et unique point de terre sur cette immense planète. Il n'y avait rien dessus. Ce n'était qu'un amas de terre noir et épaisse et il était minuscule. Du moins, c'est ce qu'on m'avait raconté. J'avais vraiment envie de le voir.
- Ca te va Chakil?
J'étais devenu beaucoup plus sympa ces derniers temps. Et même monsieur Borneza m'avait fait de bonnes remarques sur mon comportement! Je ne savais pas à quel moment Chakil devait m'aider, mais il en avait déjà fait énormément. Il m'avait appris à être supportable.
- C'est très bien, ça doit être amusant, répondit-il.
- Super! John! C'est d'accord!
Chakil et moi sommes allés nous asseoir sur le pont afin de profiter un peu de l'air frais.
- Que penses-tu des terriens, demandais-je soudain à Chakil.
- Ils sont moins hostiles que mon peuple, et vos règles sont moins strictes. Mais il y a quelque chose d'étrange chez vous.
- Et quoi?
- Vous ne croyez en rien? Vous n'avez donc aucun dieux? Qu'y a-t-il après la mort d'après vous?
- Nous avons cessé de croire en Dieu quand nous avons dû quitter la terre. 15 milliard d'humains ont péri, lui expliquais-je.
- Je comprend.
- Et que penses-tu de moi?
- Mmmh... tu étais prétentieuse et insupportable, mais tu es devenu tout le contraire.
Nous avons continué à discuter et à nous dire nos quatre vérités. Jusqu'à ce que John nous appelle :
- Hugh! Sarah! Venez voir ça!
Nous avons accouru dans la cabine de pilotage. John avait l'air plutôt inquiet.
- Il y a un... Un... Un je ne sais quoi qui se dirige vers nous.
J'ai regardé le radar. effectivement, il y avait une chose énorme qui s'approchait dangereusement. J'ai viré au blanc, c'est tout juste si j'ai eu la force de demander à Chakil :
- Tu... Chakil? Tu sais ce que c'est?
S'il avait été humain, je suis sûr que lui aussi, il serait devenu blanc comme un linge, et plus que moi! Il a pris son ton grave, supérieur, et que je ne supporte pas. Mais il avait peur, il avait beau bien cacher son jeu, il avait peur.
- C'est un... Un hywoo, bégaya-t-il avec difficulté.
- Un quoi?
- Un hywoo. 20 mètres de long, muni de 15 tentacules de 10 mètres chacune et toutes munies de lame tranchante, une bouche avec des dents de...
- C'est bon Hugh, on voit se que c'est maintenant! Le coupa John. Je voudrais juste savoir si ce machin peut détruire le bateau.
Chakil hocha lentement la tête...

***

- Préparez le bateau de sauvetage! Je m'occupe des armes! Nous ordonna John.
Je pense que j'étais en état de choc, incapable de faire le moindre mouvement. J'observais Chakil, il attrapa un harpon, me prit les épaules, et finalement, me secoua. Il fallait que je l'aide. Tout les deux, on a commencé à préparer le bateau, le plus vite possible.
Mais c'était trop tard, j'ai senti une affreuse secousse! Le bateau failli chavirer! Ca y est, l'hywoo nous avait percuté. Mon coeur battait à tout rompre. C'est alors que j'ai vu une immense tentacule émerger de l'eau et serre notre navire. Elle arrivait à l'écraser!! Non!!
- On va couler! John abat le! Hurlais-je.
Je l'ai vu essayer de tirer, en vain.
- On évacue le bateau! Cria-t-il.
Mais l'hywoo frappa une seconde fois, et cette fois, je fus éjectée du navire...
Ma tête... Qu'est ce qu'il m'arrivait? Pourquoi je n'arrivais plus à respirer? Qu'est ce qu'il s'était passé? Ma mémoire revint d'un coup, lorsque je vis passer, à côté de moi, une moitié de bateau. NOTRE bateau!!
Je coulais! Petit à petit, je voyais la surface s'éloigner. Il fallait que je nage, je commençais à manquer d'air! Mais le pire arriva. Je sentis une chose longue et visqueuse, enserrer ma cheville. Je me retournais... Une tentacule!!
- Aaaaah!!!
Je laissais s'échapper mes précieuse bulles d'air. Non! L'hywoo m'attirait vers le fond! Il tentait de me noyer et je ne pouvais rien faire! Je me débattais c'était lui le plus fort. Et j'étais la faible. Mes poumons commençaient à brûler. Je me forçais à ne pas aspirer l'eau, mais c'était trop dur. Trop dur!!! Il ne me restais plus que quelques secondes à vivre, ce n'était plus qu'une question de secondes... Je repassais tout le film de ma vie dans ma tête, tellement courte. A présent, je ne sentais plus la chaleur des soleils, je ne les voyais plus éclairer notre nouvelle Terre. Je ne les reverrais plus jamais. Je regrettais de ne pas avoir vu la Terre, de ne pas avoir été plus sympa dès le début, de ne pas avoir eu un peu plus d'amis... Mais pourquoi moi? On dit que ce sont les plus mauvais qui meurent. Je dois faire partie des plus mauvais. Il n'y avait plus d'espoir à présent. Même si j'arrivais à me libérer de ces tentacules, jamais je n'aurais le temps de remonter à la surface.
C'est alors que j'ai aperçu un corps nager vers moi à une vitesse impressionnante, peut-être même plus rapidement que l'un de vos dauphins. Il tenait un harpon dans la main droite. Chakil!!! Il s'approchait de moi! Dans un seul geste, il envoya son harpon sur l'hywoo, qui me lâcha d'un seul coup. Libre! J'étais libre! Mais j'étais beaucoup trop loin de la surface. Je serais morte avant d'avoir parcouru la moitié du chemin... J'avais eu une lueur d'espoir. Mais c'était juste une lueur.
C'est là que Chakil m'embrassa. Je ne m'y attendais pas du tout. Il... Mais non Sarah! Redescend sur terre! Il ne t'embrasse pas! Il... Il te sauve la vie! Ses lèvres étaient effectivement posées sur les miennes mais il... Il soufflait! J'avais de l'air! Et on remontait! Il me sauvait!!
C'est alors que, à quelques mètres de la surface seulement, nous avons commencé à redescendre. Eh! Mais qu'est ce qu'il se passait? Chakil m'a lâchée. Il avait une tentacule enroulée autour de la taille...
- Nooon!!!
Il coulait! Alors je lui ai pris le bras et j'ai tiré le plus fort possible. Je voulais pas qu'il se laisse faire! Je voulais pas qu'il meurt! Il n'avait pas fini de m'aider! Il avait pas le droit de m'abandonner! Pas lui!!
- Huuuugh!
C'était la première fois que je l'appelais par son vrai prénom. Et c'était aussi la première fois que je pleurais.
"Lâche moi Sarah"
Il avait réussi à me parler sans ouvrir la bouche. Mais je me fichais de savoir comment, et je ne voulais pas l'écouter, je voulais juste qu'il vive. Mais pourquoi s'être sacrifié pour moi?
"Lâche moi"
Non! Si il devait mourir, ça serait avec moi! Il souriait.
"Je t'aime"
Et j'ai lâché. Ou alors il m'a fait lâcher, je ne sais pas. Hugh. Je le voyais couler, toujours plus profond, les bras levés vers le ciel qu'il ne reverrait jamais plus, le sourire aux lèvres. Et moi je pleurais toutes les larmes de mon corps, toutes celles que j'avais retenues depuis le jours de ma naissance. Alors j'ai nagé jusqu'à la surface, puisque je n'avais plus que ça à faire. Mort, il était mort.
Une fois à l'air libre, j'ai respiré un grand coup :
- Huuuuuugh!!!
De chaudes larmes roulaient le longs de mes joues. Alors j'ai senti une main forte agripper mon épaule. C'était John!
- Non!! on peut pas le laisser!
- Sarah c'est trop tard!
- Comment tu peux savoir! Tu n'es pas venu nous aider! Tu es un traître! Je te hais!
il était trop tard, c'est vrai.
- Sarah, je suis désolé, je n'aurais rien pû faire.
Il avait raison. Mais quand tout va mal, il faut trouver quelqu'un à qui tout reprocher.
- Il m'a sauvé, je peux pas le laisser...
John avait déjà démarré. Nous retournions à la base, comme si il ne s'était rien passé...

***

Je regardais le ciel étoilé, allongée sur la plate-forme. Pourquoi tu ne m'avais rien dit Chakil? Pourquoi tu ne m'as pas empêché de choisir la destination? Bien sûr, on n'échappe pas à son destin... Mais je m'en veux tu sais. J'ai l'impression que tout est de ma faute. Tu n'aurais pas dû te sacrifier pour moi.
C'est alors que, dans le ciel, j'ai aperçu une longue gerbe de lumière, comme une étoile filante. Et puis des milliers, des millions, peut être même des milliards de rayons vinrent de partout, de chaque recoin de ce ciel noir, pour tous se regrouper en un seul point. C'était magnifique! Impressionnant! Une nouvelle étoile était née! C'est alors qu'il m'a semblé entendre des milliers de tambours, de trompettes, de flûtes... On l'accueillait, on la faisait entrer parmi les siennes. J'ai souri.
FIN

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh